Où en est le développement des voitures électriques en France ?

parue le
Véhicules électriques en France

En 2014, de nouveaux modèles sont arrivés sur le marché des véhicules électriques tels que le Kia Soul EV et la Volkswagen e-golf. (©Renault-ZOE & Cie)

En 2014, les ventes de véhicules électriques particuliers en France ont augmenté de 20,3% selon l’Avere, l’association française pour le développement de la mobilité électrique. Ces voitures constituent encore une faible part du parc automobile français. État des lieux et perspectives.

Combien de nouveaux véhicules électriques en 2014 ?

En 2014, 15 045 immatriculations de véhicules électriques toutes catégories confondues (particuliers et utilitaires) ont été comptabilisées. C’est 7,8% de plus qu’en 2013. Cette croissance a été portée par les ventes de véhicules électriques particuliers qui ont dépassé la barre des 10 000 immatriculations (10 560(1), soit +20,3% par rapport à 2013). En revanche, les ventes de véhicules utilitaires électriques ont, avec 4 485 immatriculations en 2014, diminué de 13,3% par rapport à l’année précédente.

Sachant qu’il y a eu au total près de 1,8 million d’immatriculations de véhicules neufs en France en 2014, les voitures électriques ne constituent encore que 0,59% des ventes d’automobiles. Elles ont toutefois connu une croissance plus marquée en fin d’année 2014 avec 2 227 immatriculations en décembre, un record historique pour les véhicules électriques. Les analystes du marché rappellent que ce mois ne doit néanmoins pas servir de référence dès lors que les ventes réalisées sur cette période ont été stimulées par des événements particuliers : crainte d’une baisse du bonus à l’achat, promotions de fin d’année, retards à la livraison, etc.

Précisons que la Renault ZOE a été le principal véhicule électrique vendu en 2014 avec 5 970 immatriculations, soit presque 40% de l’ensemble des immatriculations de véhicules électriques. Cela fait de ce modèle le 75e véhicule particulier le plus vendu en France(2) (électriques et thermiques mélangés, loin derrière la Polo de Vokswagen et ses 40 407 immatriculations) Suivent, parmi les véhicules électriques, la Nissan Leaf (1 604 immatriculations) et la Bluecar de Bolloré (1 170 immatriculations).

Quelles perspectives en 2015 ?

Des aides en 2015 sont susceptibles de stimuler le développement des véhicules électriques. Au 1er janvier 2015, le bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique reste fixé à 6 300 € (à condition que ce montant n’excède pas 27% du prix de la voiture). Le projet de loi de transition énergétique, en discussion au Sénat, prévoit de rehausser ce bonus à 10 000 € à condition que le véhicule électrique remplace une voiture diesel polluante.

Le déploiement des bornes de recharge électrique constitue un autre point sensible susceptible de stimuler le marché des véhicules électriques. EDF et Bolloré se sont tous deux positionnés pour investir dans des infrastructures de recharge.

La loi de finances 2015 prévoit par ailleurs un crédit d’impôt de 30% pour l’acquisition d’un système de charge à domicile (avec effet rétroactif pour le matériel payé depuis le 1er septembre 2014). Cette aide est conditionnée au fait que le système soit installé par un professionnel reconnu RGE. Selon le Ministère, 80% à 90% des points de charge ont vocation à être installées chez les particuliers ou sur le lieu de travail. Pour rappel, un objectif de 7 millions de points de charge à l’horizon 2030 a été fixé dans le projet de loi de transition énergétique.

Sources / Notes

(1) Auxquelles certains ajoutent les près de 400 immatriculations de BMW i3 avec prolongateur d’autonomie
(2) Données CCFA