Déchets : chiffres clés en France – édition 2020

  • Source : Ademe

En France, la production d’énergie primaire à partir des déchets a atteint 3,1 Mtep en 2018(1), soit 2,2% de l’ensemble de la production nationale d’énergie primaire cette année-là(2) selon les dernières données disponibles(3). Cette production est approximativement valorisée pour moitié sous forme de chaleur et pour moitié sous forme d’électricité.

Dans la publication ci-après mise en ligne le 6 septembre, l’Ademe présente les grands chiffres clés sur la production, la collecte ainsi que le traitement des déchets(4) en France(5). Un des onze chapitres de la publication est spécifiquement consacré à la « production énergétique(6) » liée aux déchets.

Lire l'étude  :
Déchets en France
Sources / Notes
  1. Soit 6% de plus qu’en 2017.
  2. 138,0 Mtep en 2018 selon le Bilan énergétique de la France pour 2018, Commissariat général au développement durable, janvier 2020. La consommation d'énergie primaire de la France (corrigée des variations climatiques) s’est quant à elle élevée à 252,4 Mtep en 2018.
  3. Dans l’étude de l’Ademe, les données communiquées portent principalement sur les années 2016 et 2017. Elles s’appuient sur deux sources d’information pour l’estimation des quantités d’énergie produites à partir des déchets : « l’enquête ITOM de l’Ademe pour l’énergie produite à partir de l’incinération des déchets ménagers et assimilés et de la valorisation du biogaz de décharge ; l’enquête du SDES auprès des producteurs d’électricité pour l’énergie produite à partir de la méthanisation ».
  4. Ensemble des déchets produits par les ménages, les artisans, les commerçants, les entreprises, le monde agricole ou les collectivités territoriales.
  5. L’agence y délivre également des informations économiques sur les emplois liés à la gestion des déchets et son coût ainsi que sur les impacts environnementaux.
  6. Selon la réglementation européenne, « on ne parle de valorisation énergétique que lorsque la chaleur valorisée par tonne de déchets dépasse un certain seuil ». Dans sa publication, l’Ademe fait ainsi référence à « la production énergétique ou à la récupération d’énergie plutôt qu’à la valorisation énergétique ». Pour rappel, le principal mode de production énergétique à partir des déchets est l’incinération.

Sur le même sujet