Newsletters des énergies

La COP21, « c’est maintenant ! »

parue le
François Hollande COP21

« Il y a un risque majeur que nous échouions » a déclaré hier François Hollande qui affirme « combattre l’insouciance ». (©MD)

A moins de 3 mois de la COP21 (30 novembre-11 décembre 2015), une cérémonie de mobilisation en vue du rendez-vous climatique s’est tenue hier à l’Elysée en présence de 400 invités (élus, chefs d’entreprises, représentants d’ONG, artistes, etc.). Ce qu’il faut retenir de cette matinée d’interventions.

Les mots d’ordre de la COP21 : « urgence » et « exemplarité »

En préambule de la cérémonie du 10 septembre, le Premier ministre Manuel Valls a officialisé l’arrêt des subventions de la France aux exportations de centrales à charbon non dotées de dispositif de capture et de stockage de CO2. Ces crédits à l’export concernent le groupe Alstom qui pourrait toutefois continuer à percevoir ces aides si elles sont réorientées vers les énergies renouvelables selon la ministre Ségolène Royal. Outre cette annonce attendue(1), les personnalités pilotant la COP21 (qualifiées d’ « équipe de France ») ont surtout cherché à donner un plus grand écho à leurs messages.

Tous ont insisté sur le caractère « vital » de cette conférence et sur l’urgence d’un accord « universel, durable et contraignant » pour réduire drastiquement les émissions anthropiques de gaz à effet de serre. Des scientifiques, directeurs d’entreprises et membres de la société civile sont également intervenus afin d’appuyer ce message. Parmi les motifs d’encouragement, Laurence Tubiana, représentante spéciale pour la COP21, a fait état d’une réelle perception des risques de la part des négociateurs et d’une maturité des solutions existantes (en matière d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables) par rapport à l’échec du sommet de Copenhague de 2009 (COP15).

Évoquant « progrès » et « inquiétudes », François Hollande a insisté sur le fait que le financement du Fonds vert (100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour les pays les plus vulnérables face aux dérèglements climatiques) constituait l’autre enjeu central de la COP21.

L’accent a également porté sur le caractère exemplaire de l’évènement lui-même : une conférence éco-responsable tant sur le site (peu de plastique utilisé, usage de papier 100% recyclé, approvisionnement local pour la restauration, etc.) que pour s’y rendre (transports en commun existants privilégiés pour acheminer les délégations jusqu’au site Paris-Le Bourget, flotte de 200 véhicules électriques mise à disposition). Pour rappel, le budget annoncé de la COP21 est de 170 millions d’euros (avec un objectif - encore non atteint - de 15% à 20% financé par le mécénat d’entreprise). Outre ces dépenses publiques, il est attendu de cette conférence environ 100 millions d’euros de retombées économiques pour la région Ile-de-France(2).

Composition de l'équipe France de la COP21

Les membres de l’équipe de France sont tous intervenus au cours de cette matinée. Parmi eux, Pierre-Henri Guignard est chargé de l’organisation logistique en tant que Secrétaire général de la COP21. (©Présidence de la République)

Le site de la COP21 : Paris-Le Bourget

La COP21 est un événement logistique exceptionnel par son ampleur qui aura lieu au Bourget en raison de sa proximité de Paris et de sa capacité d’accueil (18 hectares).

Le site dédié de 180 000 m2 sera découpé en 3 grands espaces :

  • le Centre de conférence, centre névralgique de la COP21 dédié aux négociations qui accueillera 10 000 délégués représentant les 195 pays et l’Union européenne, 10 000 représentants des ONG et près de 3 000 journalistes. Cet espace sera géré par les Nations Unies et comprendra entre autres les deux grandes salles plénières où sera conclu l’accord final (capacité d’accueil de 2 000 et 1 300 personnes), 32 salles de négociations pour les discussions en amont et un centre de presse ;
  • les Espaces Générations Climat dédiés à la société civile et où il est prévu d’accueillir près de 20 000 personnes ;
  • la Galerie, espace d’exposition des initiatives concrètes des entreprises.

Les 3 espaces du site de la COP21

Les 3 espaces du site de la COP21 (©Présidence de la République)

Les grandes échéances d’ici la COP21

Parmi les principaux événements d’ici la COP21, signalons :

  • l’Assemblée générale des Nations Unies à New York (15-28 septembre). François Hollande souhaite y défendre le principe d’un « corridor carbone » tendant à terme vers une convergence des prix du CO2 au niveau international lors du sommet dédié aux objectifs de développement durable (25-27 septembre) ;
  • les assemblées d’automne de la Banque mondiale et du FMI à Lima (9-11 octobre). Un pré-accord sur le financement des politiques climatiques y est attendu. François Hollande s’est engagé à être, à cette occasion, « à l’initiative » pour parvenir à la mise en place d’une taxe européenne sur les transactions financières ;
  • la 4e session de négociations du texte de la COP21 à Bonn (19-23 octobre) ;
  • une « pré-COP » (première quinzaine de novembre) afin de mieux préparer les négociations finales de la Conférence de fin d’année, point qui avait défaut à Copenhague en 2009 ;
  • le sommet du G20 à Antalya en Turquie (15-16 novembre).

Rappelons par ailleurs que les pays membres de la CCNUCC devront remettre aux Nations Unies leurs engagements nationaux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici le 31 octobre prochain(3). A ce jour, seules 60 des 196 Parties l’ont fait (parmi lesquelles toutefois les principaux émetteurs).

Clip officiel de la COP21