Newsletters des énergies

Les 9 lauréats des Prix Énergies Citoyennes

A Ungersheim (Haut-Rhin, 2 057 habitants), des transports alternatifs sont privilégiés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des transports. Le ramassage scolaire d’une vingtaine d’enfants s’effectue par exemple avec un cheval de traie. De nombreux bâtiments publics sont par ailleurs chauffés par des installations solaires et une chaufferie à bois. (photo : ©Ungersheim).A Malaunay (Seine-Maritime, 5 989 habitants), un effort est porté sur le secteur des bâtiments notamment à travers la réhabilitation énergétique de plusieurs d’entre eux et la construction de 114 logements BBC. Des « ateliers de la transition » énergétique sont organisés afin d’impliquer les acteurs de la commune. (photo : ©Malaunay).A Lambesc (Bouches-du-Rhône, 9 492 habitants), un conseiller en énergie a été chargé dès 2009 d’un diagnostic énergétique de la commune, bâtiment par bâtiment, afin d’identifier les structures prioritaires. Une des quatre horloges énergétiques d’EDF en phase de test est implantée dans cette commune. (photo : ©Lambesc).Châteaudun (Eure-et-Loire, 14 000 habitants) s’est engagée dans une réflexion TEPOS (Territoire à Energie Positive). Elle a développé un réseau de chaleur permettant de produire 82% du chauffage à partir d’énergie renouvelable et a instauré une gratuité des transports en commun. (photo : © Châteaudun).Saint-Raphaël (Var, 34 220 habitants) souhaite développer un système de management global de l’énergie au travers de la norme ISO 50 001. Une centrale photovoltaïque dotée de 1 150 m2 de panneaux solaires a été implantée dans le centre-ville. (photo : ©Saint-Raphaël).Valenciennes (Nord, 45 000 habitants) a entre autres mis en place un système d’éclairage public performant lui permettant de réduire de moitié sa consommation. La ville dispose d’une station d’épuration à énergie positive. (photo : ©Valenciennes).Alès Agglomération (Gard, 100 090 habitants) privilégie la filière bois-énergie du pays des Cévennes, avec la production de plus de 10 000 tonnes par an de plaquettes forestières. Un éco-quartier de 400 logements est en cours de développement. (photo : ©Alès Agglomération).La Communauté urbaine du Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle, 265 000 habitants) a mené de nombreuses actions de sensibilisation aux problématiques énergétiques et environnementales, notamment une campagne baptisée « Face au climat, on a tous un rôle à jouer ». Elle apporte un soutien au développement des EnR dans l’optique de répondre aux objectifs 3x20 à l’échelle de la collectivité. (photo : ©Grand Nancy).Le Syndicat mixte de transport et de traitement des déchets ménagers de Moselle-Est (Moselle, 291 communes) a développé des filières de valorisation des déchets. Ceux-ci permettent notamment de produire de la chaleur et de l’électricité (cogénération) mais aussi de carburant GNV. (photo : © Sydeme).

A Ungersheim (Haut-Rhin, 2 057 habitants), des transports alternatifs sont privilégiés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des transports. Le ramassage scolaire d’une vingtaine d’enfants s’effectue par exemple avec un cheval de traie. De nombreux bâtiments publics sont par ailleurs chauffés par des installations solaires et une chaufferie à bois. (photo : ©Ungersheim).

A Malaunay (Seine-Maritime, 5 989 habitants), un effort est porté sur le secteur des bâtiments notamment à travers la réhabilitation énergétique de plusieurs d’entre eux et la construction de 114 logements BBC. Des « ateliers de la transition » énergétique sont organisés afin d’impliquer les acteurs de la commune. (photo : ©Malaunay).

A Lambesc (Bouches-du-Rhône, 9 492 habitants), un conseiller en énergie a été chargé dès 2009 d’un diagnostic énergétique de la commune, bâtiment par bâtiment, afin d’identifier les structures prioritaires. Une des quatre horloges énergétiques d’EDF en phase de test est implantée dans cette commune. (photo : ©Lambesc).

Châteaudun (Eure-et-Loire, 14 000 habitants) s’est engagée dans une réflexion TEPOS (Territoire à Energie Positive). Elle a développé un réseau de chaleur permettant de produire 82% du chauffage à partir d’énergie renouvelable et a instauré une gratuité des transports en commun. (photo : © Châteaudun).

Saint-Raphaël (Var, 34 220 habitants) souhaite développer un système de management global de l’énergie au travers de la norme ISO 50 001. Une centrale photovoltaïque dotée de 1 150 m2 de panneaux solaires a été implantée dans le centre-ville. (photo : ©Saint-Raphaël).

Valenciennes (Nord, 45 000 habitants) a entre autres mis en place un système d’éclairage public performant lui permettant de réduire de moitié sa consommation. La ville dispose d’une station d’épuration à énergie positive. (photo : ©Valenciennes).

Alès Agglomération (Gard, 100 090 habitants) privilégie la filière bois-énergie du pays des Cévennes, avec la production de plus de 10 000 tonnes par an de plaquettes forestières. Un éco-quartier de 400 logements est en cours de développement. (photo : ©Alès Agglomération).

La Communauté urbaine du Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle, 265 000 habitants) a mené de nombreuses actions de sensibilisation aux problématiques énergétiques et environnementales, notamment une campagne baptisée « Face au climat, on a tous un rôle à jouer ». Elle apporte un soutien au développement des EnR dans l’optique de répondre aux objectifs 3x20 à l’échelle de la collectivité. (photo : ©Grand Nancy).

Le Syndicat mixte de transport et de traitement des déchets ménagers de Moselle-Est (Moselle, 291 communes) a développé des filières de valorisation des déchets. Ceux-ci permettent notamment de produire de la chaleur et de l’électricité (cogénération) mais aussi de carburant GNV. (photo : © Sydeme).