Le point sur la fourniture d’électricité aux ménages français

parue le
Tableau électrique

À fin mars 2019, 7 874 000 sites résidentiels en France « sont en offre de marché » pour leur fourniture d'électricité selon la CRE. (©Pixabay)

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié le 2 juillet son dernier Observatoire des marchés de détail de l’électricité et du gaz naturel portant sur le 1er trimestre 2019(1). Elle y fait état des évolutions de la fourniture d’énergie en France au 31 mars 2019.

Une majorité de consommateurs d’électricité toujours soumis au tarif réglementé

En matière de fourniture d’énergie, tous les ménages français ont la possibilité de choisir, depuis juillet 2007(2), entre les tarifs réglementés de vente (TRV) fixés par les pouvoirs publics et proposés par les seuls fournisseurs « historiques » (principalement EDF pour l’électricité et Engie pour le gaz mais aussi les entreprises locales de distribution dites « ELD ») et des offres « de marché » dont le prix est librement fixé par contrat auprès du fournisseur de leur choix (historique ou alternatif).

Outre le fournisseur historique EDF, la CRE mentionne ainsi 27 fournisseurs alternatifs « nationaux(3) » d’électricité enregistrés sur le site energie-info(4) à fin mars 2019. S’y ajoutent « environ 160 fournisseurs non nationaux […] actifs sur le territoire » (tous types de clientèles comprises), dont les fournisseurs historiques « ELD ».   

À fin mars 2019, plus des trois quarts des ménages français disposaient toujours d’un contrat au tarif réglementé pour leur fourniture d’électricité (environ 25 millions sur un total de 32,8 millions). Plus de 95% des consommateurs d'électricité « résidentiels »(5) ayant souscrit une offre de marché sont clients chez un fournisseur alternatif. En matière de consommation, la part des fournisseurs alternatifs sur le marché résidentiel de l’électricité reste de seulement 20,6% (en consommation annualisée entre fin mars 2018 et fin mars 2019).

Précisons ici que la concurrence est beaucoup plus développée sur le marché de détail du gaz naturel : 61% des consommateurs résidentiels en France (près de 6,5 millions sur un total de 10,7 millions) ont choisi une offre de marché pour leur fourniture (« quasiment à part égales entre fournisseurs historiques et alternatifs » selon la CRE).

Que ce soit pour l’électricité ou le gaz naturel, les fournisseurs alternatifs « progressent plus que les fournisseurs historiques » (avec, pour l’électricité, 373 000 nouveaux clients auprès de fournisseurs alternatifs au 1er trimestre 2019). Le taux de « switch » augmente tendanciellement : au 1er trimestre 2019, 2,7% des consommateurs résidentiels d’électricité ont changé de fournisseur ou demandé une mise en service (ce taux était de moins de 2% par trimestre en 2016).

Fourniture d'énergie pour les ménages

À fin mars 2019, près de 7,9 millions de sites « résidentiels » avaient un contrat de fourniture d’électricité en offre de marché en France. (©Connaissance des Énergies, d’après CRE)

Tarifs réglementés et offres de marchés : à quel prix ?

La facture annuelle moyenne d’un client résidentiel au tarif réglementé (tarif bleu « Base », puissance de 6 kVA, consommation de 2 400 kWh/an) a augmenté de 41,2% entre août 2008 et août 2018 selon les données de la CRE(6). À fin mars 2019, cette facture type était composée pour environ 34% des coûts de fourniture (production et commercialisation), pour 31% des coûts de réseaux (TURPE), le reste correspondant à diverses taxes et contributions (TVA, CSPE, TFCE, CTA).

Coûts du TRV électricité

Le tarif réglementé de l’électricité couvre trois grands postes de coûts : la fourniture, le transport et les taxes et contributions. (©Connaissance des Énergies, d’après CRE)

Dans son Observatoire des marchés de détail, la CRE compare différentes offres de marchés (celles-ci pouvant être indexées sur le tarif réglementé, parfois avec un rabais, ou sur d’autres « produits » : prix spot, ARENH, etc.) avec le tarif réglementé. Prenant pour exemple un ménage habitant à Paris à la consommation « moyenne » (tarif « base » avec une puissance de 6 kVa et une consommation annuelle de 2 400 kWh), l’offre de marché la moins chère proposée serait inférieure de 7% au tarif réglementé TTC selon la CRE.

D’après le dernier Baromètre Énergie-Info publié en novembre 2018 par le médiateur national de l’énergie, près de 66% des Français savent désormais qu’ils peuvent changer de fournisseur d’énergie. Cette part de la population a fortement progressé, avec les pratiques de démarchage et les nombreuses campagnes de communication, dans un marché de plus en plus concurrentiel.

Toujours selon ce baromètre, la première motivation des ménages pour changer de fournisseur d’énergie reste le prix (cité comme première motivation par deux tiers des répondants), très loin devant les raisons environnementales (citées par 11% des répondants, contre 4% en 2017).

Pour rappel, les tarifs réglementés de l’électricité ont déjà été supprimés pour les « gros » consommateurs (grands sites industriels, grands immeubles, etc.) de façon progressive entre juin 2014 et janvier 2016. La loi Pacte, adoptée début avril, autorise désormais le gouvernement à programmer la fin des tarifs réglementé du gaz naturel au 1er juillet 2023. Le médiateur appelle à « anticiper et informer largement les Français afin que cette transition se fasse dans de bonnes conditions ».

Évolution des tarifs réglementés de l'électricité.

Évolution des tarifs réglementés de l'électricité. (©Connaissance des Énergies, d’après CRE)