Newsletters des énergies

Est-il préférable de transporter l’électricité en courant alternatif ou continu?

Transport en courant alternatif

En haut des pylônes électriques, l'électricité est principalement transportée en régime alternatif. (©RTE)

Le courant alternatif présente des avantages très importants pour transporter l’électricité :

  • il s’agit du régime de production des alternateurs des centrales et de celui utilisé par de nombreux appareils de consommation comme les moteurs ;
  • il permet très facilement d’élever les tensions, de réduire les intensités donc de limiter les pertes par effet Joule sur les réseaux ;
  • le maillage des réseaux est facile : le passage d’un niveau de tension à un autre s’effectue grâce aux transformateurs dont les rendements sont très bons. 

Pourtant le courant continu s’impose parfois pour des raisons économiques et/ou techniques :

  • le transport de courant alternatif sur longue distance développe, par effet capacitif entre la ligne et le sol, des effets déstabilisants. Au plan technique, le choix du continu s’impose au-delà de 1 500 km ;
  • le continu ne nécessite que 2 conducteurs au lieu de 3. Dès que la ligne est longue, cette économie compense la nécessité d’avoir des stations de conversion aux deux extrémités pour se raccorder aux réseaux alternatifs. Au plan économique, le continu peut ainsi devenir plus intéressant dès 600 km ;
  • en cas de lignes souterraines ou sous-marines de plus de 50 km. L’alternatif développe, par effet capacitif, une puissance réactive qui s’oppose à la circulation du courant. L’intérêt du continu, qui en est exempt, croît avec la distance du transport ;
  • le passage par du continu est le moyen le plus économique et efficace de raccorder des réseaux alternatifs asynchrones (dotés de fréquences ou de réglages de phase différents).

Comme ces situations ont été rares pendant très longtemps, le système électrique s’est développé autour d’une utilisation massive de l’alternatif.

Les choses évoluent sous l’effet des échanges d’électricité sur très longue distance, de la mise en relation de zones asynchrones, du franchissement des mers ou océans et du développement de parcs de renouvelables(1) éloignés des réseaux.

parue le
Sources / Notes

(1) Éoliennes en mer.