Fiche technique sur le calcul du contenu CO2 du chauffage électrique en France

  • Source : Ademe

Lors des négociations autour de la RE2020(1) (nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs qui doit s'appliquer en France à partir de l'été 2021), les pouvoirs publics ont retenu un facteur d'émission de 79 g CO2/kWh d'électricité consommée pour le chauffage (« soit une division par 2,3 par rapport à la valeur utilisée dans la RT2012 »). Cette valeur et la méthode employée pour la calculer ont fait l'objet de nombreux débats.

Dans la fiche technique ci-après, l'Ademe détaille son positionnement sur le calcul du contenu CO2 de l'électricité, en portant une attention particulière sur le cas du chauffage électrique. L'Agence de la transition écologique y présente les différentes méthodes de calcul existantes (saisonnalisée par usage, moyenne mensuelle par usage, marginale, incrémentale) ainsi que leurs avantages et inconvénients respectifs.

L'Ademe y rappelle les particularités de la consommation d'électricité liée au chauffage, intervenant « par essence lors des périodes de froid, de façon significative : jusqu'à plus de 30 GW appelés ». Cette demande, très « thermosensible » peut ainsi varier sensiblement d'une année sur l'autre et occasionner des pointes de consommation « très critiques » comme à l'hiver 2012(2).

L'agence s'interroge également dans cette publication sur les conséquences de la baisse du contenu en CO2 du kWh dans la réglementation qui renforcera l'intérêt pour le chauffage électrique. Il est rappelé que RTE et l'Ademe mènent en parallèle depuis 2019 des travaux sur les impacts(3) de différents scénarios d'électrification du chauffage en France.

Lire l'étude  :
Emissions de CO2 par kWh pour le chauffage en France
Sources / Notes
  1. RE2020 : Une nouvelle étape vers une future réglementation environnementale des bâtiments neufs plus ambitieuse contre le changement climatique, Ministère de la Transition écologique, 14 janvier 2020.
  2. Le 8 février 2012, l'appel de puissance sur le réseau électrique français avait atteint une pointe de 102,1 GW.
  3. Techniques, économiques et sur les émissions de CO2.

Sur le même sujet