Les prix du pétrole en hausse avec l'augmentation attendue de la demande aux États-Unis

  • AFP
  • parue le

Les prix du pétrole renforçaient leurs gains jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis et la forte chute des réserves stratégiques d'or noir du pays, quelques jours avant l'ouverture de la saison de la conduite.

Vers 15h40 GMT (17h40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet prenait 2,69% à 117,10 dollars, après avoir touché les 117,39 dollars le baril, un plus haut depuis fin mars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois, montait quant à lui de 3,52% à 114,21 dollars.

"Les prix du brut ont augmenté car le marché du pétrole reste tendu, le début de la saison de la conduite estivale (aux États-Unis) devant maintenir une trajectoire à la baisse pour les stocks américains", explique Edward Moya, analyste chez Oanda.

Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Les réserves stratégiques de pétrole brut ont cependant de nouveau fortement baissé (- 6 millions de barils).

"Les perspectives de la demande de brut sont très incertaines du fait de la Chine, mais les États-Unis restent bien orientés", poursuit l'analyste, la Chine ayant fait face ces derniers mois à une résurgence de la pandémie de Covid-19 sans précédent dans le pays.

"Les dernières données américaines suggèrent un ralentissement de l'économie, mais les consommateurs continuent de dépenser et voyageront probablement beaucoup cet été", formant un contexte favorable à une hausse des prix, précise M. Moya.

"Le Memorial Day (jour férié lundi 30 mai, ndlr) déclenchera presque certainement une augmentation de la consommation d'essence", souligne Tamas Varga, analyste chez PVM Energy.

Les cours du pétrole devraient être encore plus soutenus "une fois que les sanctions de l'UE sur les ventes de pétrole russe seront approuvées par toutes les parties concernées", ajoute M. Varga.

Le président du Conseil européen Charles Michel a affirmé mercredi rester "confiant" en un accord sur un embargo de l'UE sur le pétrole russe d'ici au début du Conseil européen lundi, malgré le blocage hongrois.

Un optimisme rapidement tempéré par le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, assurant que son pays voterait contre un embargo sur les importations européennes de pétrole russe "tant que cela (rendrait) impossible l'approvisionnement de la Hongrie en énergie".

La Hongrie est un pays enclavé, sans accès à la mer. Elle dépend particulièrement du pétrole russe.

La guerre en Ukraine se poursuit, Kiev évoquant jeudi une offensive militaire russe d'"intensité maximale" et une situation extrêmement difficile dans l'est de son territoire.

"Le constat général est que l'invasion de l'Ukraine par la Russie a créé une situation où les sanctions internationales et les boycotts volontaires des ventes de pétrole russe ont déjà entraîné une baisse de la disponibilité du pétrole et que les conditions vont encore se détériorer", relève M. Varga.

Modération des commentaires

Les commentaires sont désactivés sur notre site durant la période estivale (jusqu’au lundi 29 août) afin d’éviter les spams en l’absence d’un modérateur.

Nous vous remercions de votre compréhension et vous souhaitons un bel été.

La rédaction