Les incidents du Boeing 787- Dreamliner condamnent-ils les batteries lithium-ion ?

Boeing Dreamliner

Avions Boeing 787-Dreaminer finissant d'être assemblés à Everett dans l'État de Washington (©Boeing)

Au vu des gains de performance qu'elles apportent, les batteries lithium-ion (Li-ion) sont devenues des sources d'énergie incontournables pour tous les équipements électroniques. Il semble donc improbable qu’elles soient condamnées. Ce sont sans doute plus leurs domaines d'utilisation et les procédures d'homologation pour les applications critiques qui seront remis en cause.

Des premiers incidents publics avec des batteries Li-ion ont eu lieu en 2006 lorsque des ordinateurs portables Dell équipés de batteries Sony avaient pris feu. Bien que 4 millions de batteries aient alors été rappelées, ils n'ont pas freiné la multiplication de leurs applications mais suscité un regain d'étude sur leurs modes de défaillances. Les incidents restent infimes(1).

Avec une énergie 2 à 3 fois plus élevée, les batteries Li-ion supplantent peu à peu les batteries traditionnelles (nickel/cadmium, nickel/métal hydrure). Répandues dans tous les équipements portatifs grand public (téléphones, tablettes, etc.), elles sont aussi utilisées pour les véhicules électriques, le stockage d'énergie et plus récemment l’alimentation électrique d’avions.

Le vocable "lithium-ion" regroupe plusieurs technologies différenciées par le format, la conception, l’électrochimie et l’électronique de gestion. Airbus a fait le choix de la technologie Saft et Boeing celle de GS Yuasa pour le Dreamliner. Ces incidents dont l'origine n'est pas encore clairement élucidée vont amener les autorités de l'aviation civile à revoir les procédures d'homologation, voire les règles de conception et de fabrication de ces batteries. Il se pourrait aussi que des batteries Li-ion utilisant une électrochimie moins réactive soient imposées.

dernière modification le
Sources / Notes

(1) 5 ppm annoncés, 1 ppm correspond à un rapport de 10-6.