Transport routier : le point sur les restrictions de circulation à Paris

parue le
Voitures dans Paris

La mairie de Paris annonce vouloir « diviser par plus que deux » la pollution de l'air dans la capitale d'ici à 2020. (©Pixabay)

Ce 1er juillet 2016 entrent en vigueur à Paris de nouvelles restrictions de circulation appliquées à certains des véhicules « les plus polluants ». Cette mesure participe à la lutte de la capitale contre la pollution de l’air, qualifiée d’« impératif de santé publique » par Anne Hidalgo.

Les véhicules concernés

A partir de ce 1er juillet 2016, trois catégories de véhicules n’auront plus le droit de circuler dans Paris les jours ouvrés de 8h à 20h :

  • les véhicules particuliers mis en circulation avant le 1er janvier 1997 ;
  • les véhicules utilitaires légers mis en circulation avant le 1er octobre 1997 ;
  • les deux-roues motorisés mis en circulation avant le 1er juin 1999.

Au total, près de 10 000 véhicules seraient concernés selon la mairie de Paris (mais des associations évoquent un nombre dix fois plus important de véhicules affectés). Une précédente interdiction, entrée en vigueur le 1er septembre 2015 et s’appliquant 7 jours sur 7, avait concerné les poids-lourds et autocars les plus polluants (essence et diesel immatriculés avant octobre 2001). Précisons que ces interdictions de circulation « dans Paris » ne s’appliquent pas au périphérique et aux bois de la capitale.

Les nouvelles vignettes « Crit’Air »

Précédée par une période « pédagogique » de contrôles sans sanctions, la verbalisation des véhicules en infraction débutera en octobre 2016(1). Le contrôle des véhicules autorisés à circuler s’appuiera sur le nouveau système national des certificats « Crit’Air » : 6 vignettes de couleurs différentes permettront de catégoriser les véhicules en fonction de leurs émissions de polluants (par exemple le vert pour les véhicules « zéro émission moteur » comme les voitures électriques et à hydrogène).  Ces vignettes doivent être commandées sur un site dédié (certificat.air.gouv.fr)(2) et seront obligatoires à Paris à partir du 1er janvier 2017.

Précisons qu’il existe un certain nombre de dérogations aux restrictions de circulation à Paris, notamment pour les véhicules d’intérêt général prioritaires (police, services hospitaliers, etc.), les véhicules d’approvisionnement des marchés parisiens, les camions-citernes, les véhicules portant une carte de stationnement pour personnes handicapées ou encore les véhicules de plus de… 30 ans d’âge dans le cadre d’une activité touristique (sous réserve d’autorisations spécifiques).

Quelques rappels sur la pollution de l’air et les transports

Ces mesures d’interdiction de circulation visent à réduire la pollution atmosphérique et en particulier les émissions de particules fines qui réduiraient, selon la mairie, l’espérance de vie des Parisiens de 6 à 9 mois. Les épisodes de pic de pollution à Paris équivaudraient notamment pour les habitants à une exposition à la fumée de 8 cigarettes dans une pièce de 20 m2. Dans la capitale, le transport routier serait à l’origine de 55% des émissions des particules fines et de deux tiers des émissions de dioxyde d’azote.

Pour inciter les habitants à renoncer à leur voiture particulière, la mairie prévoit différentes aides s’élevant jusqu’à 400 € (en contrepartie de la vente ou de la destruction de leur véhicule) : prise en charge partielle de l’abonnement annuel de transport en commun Navigo, aides à l’achat de vélos (électriques ou non), etc(3).  Des aides similaires sont prévues pour les flottes d’entreprise, par exemple pour le remplacement de ces dernières par des véhicules électriques ou au GNV (gaz naturel véhicule).

Pour rappel, les transports comptent pour 32,5% de la consommation d’énergie finale en France, cette consommation étant très largement satisfaite par des produits pétroliers destinés au transport routier (82,4% de la consommation énergétique du secteur). La loi de transition énergétique pour la croissance verte vise entre autres à favoriser une « mutation du parc automobile français » et permet aux collectivités qui le souhaitent, comme Paris, de mettre en place des zones de circulation restreinte (ZRC) pour les véhicules les plus polluants(4). D’autres pays européens ont adopté un système similaire comme l’Allemagne (depuis 2008) où une cinquantaine de villes ont introduit de telles zones.

Vous pouvez vérifier si votre véhicule est concerné par les restrictions de circulation en cliquant ici.

Sources / Notes
  1. L’amende est fixée à 35 € pour les véhicules individuels (puis 68 € en 2017) et à 135 € pour les poids lourds.
  2. Au prix de 4,5 €.
  3. Le bénéficiaire peut en complément recevoir une réduction de 50% de l’abonnement annuel Autolib’ et un crédit de 50 € de trajets prépayés.
  4. Article 13 de la loi de transition.