États-Unis : le point de l'EIA sur la production américaine de pétrole brut

parue le
Forage pétrolier dans le Bassin permien

Forage pétrolier dans le Bassin permien. (©ConocoPhillips)

Mi-novembre, l’EIA américaine (Energy Information Administration) a révisé à la hausse – par rapport au mois précédent – ses prévisions relatives à la production américaine de pétrole brut en 2019 et 2020.

Une prévision de 13,3 Mb/j en 2020

Chaque mois, l’EIA actualise ses grandes données et prévisions relatives à l’énergie, en particulier sur la production de pétrole brut aux États-Unis(1). Dans son dernier Short-Term Energy Outlook publié mi-novembre 2019(2), l'Agence indique que la production américaine de brut a atteint 12,2 millions de barils par jour (Mb/j) au 3e trimestre 2019, contre 11 Mb/j en moyenne en 2018.

Selon les dernières projections de l’EIA, cette production pourrait atteindre en moyenne 12,3 Mb/j sur l’ensemble de l’année 2019 et s’élever à 13,3 Mb/j en 2020. La prévision pour 2020 est supérieure de 119 000 barils par jour, par rapport aux projections publiées par l’EIA en octobre 2019, suite à « une révision à la hausse de la production passée, un niveau de production initiale plus élevé retenu pour les nouveaux puits dans le Bassin permien au Texas et une prévision légèrement plus élevée pour les prix du brut entre novembre 2019 et janvier 2020 ».

Un ralentissement de la croissance

La croissance de la production américaine de pétrole brut est principalement tirée par le Bassin permien, d’où provient l’essentiel de la production de pétrole dit « de schiste » : la production de ce seul bassin pourrait augmenter de 915 000 barils par jour en 2019 par rapport à 2018, puis de 809 000 barils par jour supplémentaires en 2020(3).

L’EIA indique certes que la croissance de la production américaine de pétrole brut va ralentir, compte tenu de la baisse du nombre de « rigs » actifs (engins de forage) dans le pays(4). Mais l’Agence souligne dans le même temps les progrès d’efficacité au niveau de ces rigs qui « compensent en partie » leur plus faible nombre.

Pour rappel, l’Agence internationale de l'énergie (AIE) estime elle aussi que la croissance de la production américaine de pétrole va ralentir par rapport au rythme « effréné » des dernières années. Selon ses prévisions, les États-Unis pourraient toutefois compter pour 85% de la hausse de la production mondiale de pétrole d’ici à 2030. À l'horizon 2025, la production américaine d’hydrocarbures de schiste pourrait dépasser la production russe de pétrole et de gaz selon l’AIE. 

Production américaine de pétrole
La hausse de la production américaine de pétrole devrait se poursuivre même si elle est amenée à « notablement ralentir » dans les 14 prochains mois selon l'EIA. (©Connaissance des Énergies, d’après EIA)

Sources / Notes
  1. Les changements de prévisions d’un mois à l’autre dépendent entre autres des dernières données disponibles sur l’offre et des projections sur l’évolution des prix du brut.
  2. Short-Term Energy Outlook, EIA, 13 novembre 2019.
  3. Cette production a entre autres bénéficié cette année de l’expansion des infrastructures de transport du pétrole au Texas et au Nouveau-Mexique.
  4. 674 à mi-novembre 2019, contre 877 en début d’année. L'Agence estime que le nombre de ces « rigs » devrait continuer de diminuer, avec les réductions des dépenses des producteurs.
  5. Scénario Stated Policies de l'AIE.