Le solaire photovoltaïque, au cœur du déploiement des énergies renouvelables d’ici 2024

Développement du solaire

L'AIE estime que le développement du solaire « décentralisé » en Amérique du Nord pourrait être 2 fois plus rapide entre 2019 et 2024 que sur la période 2013-2018. (©Vivint Solar)

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié le 21 octobre son rapport Renewables 2019 dans lequel elle présente ses prévisions concernant les filières renouvelables d'ici à 2024.

30% de la production électrique mondiale en 2024

Selon le rapport Renewables 2019 de l’AIE, les capacités électriques renouvelables installées dans le monde pourraient augmenter de 50% entre 2019 et 2024 (+ 1 200 GW) , sous l’effet « des réductions de coûts et des efforts concertés des gouvernements ». L’AIE indique que le solaire photovoltaïque devrait à lui seul compter pour 60% de cette hausse de capacités avec un développement particulier des systèmes « décentralisés » sur les maisons, sites commerciaux et industriels. Chez les particuliers, l'AIE prévoit notamment que près de 100 millions de toitures dans le monde seront couvertes de panneaux solaires en 2024, soit le double du niveau actuel(1).

Rappelons que ces capacités annoncées doivent être mises en parallèle avec leurs facteurs de charges (qui varient d’une filière à une autre et d’une installation à une autre) pour estimer in fine les productions électriques associées. Selon l’AIE, les filières renouvelables pourraient compter pour 30% de la production mondiale d’électricité en 2024 (contre près de 25% en 2018, dont 15,9% pour la seule hydroélectricité). Le charbon restera toutefois la principale source d'électricité dans le monde (37,9% en 2018) au cours des 5 prochaines années selon le scénario de référence de l'Agence.

L’AIE estime que le rythme de déploiement des installations renouvelables devrait être fortement accéléré pour atteindre les objectifs en matière de lutte contre le réchauffement climatique et contre la pollution de l’air mais aussi en matière d’accès à l’électricité. Dans cette optique, l’Agence mentionne 3 défis majeurs à relever pour les filières renouvelables : « les incertitudes politiques et réglementaires, les risques liés aux investissements et l’intégration des capacités éoliennes et photovoltaïques dans le système électrique ».

L'AIE souligne en particulier la nécessité de bien accompagner le déploiement des installations décentralisées : « une croissance mal gérée pourrait perturber les marchés de l'électricité en augmentant les coûts pour le système électrique, en remettant en cause l'intégration de nouvelles capacités renouvelables dans le réseau et en réduisant les revenus des opérateurs de réseaux ».

Chaleur renouvelable et biocarburants

La consommation mondiale de « chaleur d'origine renouvelable » pourrait croître d’un cinquième entre 2019 et 2024 (portée notamment par la « biomasse moderne » et l'électricité d'origine renouvelable(2)), avec un développement particulier en Chine, dans l’Union européenne, en Inde et aux États-Unis. Globalement, le potentiel de la chaleur renouvelable reste « largement sous-exploitée » selon l’AIE : la part des énergies renouvelables dans la consommation mondiale de chaleur pourrait rester inférieure à 12% en 2024 (contre 10%% en 2018) selon l’Agence.

Dans les transports, la consommation de biocarburants pourrait quant à elle augmenter de 25% au niveau mondial dans les 5 années à venir selon l’AIE. Cette hausse de consommation proviendrait pour moitié de l'Asie, en particulier de la Chine. La part des énergies renouvelables dans les transports devrait toutefois rester inférieure à 5% en 2024, selon les estimations de l'AIE.

« La déconnexion entre les déclarations des gouvernements (sur le climat) et ce qui se passe dans la vraie vie est une préoccupation majeure », souligne le directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol. Ce dernier craint les « risques » pesant sur les filières renouvelables en cas de fort ralentissement économique au niveau mondial. « La croissance chinoise est au plus bas depuis 30 ans. Est-ce que cela se reflétera (...) dans les mesures de soutien aux renouvelables ? C'est un point d'interrogation », déplore le directeur de l'AIE.

dernière modification le
Sources / Notes
  1. Le développement rapporté au nombre d'habitants sera particulièrement fort en Australie, en Californie mais aussi en Autriche, en Belgique et aux Pays-Bas.
  2. L'électricité d'origine renouvelable « utilisée pour le chauffage pourrait augmenter de plus de 40% » durant cette période selon l'AIE.