e-Kick, la contribution de Peugeot à l’intermodalité

Trottinette e-Kick

La trottinette e-Kick pourrait notamment permettre d’effectuer les derniers kilomètres de trajets en milieu urbain. (©Peugeot)

Peugeot a présenté lundi e-Kick, une trottinette à assistance électrique qui sera proposée en option avec la nouvelle version de son SUV(1) 3008. Gadget pour certains, elle constitue toutefois une solution supplémentaire pour développer l’intermodalité dans les transports.

Une « extension de mobilité » dans le coffre

Conçue par la société suisse Micro (mais dessinée par Peugeot), la trottinette à assistance électrique e-Kick pèse 8,5 kg et a une vitesse maximum de 25 km/h. Elle peut être intégrée en option dans le coffre du nouveau SUV 3008 de Peugeot : un emplacement permet d’y recharger la trottinette lorsque le véhicule est en circulation.

Cette trottinette dispose d’une batterie embarquée lithium-ion pouvant stocker 90 Wh, ce qui lui confère une autonomie d’environ 12 kilomètres selon le constructeur. Une application sur téléphone portable permet de contrôler le niveau de charge de cette batterie. En dehors du coffre, elle peut être rechargée en près d’une heure sur prise de courant classique. Notons que le véhicule auquel elle est associée n’est disponible qu’en modèle essence ou diesel à l’heure actuelle. Une version hybride électricité-essence devrait être lancée à l’horizon 2019.

La trottinette électrique sera quant à elle commercialisée à partir du dernier trimestre 2016. Elle devrait être vendue seule à un prix actuellement estimé à 1 190 euros et la station pour l’intégrer dans le coffre de la 3008 (baptisée « dockstation ») devrait coûter près de 320 euros supplémentaires aux automobilistes. Peugeot présente sa trottinette électrique comme une « extension de mobilité » et met en avant son intérêt en milieu urbain.

Les derniers kilomètres « électriques »

e-Kick constitue une nouvelle solution intégrée d’intermodalité qui consiste, pour rappel, à employer plusieurs modes de transport lors d’un même trajet. Cette intermodalité vise dans les faits à favoriser l’utilisation de transports collectifs ou peu consommateurs en énergie, par exemple pour les derniers kilomètres d’un trajet en ville.

Outre les problèmes de stationnement, la trottinette, comme les vélos (électriques ou non), présente l’intérêt de circuler en ville aussi rapidement, voire plus vite que les voitures (dont la vitesse moyenne atteindrait 14 km/h dans ces zones selon l’Ademe(2)).

La trottinette électrique de Peugeot constitue ainsi une des alternatives aux transports collectifs en matière de mobilité courte distance, sachant que 50% des trajets en ville ont une distance inférieure à 3 km selon l’Ademe. Selon les dernières statistiques ministérielles, près de 83% des déplacements intérieurs de voyageurs en France sont encore effectués à bord de véhicules individuels en 2014(3).