Le point sur le développement du parc éolien mondial

parue le
Éoliennes en Chine

La Chine dispose de loin du plus grand parc éolien dans le monde, avec 229,6 GW de capacités éoliennes terrestres et 6,8 GW de capacités offshore installées à fin 2019. (©Mingyang Smart Energy)

Le Global Wind Energy Council (GWEC), association représentant la filière éolienne au niveau mondial, a publié son rapport annuel le 25 mars(1). État des lieux.

Capacités installées, production et facteurs de charge moyens

En 2019, près de 60,4 GW de capacités éoliennes ont été installées dans le monde (dont 6,1 GW offshore), soit 19% de plus qu’en 2018 (50,7 GW). Il s’agit de « la deuxième meilleure année » de développement dans l’histoire de la filière(2). Au total, la puissance installée du parc éolien mondial atteignait 651 GW à fin 2019.

Ces données de puissance doivent être rapportées à la production d’électricité associée. Selon le GWEC, le parc éolien mondial a généré 1 390 TWh en 2019. Cette production équivaudrait ainsi à près de 5,8% de la consommation annuelle d’électricité dans le monde(3).

Les facteurs de charge moyens des parcs éoliens au niveau mondial sont estimés par le GWEC à 23% pour les installations terrestres et à 40% pour celles implantées en mer(4).

Capacités éoliennes installées dans le monde
À fin 2019, la Chine, les États-Unis, l’Allemagne, l’Inde et l’Espagne comptaient à eux cinq pour 73% de l'ensemble des capacités éoliennes installées dans le monde. (©Connaissance des Énergies, d’après GWEC)

La Chine et les États-Unis en tête des installations terrestres, l’Europe pour l’éolien offshore

La Chine et les États-Unis restent de loin les premiers marchés au monde pour l’éolien terrestre : ces deux pays ont compté pour plus de 60% des nouvelles capacités terrestres installées en 2019. Il en va différemment pour l’éolien offshore : l’Europe reste le principal marché pour ces installations (59% des nouvelles capacités offshore en 2019), devant la région Asie-Pacifique (49% restants).

Précisons que l’énergie éolienne a, en 2019, compté pour 13,4% de la production d’électricité dans l’Union européenne(5) et pour 6,3% de celle en France métropolitaine(6) (voir camemberts ci-après).

Pour accélérer le déploiement de l’éolien, le GWEC appelle à « regarder au-delà du LCOE » (tout en soulignant que les coûts de l’éolien terrestre et offshore ont chuté de plus de 50% en moyenne au cours des 5 dernières années) et à utiliser des technologies émergentes comme des installations hybrides (associant par exemple éoliennes, panneaux photovoltaïques et système de stockage) ou le recours à l’hydrogène « vert » afin d’apporter de nouvelles opportunités à ce secteur.

Début 2020, le GWEC envisageait une année « record » pour le développement de l’éolien dans le monde (prévision de 76 GW de nouvelles capacités). Compte tenu de l’épidémie de Covid-19, les prévisions de l’association sur le marché éolien durant la période 2020-2024 devraient être révisées au 2e trimestre 2020.

Part de l'éolien dans le mix électrique
L'éolien est la 4e source d'électricité dans l'Union européenne, comme en France métropolitaine. (©Connaissance des Énergies, d’après GWEC)

Sources / Notes
  1. Global Wind Report 2019, GWEC, mars 2020.
  2. Le parc éolien mondial a fortement bénéficié, selon le GWEC, des mécanismes de marché développés, avec notamment un recours important aux systèmes d’enchères.
  3. Sur la base de la prévision de consommation de l’AIE portant sur 2019 de 240 000 TWh.
  4. Pour rappel, l’AIE avait estimé dans un rapport publié en octobre 2019 que l’éolien offshore avait, grâce à ce facteur de charge élevé par rapport aux installations terrestres, « le potentiel technique de produire plus de 420 000 TWh par an au niveau mondial », soit l’équivalent de 11 fois la demande mondiale d’électricité estimée en 2040 par l’Agence.
  5. The European Power Sector in 2019, Agora Energiewende et Sandbag, février 2020.
  6. Bilan électrique 2019, RTE, février 2020.

Sur le même sujet