Démarches actives dans la maison passive

Canopea

Le prototype Canopea a remporté la compétition Solar Decathlon 2012, avec plus de 908 points sur les 1 000 points possibles. (©Canopea)

Mise à l’honneur durant la fête de l’énergie ce week-end, la réduction de la consommation d’énergie dans les bâtiments est portée par des nouvelles techniques de construction. La compétition Solar Decathlon, qui s’est récemment tenue à Madrid, est dédiée à cette thématique et a été remportée par des Français.

Des étudiants français champions de la « maison passive »

En septembre dernier, des équipes d’étudiants de 12 pays se sont rassemblées à Villa Solar, un espace public ouvert dans Madrid. Ils participaient au Solar Decathlon, une compétition visant à construire des prototypes de logements innovants sobres en énergie. Chaque prototype devait être posé en 11 jours sur le site de Villa Solar et respecter un certain nombre de contraintes, notamment :

  • une surface habitable comprise entre  45 et 70 m² avec une emprise au sol ne dépassant pas 150 m² ;
  • l’intégration d’un système énergétique auto-suffisant grâce à l’énergie solaire d’une puissance maximale de 10 kW ;
  • une température maintenue en permanence entre 23°C et 25°C.

Cette initiative, portant une double ambition éducative et scientifique, a été inventée aux États-Unis par le Department of Energy avant d’être développée en Europe et en Chine plus récemment. A Madrid, les différentes installations réalisées étaient notées en fonction de 10 critères, notamment l’architecture, le confort, la viabilité économique ou encore le bilan électrique de la structure. Et c’est le projet Canopea, réunissant des étudiants de différentes écoles de la région Rhône-Alpes soutenus par de nombreux partenaires publics et privés, qui a remporté cette compétition amicale.

Tour du projet Canopea

L’équipe de Rhône-Alpes, portant le projet Canopea primé, a développé un concept de « home-towers », inspiré de la canopée, partie supérieure de la forêt qui capte près de 95% de l’énergie solaire. Les immeubles imaginés sont composés de 10 étages au maximum, chaque appartement occupant idéalement un étage entier comme une petite maison individuelle et profitant d’une vue à 360°. Cette donnée répond à l’aspiration de 86% de Français qui ont pour idéal de vivre dans une maison individuelle. Différentes « home-towers » sont reliées entre elles par des coursives extérieures afin de créer des lieux de rencontre sans nuire au besoin d’intimité des habitants.

A Madrid, le prototype présenté simulait les deux derniers étages d’une « home-tower ». Cette dernière est parfois qualifiée de « nanotour », une tour innovante à la taille limitée et bénéficiant d’une très bonne « connexion » aux réseaux de transport, avec un système énergétique optimisé. Ce type d’installation est expérimenté au niveau local sur deux sites de Lyon ainsi que sur le campus scientifique de Grenoble dans le cadre du programme GIANT(1). Le protoype de Madrid sera prochainement présenté sous forme d'une exposition itinérante dans plusieurs villes de France afin de sensibiliser la population aux problématiques de l'habitat durable.

Les recherches sur les logements innovants se développent fortement en France, à l’heure où ce secteur absorbe près de 42% de la consommation énergétique du pays. La prochaine édition du Solar Decathlon européen se tiendra d’ailleurs à Versailles en 2014. D’ici là, les particuliers souhaitant agir à l’échelle de leur logement peuvent continuer à consulter les Espaces INFO ENERGIE qui animent la fête de l’énergie jusque dimanche.

dernière modification le