Allemagne: réunion autour de l'éolien, pilier de la transition énergétique en crise

  • AFP
  • parue le

Pilier de la transition énergétique allemande, l'éolien voit plonger les investissements et affronte l'hostilité croissante des riverains, poussant le gouvernement d'Angela Merkel à organiser jeudi une réunion de crise.

Après des années de hausse de ses capacités, le secteur assure désormais un cinquième de la production allemande d'électricité, mais subit une crise ouverte aux ramifications sociales et politiques.

Plus de 600 initiatives citoyennes ont fleuri contre les nouvelles installations d'éoliennes et dans l'Est, l'arrondissement de Saale-Orla offre 2 000 euros à qui s'assure un avis d'expert contre ces modernes moulins à vent. "Protégeons nos paysages, les hommes et les animaux" : le parti d'extrême droite AfD, prompt à surfer sur les colères du moment, a fait de la lutte contre l'éolien l'un de ses principaux thèmes de campagne lors des élections régionales dans le Brandebourg la semaine dernière.

"En ce qui concerne l'expansion de l'éolien terrestre, l'Allemagne est passée de la voie rapide à la bande d'arrêt d'urgence", résume Achim Derck, président de la fédération allemande DIHK des chambres de commerce et d'industrie.

Le nombre de nouvelles turbines installées en Allemagne depuis le début de l'année est en recul de 82% sur un an, indique la fédération allemande du secteur (EBW). En 2018, l'Allemagne s'est dotée d'une capacité supplémentaire de production inférieure de moitié à celle de 2017. Les appels d'offres pour attribuer de nouvelles capacités de production ne trouvent pas preneurs, une tendance jugée "inquiétante" par l'agence fédérale des réseaux.

26 000 emplois supprimés

Cette crise de l'éolien "remet en cause le succès de la transition énergétique en Allemagne", déplore Hermann Albers, président de la fédération allemande de l'énergie éolienne (BWE), dans un entretien à l'AFP.

L'Allemagne compte fermer sa dernière centrale nucléaire en 2022 et se débarrasser du très polluant charbon d'ici 2038. Les énergies renouvelables, éolien et solaire en tête, doivent pour cela poursuivre leur montée en puissance pour représenter 65% de la production d'électricité en 2030, contre 40% aujourd'hui.

Selon plusieurs acteurs du secteur, le point de bascule a été atteint en 2016, lorsque le gouvernement, jugeant le secteur arrivé à maturité et les subventions trop lourdes pour le contribuable, a modifié ses aides. L'amendement à la loi énergétique allemande (EEG) a supprimé les revenus garantis, et favorisé la mise en concurrence via des appels d'offres.

Pour les investisseurs, déjà confrontés à la concurrence étrangère et aux longs délais d'attribution des permis de construire, ce changement de cap a achevé de transformer l'éolien allemand en épouvantail. Dans les mois qui ont suivi, 26 000 emplois ont été supprimés dans ce secteur en Allemagne, soit plus que dans le charbon, selon les chiffres récemment publiés par le Bundestag à la demande du parti de gauche Die Linke.

« Genou à terre »

"Nous avions tiré la sonnette d'alarme. Mais la raison pour laquelle le gouvernement allemand s'est engagé sur cette voie reste à ce jour un mystère", critique M. Albers.

Le ministre allemand de l'Économie, Peter Altmaier (CDU), a décidé de convoquer jeudi une consultation de crise à huis clos avec les différents du secteur, deux semaines avant l'annonce d'un vaste "plan climat" allemand, censé permettre à Berlin de rattraper son retard en terme d'objectifs climatiques.

Pour relancer l'expansion du réseau, les acteurs allemands de l'éolien exigent notamment une réglementation uniforme dans le pays, alors que les distances imposées aux éoliennes par rapport aux habitations varient d'une région à l'autre.

