Après la COP26, la France doit rehausser ses objectifs climatiques pour 2030, souligne le Haut conseil pour le climat

  • AFP
  • parue le

Dans la foulée de la COP26 de Glasgow, la France doit rehausser ses objectifs climatiques pour 2030, renforcer leurs mises en oeuvre et "reprendre l'initiative à l'international", recommande le Haut conseil pour le climat dans un avis publié jeudi.

L'organisme indépendant voulu par Emmanuel Macron pour évaluer les politiques climatiques de la France s'est penché sur les décisions prises à la COP26 et leurs implications pour la France.

Malgré les avancées enregistrées lors de ces négociations internationales, "la somme des nouvelles ambitions ne permet pas de limiter le réchauffement à 1,5°C comme c'était l'ambition" de l'Accord de Paris, a commenté la présidente du HCC, Corinne le Quéré, lors d'une visio-conférence. "La décennie actuelle doit être la décennie de l'action, avec des réductions massives dès maintenant" des émissions de gaz à effet de serre, a-t-elle poursuivi.

À l'échelle française, le HCC recommande de "rehausser les objectifs 2030 de la France et clairement spécifier les enjeux pour tous les secteurs émetteurs, y compris l'aviation et les transports maritimes internationaux" aujourd'hui exclus des engagements. "L'objectif de réductions d'émissions de la France actuellement à -40% en 2030 par rapport au niveau de 1990 n'est plus à la hauteur des enjeux soulignés à la COP26", précise le HCC dans son rapport, d'autant que l'Union européenne s'est fixée comme nouvel objectif une baisse de 55%.

Les plans climat ministériels - dont seulement trois sur dix ont été publiés - "doivent être coordonnés au niveau du Premier ministre et être calibrés sur les enjeux climatiques", a insisté Corinne Le Quéré. Il s'agit de "clairement spécifier les enjeux pour tous les secteurs émetteurs", en particulier le transport routier et l'agriculture qui ne voient pas leurs émissions baisser suffisamment, a-t-elle poursuivi. Corinne Le Quéré a aussi regretté qu'aucun Conseil de défense écologique n'ait été réuni depuis février 2020.

Le HCC préconise aussi de "renforcer la gouvernance et les moyens mis en œuvre en matière de climat", d'"assurer un suivi des engagements internationaux pris par la France" et enfin de "reprendre l'initiative à l'international sur le climat dans la perspective des futures COP27 en Egypte et COP28 aux Émirats arabes unis, en y associant notamment les acteurs économiques", selon un communiqué. "On est en train de jouer l'avenir de l'Accord de Paris" et "la France a cette responsabilité de continuer à être très active", a commenté Laurence Tubiana, membre du HCC et l'une des architectes de l'accord de Paris en 2015.

Commentaires

Serge Rochain

Bof, on peut toujours relever les objectifs au niveau que vous voulez, de toutes les façons on ne les respectera pas comme nous avons fait pour les objectifs de 2020 pris lors de la COP21 en 2015.
On s'est contenté de regarder le temps passer et pour s'occuper on a fait une demi douzaine de recours judiciaires contre tous nouveaux projets quel qu'ils soient du moment que ça faisait de l'ombre au nucléaire. 60 ans d'intoxication à grand coups de fake news, ça laisse des traces indélébiles.

Fontaine

Pour rehausser les objectifs climatiques pour 2030, renforcer leurs mises en oeuvre et "reprendre l'initiative à l'international", il suffirait de réviser la PPE pour arrêter de vouloir décarbonner, notre filière de production électrique pilotable (déjà décarbonnée à quasi 100%), par les filières de production impilotable, imprévisible, intermittente et uniquement source de dépenses inutiles d'énergie et de pollution supplémentaire. Les milliards d'euros économisés en arrêtant par exemple la filière du greenwashing éolien on pourraient investir dans l'immense chantier des indispensables économies d'énergie.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture