Newsletters des énergies

Le point sur l'harmonisation européenne des étiquettes de carburants

parue le
Harmonisation de l'étiquetage

L'harmonisation de l'étiquetage des carburants inclut la Turquie. (©Shell)

À partir du 12 octobre 2018, de nouvelles étiquettes sont censées être clairement affichées sur les pompes à carburant de toutes les stations-service de l’Union européenne et de quelques pays supplémentaires afin de mieux « informer » les automobilistes. Explications.

Une demande européenne d’harmonisation

Un nouvel étiquetage est censé être visible, à partir du 12 octobre 2018, sur toutes les pompes à carburant et tous les véhicules neufs mis sur le marché ou immatriculés dans l’ensemble des 28 États membres de l’UE mais aussi en Islande, au Liechtenstein et en Norvège (tous trois membres de l’EEE(1)), en Macédoine, en Serbie, en Suisse et en Turquie.

Les nouvelles étiquettes devront apparaître sur tous les types de véhicules neufs : cyclomoteurs, voitures particulières, utilitaires légers et lourds, bus et autocars, etc. Cette mesure répond principalement à une demande de « cohérence » entre pays européens. L'harmonisation de l’étiquetage devrait principalement profiter aux automobilistes qui effectuent des trajets dans plusieurs pays (avec des noms de carburants différents) et qui pourront désormais plus facilement identifier le carburant approprié à leurs véhicules.

L’exigence d’un nouvel étiquetage remonte à la directive européenne du 22 octobre 2014 relative au déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs(2). Dans son article 7, il est attendu des États membres de l’UE qu’ils « s'assurent que des informations pertinentes, cohérentes et claires sont disponibles en ce qui concerne les véhicules à moteur qui peuvent être ravitaillés régulièrement par les différents carburants mis sur le marché ou être rechargés aux points de recharge ». Une norme, dite « EN 16942 », a depuis précisé la conception technique et la taille des nouvelles étiquettes (une norme similaire pour les véhicules électriques est en cours de conception).

Une forme, une lettre, un nombre

Les nouvelles étiquettes se distingueront par une forme, une lettre et un nombre. Les grands types de carburants seront différenciés selon la forme de l’étiquette : ronde dans le cas des essences, carrée pour le gazole/diesel et en losange pour les carburants gazeux (hydrogène, GNC, GNL, GPL).

Pour les essences et le gazole, les lettres « E » et « B » désigneront respectivement la teneur maximale de ces carburants en éthanol et en biodiesel. Le SP95 sera par exemple désigné par une étiquette « E5 », le SP95-E10 par l’étiquette « E10 » tandis que le gazole pouvant contenir jusqu’à 7% de biodiesel portera le nom de « B7 ».

La nouvelle étiquette viendra en complément des indications actuelles sur les carburants figurant dans les stations-service et ne se substituera pas aux dénominations utilisées jusqu'ici, précise l’Union française des industries pétrolières (UFIP) pour rassurer les automobilistes.

En France, près de 5 millions d'automobilistes font chaque jour le plein dans l'une des 11 000 stations-service du pays selon les dernières données de l'UFIP.

Etiquettes de carburants
Des étiquettes B20, B30 et B100 seront également déployées selon la teneur en biodiesel du gazole. (©Connaissance des Énergies)