"Je n'ai pas l'impression que le gouvernement allemand comprenne qu'il est en train de détruire un écosystème économique source d'ingénierie de pointe, d'innovation, qui a pris du temps a être créé et qui a fait beaucoup pour la réputation de l'Allemagne", regrette Yves Rannou, patron du fabricant d'éoliennes Senvion.

Cette entreprise de 4 400 salariés, installée près de Hambourg, a annoncé fin août mettre la clé sous la porte, touchée de plein de fouet par l'effondrement du marché allemand en 2016, qui représentait 60% de ses revenus, contre 20% aujourd'hui. "Nous ne sommes que la partie émergée de l'iceberg, les premiers à mettre genou à terre mais pas les derniers", avertit le patron.

Commentaires

Pierre-Ernest

Il est vraiment incompréhensible que les personnes sérieuses du gouvernement allemand aient refusé jusqu'à aujourd'hui d'entendre les nombreux avertissements venant de spécialistes incontestés qui se sont faits entendre pendant des années, depuis que Madame Merkel a lancé son pays dans cette redoutable aventure appelée Energiewende qu'elle paye d'ailleurs de sa position. Au passage, notons que la "transition énergétique" française prend le même chemin, entraînée par les mêmes arguments et pourrait avoir les mêmes conséquence pour celui qui la soutient ardemment...

Vakistude

Tout à fait d'accord .
L’éolien , et d'autant plus l’éolien offshore sont des catastrophes environnementales , visuelles et sonores ( je vis proche de 5 éoliennes ).

Pourquoi ne pas mettre systématiquement du photovoltaïque sur tous les toits de entièrement refais ou des maisons neuves . Pas de pollution sonore , peu de visuelle ... et bien sur vive le nuck .

rochain

Oui pour le solaire, non pour le nucléaire dangereux, il l'a prouvé, et du moment qu'une chose est possible, elle se produit un jour.

Vakistude

Quand à la dangerosité du nucléaire ,je ne peux que vous conseiller de regarder les conférences de Jean Marc Jancovici ...

rochain

Autrement dit, vous ne pouvez pas faire grand chose. JMJ a choisi son camp depuis 20 ans et aujourd'hui quoi qu'il arrive il ne se désavouera pas, il s'agit de son gagne pain et n'a plus sa liberté sauf à se renier. Il a perdu sa crédibilité avec le temps.
De toutes les faons, par principe ce ne sont pas des gourous qui orientent ma façon de penser mais les faits que je constate en regard des évolutions possibles.

rochain

Ce qui est incompréhensible c'est de changer de cap sous la pression de groupes qui préfèrent sans doute voir des centrales atomiques devant leur porte que des éoliennes.
Le prétendu paysage est chez nous déjà saccagé depuis que l'on a installé 200 000 pylônes bien plus affreux qu'une éolienne pour soutenir des câbles THT venant d'une vingtaines d'endroit concentrés au bord des fleuves et devant alimenter chaque point du territoire.
L'Allemagne a réussi à faire passer le charbon derrière les ENR dans la proportion du mixe électrique, et est en bon chemin pour atteindre les 50% du mixe. Arréter maintenant serait une erreur monumentale, mais je suis convaincu que la raison l'emportera.

POINT

Je suis surpris que vous puissiez encourager l'Allemagne à persister dans son erreur avec l'Energie Wende. La décision allemande de fermer ses centrales nucléaires a eu pour conséquence de recourir aux centrales à charbon et au lignite très polluantes. L'Allemagne est très mal partie pour respecter ses engagements sur les accords de Paris sur ses rejets de CO2 qui polluent toute L'Europe. Elle ferait mieux de revenir sur sa décision de fermer ses centrales nucléaires qui tournent comme des horloges dans l'intérêt du réchauffement climatique...

