Situation énergétique de la Corée du Sud

  • Source : EIA

En 2019, les énergies fossiles ont compté pour près de 87% de la consommation d'énergie primaire de la Corée du Sud. Comme le Japon, ce pays dépend des importations pour satisfaire la quasi-totalité de ses besoins actuels d'énergies fossiles, rappelle l’EIA américaine (Energy Information Administration).

Dans le rapport en anglais ci-après publié fin octobre, l’EIA regroupe les grands chiffres clés sur l’énergie en Corée du Sud. Il y est rappelé que ce pays de près de 52 millions d’habitants(1) était le 9e consommateur d'énergie au monde en 2019. Il fait partie des cinq principaux importateurs de gaz naturel liquéfié (GNL), de charbon et d'hydrocarbures liquides.

La Corée du Sud dispose d'un secteur industriel « intensif en énergie », souligne entre autres l'EIA (notamment pour produire de l'acier et des produits pétrochimiques). L'industrie compte en particulier pour 54% de la consommation nationale d'électricité. Cette électricité provient principalement des centrales à gaz, le nucléaire (24 réacteurs dans le pays(2)) et les énergies renouvelables progressant par ailleurs dans le mix électrique national au détriment du charbon.

L'énergie en Corée du Sud
En 2019, les énergies fossiles ont compté, en Corée du Sud, pour 87% de la consommation d'énergie primaire et pour près des deux tiers de la production d'électricité. (©Connaissance des Énergies, d'après EIA)

Lire l'étude :
Corée du Sud

Sur le même sujet