Newsletters des énergies

Energies renouvelables : ils sont les champions

Stade des Alpes
Grenoble est l'une des villes primées dans la catégorie biomasse. Ici, le Stade des Alpes avec des panneaux PV intégrés à la toiture. (©Ville de Grenoble)
 
 

La Ligue EnR France a récompensé, le 25 janvier, les collectivités françaises disposant de la plus grande capacité installée en énergie renouvelable (biomasse et solaire). La remise des prix s’est déroulée lors de la 13e édition des Assises de l’Energie et du Climat des Collectivités Territoriales à Dunkerque. Zoom sur les lauréats à l’honneur.

Une Ligue basée sur un mode footballistique

Créée en 2005 par le CLER (Comité de Liaison Energies Renouvelables), la Ligue EnR France est une compétition organisée chaque année pour récompenser les collectivités françaises disposant de la plus grande capacité installée en biomasse ou en énergie solaire. Plusieurs classements sont opérés en fonction des technologies déployées (chaufferies, cogénération, biogaz pour la biomasse, photovoltaïque et thermique pour l’énergie solaire) et de la population des collectivités.

L’originalité de cette compétition réside dans ses analogies recherchées avec le football, jusqu’au lexique employé puisqu’il est question de différentes « divisions ». Les lauréats viennent d’ailleurs récupérer leurs récompenses en maillot de sport.

L’enjeu est bien plus sérieux : le CLER entend sensibiliser davantage les collectivités à leur rôle dans l’organisation territoriale du service public de l’énergie. Durant la « saison 2011 », 720 collectivités représentant 1 200 communes et 14 millions d’habitants ont pris part à cette compétition amicale.

Les collectivités primées à Dunkerque

Catégorie biomasse

Classement général : Eteignières (Ardennes) – 1 486 kW pour 406 habitants

De 5 000 à 19 999 hts : Andrézieux-Bouthéon (Loire) – 6 000 kW pour 9 733 hts

De 20 000 à 99 999 hts : Lisieux (Calvados) – 10 000 kW pour 23 004 hts

Plus de 100 000 hts : Grenoble (Isère) – 40 200 kW pour 158 746 hts

Catégorie solaire

Classement général : Ferrassières (Drôme) – 3 066 kW pour 118 habitants : deux centrales photovoltaïques au sol ont été installées sur d’anciennes rampes de lancement de missiles nucléaires. Une installation insolite qui doit permettre d’alimenter en électricité près de 1 000 foyers de 4 personnes, soit plus de 30 fois la population du village de Ferrassières.

De 5 000 à 19 999 hts : Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) – 416 kW et 153 m2 pour 5 749 hts

De 20 000 à 99 999 hts : Baie-Mahault (Guadeloupe) – 14 288 kW pour 28 893 hts

Plus de 100 000 hts : Perpignan Méditerranée (Pyrénées Orientales) – 25 219 kW et 6 631 m2 pour 253 000 hts

Ces différents classements sont établis sur des critères quantitatifs et reflètent des dynamiques politiques variables. L’engagement de la ville de Chambéry en faveur de l’énergie solaire est particulièrement fort. Il est récompensé par sa victoire au classement du solaire thermique, avec 3 800 mde surface installée.

D’autre part, un « Prix Spécial du Jury » a également été remis cette année pour récompenser le volontarisme de la Communauté de communes du Val d’Ille (10 communes d’Ille-et-Vilaine). Celle-ci ambitionne de devenir un territoire à énergie positive d’ici à 2030. Parmi ses différentes actions, la collectivité finalise actuellement un projet de centrale photovoltaïque de 4,5 MW.

Le CLER sélectionnera prochainement ses « équipes » qui seront confrontées à d’autres collectivités européennes en mai/juin prochain sur d’autres critères tant quantitatifs que qualitatifs.