Le SP95-E10, essence la plus consommée en France en 2017 ?

parue le
SP95-E10 essence

En décembre 2016, le SP95-E10 était déjà l’essence la plus vendue dans 4 régions françaises, aux premiers rangs desquelles l’Île-de-France.  (©CGB)

La filière française du bioéthanol(1) a présenté ce matin son bilan sur la consommation en 2016 de différentes essences intégrant ce biocarburant (SP95-E10, superéthanol E85, ED95) et ses perspectives pour 2017.

Le SP95-E10 : une part de marché en forte hausse parmi les essences

Pour rappel, le SP95-E10 est une essence sans plomb qui se distingue du SP95 par sa teneur en bioéthanol. Comme son nom l’indique, il peut incorporer jusqu’à 10%(2) de ce biocarburant obtenu à partir de sucre de betteraves, de l’amidon des céréales (blé, maïs, etc.) ou de résidus issus de leur transformation(3).

Ce carburant serait « en passe de devenir la première essence de France devant le SP95 » (courant 2017), affirme la filière du bioéthanol qui s’appuie sur les données de consommation du SP95-E10 en 2016 : près de 3,5 milliards de litres, soit près de 35,5% des ventes d’essence sans plomb en 2016, contre 42,3% pour le SP95. En décembre 2016, cette part de marché du SP95-E10 a même frôlé 38%.

Essences sans plomb

La part de marché du SP95-E10 parmi les essences sans plomb vendus en France est passée de 13% en 2010 à plus de 35% l'an dernier. (©Connaissance des Énergies, d'après Collective du bioéthanol)

En 2017, la consommation d’essence devrait continuer à se reporter vers le SP95-E10 alors que l’objectif d’incorporation de biocarburants (dans les essences) a été relevé de 7% à 7,5%(4). Les distributeurs de carburants sont ainsi incités à vendre davantage de SP95-E10 (ou de superéthanol E85) pour respecter cet objectif et éviter une pénalité financière (composante de la TGAP(5)).

Pour rappel, la TICPE (taxe sur les produits énergétiques)(6) pesant sur le SP95-E10 est inférieure de 2,4 centimes d’euro par litre à celles du SP95 (au titre de l’intégration plus forte de biocarburants). Selon la filière, un conducteur économiserait près de 70 euros par an en reportant sa consommation du SP95 vers le SP95-E10 (à raison d’un plein par semaine).

Taxes sur les essences sans plomb
En 2016, la consommation d'essence a augmenté de 2,7% tandis que celle de gazole a diminué de 0,1%, en partie en raison d'un rééquilibrage de la fiscalité entre ces carburants. (©Connaissance des Énergies, d'après Collective du bioéthanol)

A fin 2016, près de 5 500 stations-service distribuaient ce carburant dans l’hexagone (dont 60% des stations les plus importantes en volume). C’est 230 stations de plus qu’un an plus tôt. Précisons que 97% des véhicules essence en circulation sont aujourd’hui compatibles avec le SP95-E10 (contre 65% en 2009)(7).

Le superéthanol E85 : un arrêté pour homologuer les boîtiers de conversion

Carburant constitué de 65% à 85% d’éthanol et de 15% à 35% d’essence sans plomb, le superéthanol E85 fait à l’heure actuelle l’objet d’attentes bien différentes. La filière souhaite avant tout un cadre réglementaire (comme en Finlande) autour des boîtiers de conversion permettant à des véhicules essence d’être alimentés par toutes les essences, superéthanol E85 compris. La publication d’un arrêté définissant la procédure d’homologation et d’installation de ces boîtiers est attendue pour mi-avril 2017.

Pour l’heure, seuls les véhicules « flex-fuel » (« à carburant modulable ») peuvent consommer du superéthanol E85. Près de 1 000 voitures de ce type ont été vendues en France en 2016 (principalement des Golf MultiFuel). Malgré une hausse des ventes de 11% en 2016, la consommation de superéthanol E85 (96 millions de litres l'an dernier) ne compte encore que pour près de 1% du marché des essences.

Le nombre de stations-service distribuant ce carburant augmente toutefois rapidement (3 nouvelles stations par semaine) et atteignait 871 lieux de distribution à fin 2016 (ils peuvent être géolocalisés via l’application dédiée « Mes stations E85 »). La filière du bioéthanol rappelle que ce carburant présente l’intérêt d’être près de 40 centimes d’euros moins cher par kilomètre parcouru par rapport au SP95.

Dernier venu des carburants de la filière du bioéthanol, le nouveau carburant « ED95 » a été autorisé à la mise à la consommation en janvier 2016. Ce carburant est composé de 95% de bioéthanol et de 5% d’additif pro-cétane permettant la combustion du mélange. Il est destiné à des bus et des poids lourds équipés de moteurs spécifiques. Le transporteur Scania met en avant ses atouts en matière de réduction des émissions de CO2 et de particules. Ce carburant avait d’ailleurs alimenté un « bus pour le climat » durant la COP21. Une donnée à laquelle seront probablement sensibles les collectivités alors que les pics de pollution se multiplient en ce début d’année.

Sources / Notes
  1. La « collective du bioéthanol » regroupe l’Association Interprofessionnelle de la Betterave et du Sucre (AIBS) qui représente l’amont agricole et le Syndicat National des Producteurs d’Alcool Agricole (SNPAA) qui représente l’aval industriel.
  2. La limite d’incorporation est de 5% pour le SP95.
  3. Le bioéthanol peut être incorporé pur dans le SP95-E10 ou sous forme d’ETBE (Ethyl Tertio Butyl Ether).
  4. Objectif en énergie.
  5. Taxe générale sur les activités polluantes 
  6. Fiscalité sur les produits énergétiques, Ministère en charge de l’énergie 
  7. Il est possible de vérifier si son véhicule est compatible sur le site www.E10.fr.