Allemagne : l'énergéticien VNG, en difficulté, demande l'aide de l'État

  • AFP
  • parue le

L'énergéticien allemand VNG, troisième importateur de gaz du pays, a indiqué vendredi qu'il allait demander une aide de l'État pour faire face à ses pertes liées à l'envolée des prix de l'énergie sur le marché européen. Les mesures demandées "visent à absorber les pertes importantes qui s'accumulent actuellement en raison de l'approvisionnement de substitution en gaz naturel et à permettre la poursuite des activités commerciales", a indiqué dans un communiqué cette entreprise.

Après l'énergéticien Uniper cet été, c'est le deuxième fournisseur allemand à en appeler à l'État dans le contexte de la crise gazière déclenchée par l'invasion russe de l'Ukraine. VNG n'a pas précisé le montant des aides demandées mais a souligné que ses pertes étaient "considérables" en lien avec le tarissement des livraisons de gaz russe, dont l'Allemagne était l'un des principaux clients.

Pour remplacer le gaz vendu par la Russie et pouvoir honorer les contrats passés avec les consommateurs allemands, les fournisseurs doivent s'approvisionner sur le marché comptant où les tarifs ont explosé. VNG indique qu'elle soumettra vendredi au ministère allemand de l'Économie et de l'action climatique sa demande "de mesures de stabilisation".

Filiale à 74,21% de EnBW Energie Baden-Württemberg, VNG dit fournir du gaz à environ 400 services publics municipaux et opérateurs industriels, soit environ 20% des besoins en gaz de l'Allemagne. Des énergéticiens de différents pays européens, confrontés aux mêmes difficultés, ont demandé ou obtenu des soutiens publics ces dernières semaines.

Le premier d'entre eux avait été cet été l'importateur de gaz allemand le plus important, Uniper, qui a fait l'objet d'un plan de sauvetage de plusieurs milliards d'euros. Lui aussi asphyxié par les coupures de gaz russe, il a récemment demandé au gouvernement d'étendre de 4 milliards d'euros sa ligne de crédit actuelle auprès de la banque publique allemande de développement, après avoir consommé ses 9 milliards d'euros.

Commentaires

Lecteur 30

Tiens, encore un énergétien européen qui demande de l'aide financière ... Est-ce à dire que contrairement à ce qu'on nous dit chaque jour sur les ondes, il y a des énergéticiens qui ne font pas de super-profits? Cherchons un peu plus, on en trouvera d'autres. Une bonne raison pour faire un peu taire les chasseurs de contribuables et les journalistes qui accompagnent la traque

Jean BLIN

Comme quoi, les sanctions des pays de l'UE et de l'OTAN contre la Russie produisent leur effet : L'effet boomerang. Ces énergéticiens allemands peuvent remercier le gouvernement Merkel et ses alliés écologistes les Grünen pour leur virage "Energiewende" depuis 2011 : 28.000 éoliennes, des centrales solaires sur des milliers de km2 au sol comme en toitures et du gaz, du gaz, beaucoup de gaz russe pas cher et abondant pour remplacer les centrales nucléaires fermées et pour pallier les intermittences de ces intermittentes de l'électricité : 25 % de temps de production éolienne et moins de 15 % pour les panneaux photovoltaïque.
Mais boum badaboum, fin du gaz russe abondant et bon marché, le boomerang revient au lanceur, les gaziers se cassent la gueule, pas de problème le contribuable allemand paiera, quand bien même les usines allemandes les plus énergivores s'arrêteront cause électricité des centrales à gaz trop chère, et le salarié-contribuable ira payer ses impôts avec les € de sa caisse de chômage.

Régis

Ah !
Le bon vieux principe du "privatiser les bénéfices et nationaliser les pertes"..
Le tout dans un "marché libre & non faussé.."..
C'est pas en France que l'on verrait ça..

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.