Le marché des véhicules urbains dans le monde

  • Source : IFP Energies nouvelles

L’énergie nécessaire aux déplacements d’une automobile diminue avec sa taille et son poids. Les citadines de petite taille, adaptées au transport urbain pour de courts déplacements et faibles consommatrices, sont en plein essor en Europe : près de 41% des véhicules vendus dans cette zone en 2013 font partie des segments A (mini-citadines comme la Renault Twingo) et B (citadines polyvalentes comme la Peugeot 208).

Dans le cadre du Colloque Panorama 2015 d’IFP Energies nouvelles, Simon Vinot et Tanja Ivanic expliquent que ces véhicules urbains, thermiques ou électriques, sont amenés à poursuivre leur développement sur les différents marchés dans le monde comme au Japon où ils sont déjà largement dominants ou en Inde où ils constituent un moyen économique d’accès à la mobilité.

Depuis les années 1990, on constate en Europe qu’une augmentation des prix des carburants entraîne une hausse des ventes de petits véhicules, avec un décalage d’un an correspondant au temps de réaction des clients. S’y ajoutent des considérations environnementales qui contribuent aujourd’hui au développement en Europe des véhicules urbains peu émetteurs en CO2.

Au Japon et en Corée du Sud, le marché automobile s’est historiquement développé autour des petits véhicules de segments A, B et « sub-A » (micro cars aussi appelés « Kei Cars » au Japon). Dans ces deux pays, près de 77% des véhicules vendus annuellement appartiennent à l’un de ces segments contre 7 à 8% en Amérique du Nord. Selon les deux auteurs de cette note, le marché japonais pourrait préfigurer le futur d’autres marchés comme celui de l’Europe.

Lire l'étude  :