Newsletters des énergies

« La production d’électricité en outre-mer provient principalement des EnR »

Avec ses 120 MW de puissance, le barrage hydraulique de Petit Saut génère l’essentiel de l’électricité consommée en Guyane

Avec ses 120 MW de puissance, le barrage hydraulique de Petit Saut génère l’essentiel de l’électricité consommée en Guyane. (©EDF-Antoine Cercueil)

Les départements d’outre-mer de la France sont des zones non interconnectées électriquement, c'est-à-dire qu’ils n’échangent pas d’électricité avec l’extérieur. La contrainte insulaire(1) les incite à utiliser les ressources directement disponibles sur place (soleil, bagasse, etc.) pour produire leur électricité. Toutefois, les énergies renouvelables occupent encore une part minoritaire dans cette production.

Dans les 4 principaux départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion), environ un quart de la production électricité a été généré par des EnR en 2012. La part de ces énergies hors hydraulique tombe à 11,7%. L’énergie photovoltaïque dont les conditions de développement sont plus favorables qu’en France métropolitaine a généré 4,9% de la production électrique totale de ces territoires. La part des EnR est cependant supérieure dans le mix électrique en outre-mer à celle de la France métropolitaine (en 2013, 18,6% et 4,8% hors hydraulique).

En l’absence de réacteurs nucléaires, l’essentiel de l’électricité produite en outre-mer provient encore de centrales thermiques fossiles (74,4% en 2012), en particulier de centrales diesel. Notons que cette prépondérance globale des énergies fossiles ne se vérifie pas à l’échelle de tous les territoires. Par exemple, l’énergie hydraulique a fourni 62,5% de la production électrique guyanaise en 2012.

Des objectifs ambitieux de développement des EnR sont par ailleurs fixés en outre-mer pour réduire les importations coûteuses d’hydrocarbures. La Polynésie française, constituée de 118 îles, ambitionne notamment de produire 50% de son électricité à partir des EnR en 2020 et de porter cette part à 100% d’ici à 2030(2).