Panorama et évaluation des filières d'autobus urbains

  • Source : Ademe

En 2017, le transport de voyageurs en autobus, autocars et tramways a compté pour 6,2% des déplacements en France, derrière la voiture particulière (80,5 %) et le train (11,7 %)(1). Près de 72% des autobus en circulation dans l'hexagone(2) sont alimentés au gazole mais « la présence de carburants alternatifs (gaz, électrique, hybride, etc.) continue de progresser », indique l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Dans le rapport ci-après remis au gouvernement, l’Ademe présente le parc actuel d'autobus urbains en France et « identifie le niveau de développement des différentes filières énergétiques autres que le gazole ». Il y est notamment précisé que l’âge moyen des autobus en France est de 7,7 ans et qu'Iveco est le constructeur de 41% des véhicules de ce parc. Cet état des lieux détaille également les avantages et contraintes (d'ordres technique, environnemental et économique) des différentes filières « alternatives » au gazole.

Le rapport mentionne de nombreuses villes de France ayant déjà développé des parcs d'autobus à carburants « alternatifs » : bus GNV à Boulogne-sur-Mer, bus électriques à Orléans, bus hybrides à Dijon, bus BioGNV à Grenoble, bus à hydrogène à Pau, etc. En faisant état de ces expériences diverses, l'Ademe entend encourager et accompagner les collectivités dans le déploiement de flottes de bus à faibles émissions de gaz à effet de serre.

Lire l'étude  :
Lire le rapport
Sources / Notes
  1. En voyageurs-kilomètres (unité de mesure qui équivaut au transport d’un voyageur sur un kilomètre).
  2. Autobus « capacitaires » d'au moins 12 mètres (donnée de l'Ademe).