Newsletters des énergies

Énergie et climat en France : les chiffres clés

parue le
Énergie et climat

Entre 2009 et 2014, la France a réduit son intensité énergétique finale de 1,6% par an en moyenne. (©photo) 

L’Ademe vient de mettre en ligne sa dernière édition des chiffres clés « climat, air et énergie » en France. Nous vous restituons les principales données à retenir.

Énergie primaire et énergie finale

Selon les dernières données de l’Ademe, la consommation d’énergie « primaire » de la France a atteint 257 Mtep en 2014. Pour satisfaire les besoins des consommateurs finaux (carburants à la pompe, électricité chez soi, etc.), cette énergie est transformée et transportée par l’homme.

Il s’opère des pertes relativement importantes lors de ces opérations de transformation (ex : chaleur nucléaire en électricité, raffinage), de transport et de distribution de l’énergie jusqu’aux consommateurs (ex : pertes par effet Joule, transport des hydrocarbures). La consommation d’énergie « finale » de la France a ainsi avoisiné 150 Mtep en 2014.

Pétrole et facture énergétique

Près de 40% des besoins en énergie finale de la France sont encore satisfaits par le pétrole. Les produits pétroliers constituent la quasi-totalité du mix de consommation dans le secteur des transports mais a un rôle très limité dans ceux de l’industrie et des bâtiments (avec une part plus faible que le gaz et l’électricité).

Cette dépendance au pétrole pèse encore sur la facture énergétique française. Celle-ci atteignait encore 53,9 milliards d’euros en 2014 selon l’Ademe. Notons toutefois que cette facture a fortement baissé avec la chute des cours : les dernières données du ministère de l’énergie indiquent que le solde du commerce extérieur de la France relatif aux produits énergétiques a chuté à un niveau  de 39,8 milliards d’euros en 2015, un niveau comparable à celui de l’année 2009(1).

Électricité et loi de transition énergétique

L’Ademe précise qu’environ un quart de la consommation d’énergie finale en France aurait été satisfaite en 2014 sous forme d’électricité. Rappelons que la production électrique française repose, selon des donnés plus récentes portant sur 2015, à environ 76,3% sur l’énergie nucléaire, à 10,8% sur l’hydroélectricité, le reste étant généré à parts à peu près égales par les énergies renouvelables hors hydraulique (principalement l’éolien qui comptait pour 3,9% du mix électrique en 2015) et par des énergies fossiles d’autre part (4,0% pour le gaz).

Pour rappel, la loi de transition énergétique pour la croissance verte adoptée à l’été 2015 fixe entre autres un objectif de réduction de la consommation d’énergie finale en France de 20% d’ici à 2030 et de 50% d’ici à 2050 par rapport à 2012.

Émissions de gaz à effet de serre

Les émissions de gaz à effet de serre font l’objet d’une forte attention, en particulier depuis la COP21 qui s’est tenue en France fin 2015. Selon les dernières données de l’Ademe, la France a émis 492 millions de tonnes équivalent CO2 en 2013(2), dont 73,6% de CO2 (dont les émissions proviennent elles-mêmes à 36% des transports).

Pour rappel, l’Union européenne s’est entre autres engagée, dans le cadre de son Paquet Énergie-Climat, à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20% d’ici à 2020 et de 40% d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990.

Consommation d'énergie et émissions de gaz à effet de serre

Les chiffres clés à retenir sur la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre en France (©Connaissance des Énergies)