Fourniture d’énergie : les Français encore mal informés

parue le
Fourniture d'énergie

Selon le baromètre Énergie-Info, 45% des Français pensent – à tort - que les tarifs réglementés sont proposés par l’ensemble des fournisseurs d’énergie. (©Pixabay)

De nombreux Français méconnaissent encore le fonctionnement des marchés de détail de l’énergie selon le baromètre Énergie-Info 2017 du médiateur de l’énergie. Alors que les tarifs réglementés sont de plus en plus menacés, l’ouverture à la concurrence reste un concept flou pour beaucoup d'entre eux.

L’énergie, un poids important dans les dépenses des Français

Près de 68% des Français considèrent leur consommation d’énergie comme « un sujet de préoccupation important » selon le baromètre Énergie-info 2017 publié aujourd’hui par le médiateur de l’énergie(1). C’est la première fois depuis 2007 que cette proportion passe sous la barre des 70%.

Deux tiers des personnes interrogées indiquent par ailleurs que leurs factures d’énergie comptent pour une part importante des dépenses de leurs foyers (contre 56% en 2016). Un tiers des ménages déclarent restreindre leur consommation de chauffage pour limiter le montant de ces factures et 9% annoncent avoir rencontré des difficultés financières pour les payer.

Dans ces conditions, le prix de l’énergie constitue de loin le principal motif pour changer de fournisseur (dans 75% des cas). Pour rappel, les ménages français ont consacré en moyenne 238 euros par mois à leurs besoins énergétiques en 2015 selon les dernières données du ministère en charge de l’énergie(2). Près de 39% des Français ayant changé de fournisseur ou prévoyant de le faire indiquent avoir recours à un comparateur pour identifier les offres les plus compétitives (le médiateur de l’énergie dispose d’un comparateur que vous pouvez consulter ici).

Dépenses consacrées par les Français à l'énergie
En 2015, un ménage français a consacré en moyenne 140 euros par mois aux dépenses d’énergie dans son logement et 98 euros par mois à l’achat de carburants. (©Connaissance des Énergies, d'après SOeS)

L’ouverture à la concurrence ignorée par près d’un ménage sur deux

Depuis juillet 2007, tous les consommateurs français ont la possibilité de souscrire une offre dite « de marché » (dont le prix est librement fixé par contrat),  que ce soit auprès d’un fournisseur « historique » (principalement EDF pour l’électricité et Engie pour le gaz mais aussi les « ELD » implantées localement) ou auprès d’un autre fournisseur dit « alternatif ».

Il existe une grande diversité d’offres de marché(3) qui présentent souvent l’avantage d’être plus compétitives que les tarifs réglementés qui restent proposés par les seuls fournisseurs historiques. Malgré l’ouverture à la concurrence entamée il y a 10 ans, les ménages français restent à l'heure actuelle en grande majorité « fidèles » aux tarifs réglementés.

Et pour cause, près d’un Français sur deux n’a toujours connaissance du droit au changement de fournisseur de gaz ou d’électricité selon le baromètre Énergie-info (les jeunes et les catégories socio-professionnelles supérieures disposant d’une meilleure connaissance). Plus surprenant encore, seules 46% des personnes interrogées indiquent « avoir déjà entendu parler des tarifs réglementés » alors que ceux-ci sont appliqués dans les factures d’électricité et de gaz d’une grande majorité de la population.

Concurrence marchés de l'énergie
A fin juin 2017, près de 16% des consommateurs résidentiels d’électricité en France avaient un contrat en offre de marché auprès d'un fournisseur alternatif. (©Connaissance des Énergies)

Des idées reçues tenaces sur le changement de fournisseur

La connaissance des Français sur les différents acteurs des marchés du gaz et de l’électricité reste très approximative : les personnes interrogées dans le cadre du baromètre Énergie-Info connaissent généralement moins de 2 fournisseurs d’électricité (1,6 en moyenne) ou de gaz naturel (1,3). Près de 29% des Français pensent par ailleurs qu’EDF et Engie constituent une seule et même entreprise.

De nombreuses idées reçues expliquent en partie les réticences au changement de fournisseur, indique le médiateur de l’énergie. Environ 20% des répondants pensent notamment que changer de fournisseur d’énergie est payant et 17% craignent que ce changement entraîne des coupures d’énergie.

De l’électricité « verte », à condition qu’elle soit moins chère

Le baromètre du médiateur indique que près de 54% des Français interrogés sont « favorables à une offre d’électricité verte » (les énergies renouvelables comptaient pour 19,6% de la production électrique française en 2016), lorsque le prix est moins cher ou égal à celui des offres classiques. « C’est déjà le cas pour au moins cinq offres sur le marché », indique Julien Tchernia qui a fondé le fournisseur « collaboratif » ekWateur. Là encore, c’est l’information qui manque selon lui pour que les particuliers sautent le pas.

Selon le baromètre, seuls 10% des ménages seraient en revanche prêts à souscrire une offre « électricité verte » si celle-ci est plus chère. C’est le cas d’environ 35% des clients d’ekWateur qui réagissent souvent « en réaction à la mainmise des multinationales » sur les marchés de détail de l'énergie selon Julien Tchernia (l’effort financier devant alors rester modéré, « de l'ordre d'un ou deux euros plus cher par mois »). Pour rappel, ekWateur est l’un des trois lauréats de la campagne « Énergie moins chère ensemble » de l’UFC-Que Choisir : son offre « Électricité petits producteurs » garantit, dans le cadre de cette campagne, un prix entre 17% et 20% moins élevé que le tarif réglementé de septembre 2017 durant une durée d'un an(4).

Le baromètre s’intéresse par ailleurs aux compteurs communicants qui sont actuellement déployés en France (Linky pour l’électricité et Gazpar pour le gaz). Près de 57% des personnes interrogées indiquent en avoir entendu parler. Parmi eux, 70% estiment qu’ils vont pouvoir mieux suivre leurs consommations d’énergie mais seuls 41% estiment que cela leur permettra in fine de réaliser des économies d’énergie.