« Énergie 2020 » : la nouvelle stratégie énergétique de l’UE

parue le

Alors que les termes de la Stratégie de Lisbonne se sont achevés fin 2010, l’Union Européenne définit actuellement sa nouvelle stratégie économique « UE 2020 »,  pour la période 2011-2020. En novembre 2010, le Commissaire Européen à l’énergie, Gunter Oettinger en a présenté les grandes lignes du volet énergétique. La Commission définit plusieurs axes permettant notamment d’atteindre l’objectif des « 3x20 » défini par le paquet Energie-Climat adopté en 2008 par les gouvernements européens. 

Les cinq axes stratégiques de la Commission européenne

D’abord, l’accent est mis sur l’amélioration de l’efficacité énergétique et plus particulièrement dans le bâtiment et les transports qui consomment près des deux tiers de l’énergie  de  l’UE.  Dans les prochains mois, la Commission devrait proposer des mesures incitatives pour encourager les propriétaires à rénover leurs biens. Elle devrait également mettre en place des certificats énergétiques visant à promouvoir l’utilisation de technologies plus sobres auprès des industries.

En termes de réseaux, elle devrait investir 1 000 milliards d'euros pour réaliser, d’ici à 2015, un marché européen de l’énergie disposant d’interconnections électriques plus efficaces. En vue d’améliorer la sécurité des approvisionnements, la Commission européenne souhaite que les 27 Etats de l’Union puissent davantage coordonner leurs messages et leurs stratégies vis-à-vis des pays producteurs de pétrole et de gaz. La stratégie énergétique de l’Union Européenne  souligne également  l’importance du développement des innovations technologiques. Cet axe pourrait répondre à son  ambition de se positionner en chef de file de l’innovation énergétique dans le monde. Enfin, le texte annonce une évolution vers plus de clarté sur les factures des consommateurs et davantage de souplesse quant au choix des fournisseurs

Les prochaines étapes

Selon certains parlementaires européens et quelques associations écologiques, ce texte qui ne propose que des mesures incitatives, ne serait pas assez contraignant. Le calendrier est également remis en question car début 2011, les outils proposés ne sont toujours qu’à l’état de discussion. L’Union Européenne annonce que les publications de plusieurs rapports devraient s’échelonner au cours du premier semestre 2011, parmi lesquels :

  • le plan d’action pour l’efficacité énergétique (février 2011)
  • la feuille de route vers un système économe énergétique économe (mai 2011)
  • la communication sur la politique énergétique extérieure (juin 2011).

Au-delà des axes de réflexions définis, ces textes devraient préciser le contenu des mesures choisies.