Situation énergétique du Japon après Fukushima

  • Source : U.S. EIA

La situation énergétique du Japon est observée avec attention depuis l’accident de Fukushima Daiichi qui a privé l’île de plus d’un quart de sa production électrique. Privé d’importantes ressources énergétiques domestiques, le pays satisfait aujourd’hui près de 85% de ses besoins en énergie primaire à partir des importations.

Le Japon est le premier importateur mondial de GNL (37% des importations mondiales en 2012) mais aussi le deuxième importateur de charbon et le troisième importateur de pétrole dans le monde. En 2012, le pays a dépensé près de 250 milliards de dollars pour importer des combustibles, soit le tiers de ses importations totales pesant sur sa balance commerciale.

L’US Energy Information Administration (EIA) rappelle que malgré un développement des énergies renouvelables fortement soutenu au Japon, le pays continue à s’appuyer très majoritairement sur les énergies fossiles. Notons que l’efficacité et la sobriété énergétiques constituent des thématiques stratégiques depuis mars 2011 qui ont permis au Japon de surmonter la « pénurie » électrique auquel il a été confronté.

Lire l'étude  :
Analysis report on Japan