Perspectives des énergies renouvelables en Moldavie

  • Source : Irena

Située entre la Roumanie et l’Ukraine, la Moldavie dépend à près de 70% de ses pays voisins pour satisfaire ses besoins en énergie. Dans ce pays, le recours à des ressources énergétiques domestiques se limite à la consommation de biomasse à des fins de production de chaleur.

Dans l’étude ci-après en anglais, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) rappelle la situation énergétique de ce pays d’Europe orientale de près de 3,5 millions d’habitants (qui s'étend sur une surface presque trois fois supérieure à l'Île-de-France) et présente ses recommandations pour y accélérer le développement des énergies renouvelables.

Selon l’Irena, la Moldavie dispose d’un « vaste potentiel inexploité » pour développer les filières renouvelables dont le développement  – hors biomasse « traditionnelle »  – reste actuellement très limité. L’Agence internationale pour les énergies renouvelables recommande entre autres que le pays se dote d’objectifs dédiés à l’horizon 2030, avec pour ambition d’améliorer par la même occasion sa sécurité d’approvisionnement(1).

Le développement de l'énergie éolienne  en Moldavie –  première filière renouvelable productrice d'électricité du pays  – se limite à l'heure actuelle à un parc de 27 MW d'installations « de seconde main importées de pays européens ». Dans les prochaines années, la Moldavie souhaite installer plus de 100 MW de nouvelles capacités éoliennes, dont 80 MW via des appels d’offres (pour des projets de plus de 4 MW) et 20 MW grâce à un système classique de tarifs d'achat garantis (pour les plus petites installations).

Energie en Moldavie
En 2017, les énergies renouvelables comptaient pour plus d’un quart de la consommation d’énergie en Moldavie, presque exclusivement grâce à l’usage de biomasse « traditionnelle ». (©Connaissance des Énergies, d’après Irena)

Lire l'étude  :
Moldavie et énergie
Sources / Notes
  1. La Moldavie a fixé pour objectif de porter à 17% la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique mais cette cible est d’ores et déjà atteinte grâce au seul usage de la biomasse traditionnelle.