rochain

Vous êtes surpris uniquement par ce que vous croyez dur comme fer que la solution au réchauffement climatique est la production d'électricité par le moyen nucléaire. Mais si cette conviction est fausse votre argumentaire ne vaut plus rien.
Dans la même veine vous êtes convaincu que le recours aux ENR, et notamment l'éolien, est une erreur pour assurer ses besoins énergétiques .
Vous êtes convaincus qu'à l'arrêt des centrales nucléaires en Allemagne a été remplacé par la combustion du charbon, ce qui est encore faux puisque celui ci a du cédé en 2018 sa place de major dans le mixe électrique Allemand aux ENR qui y atteignent aujourd'hui 40% le charbon rétrogradé à la seconde place à 38%
Enfin, la France a plus de retard que l'Allemagne sur le respect de ses engagements sur les accords de Paris.
Tout cela ne sort pas de convictions dogmatiques comme vos allégations mais de faits enregistrés dans les statistiques officielles.
Quant à vos horloges atomiques qui tournent juste, il ne s'agit encore que des horloges au césium qui nous donnent le temps atomique coordonné (TAC), et non ces réacteurs qui de temps à autres s'arrêtent sans explication quand il n'explosent pas inondant pas de radiations dévastatrice sur des milliers de km carré les zones habitées.
Mais moi, je ne suis pas étonné contrairement à vous, car je sais les dégâts provoqués par la propagande nucléaire depuis 50 ans, dégâts qui en France sont, pour l'instant au moins, plus important que ceux du nucléaire lui-même.

Blaizot

Et oui on ne peut pas subventionner indéfiniment et quand ça s’arrête, c’est la catastrophe ; remplacer le nuk français par de l’eolien C’est couvrir trois départements français de tours géantes et enlever toutes les habitations : une évidente chimère ! Maintenons Feissenheim la centrale la plus sûre et la plus économique d’Europe !

rochain

On ne subventionne rien du tout, on achète du courant électrique. Ou si vous préférez on subventionne bien le nucléaire.

Vakis

Il est évident que toutes les énergies en France ( et aussi les départs en retraite très précoces et l’énergie très peu coûteuse des agents EDF ).
En Allemagne l’électricité coûte 95 % plus chère qu'en France .

rochain

Je ne sais pas ce que vous vouliez dire avec toutes les énergies en France et l’énergie peu couteuse des agents EDF mais l’électricité ne coute pas 95% plus cher en Allemagne mais seulement 17%.
Ne confondez pas les taxes qui n’ont rien à voir avec le coût de l’électricité. Chaque pays chosi de financer ses dépenses en taxant les produits de façon différente et l’Allemagne est le pays qui taxe le plus son électricité après le Danemark qui a pourtant la production électrique la moins chère d’Europe mais la revend le plus cher
En réalité vendu HT aux ménages en Allemagne il n’est que de 17% supérieur au prix vendu par EDF au français
https://fr.statista.com/infographie/11825/le-prix-de-lelectricite-en-eu…
Mais le coût de production est moins élevé en Allemagne qu’en France, ce qui signifie que la st. nationale qui vend l’électricité prend une marge supérieure à celle que prend EDF. Voyez le tableau du prix moyen du marché du MWh par pays à la fin de l’article Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Électricité_en_Europe
Et malheureusement le coût de production en France ne va qu'augmenter. Nos centrales sont en fin de vie, le grand carénage va couter très cher et il faudra bien le payer. Par ailleurs, l'EPR tourne à la Bérézina après avoir plus que tripler son coût prévisionnel sans avoir encore produit le moindre watt. Le tarif de vente de la production de l'EPR d'Hinkley Point n Angleterre s'est signé à hauteur de 110 €/MWh alors que dans le même temps les ventes de production PPV s'établissent à 14,63 € le MWh :
https://www.batirama.com/article/26939-photovoltaique-comwatt-est-pret-…
Le monde est en trin de changer et vous ne vous en rendez pas compte. Le nucléaire était l'énergie du XXe siècle et les ENR seront celles du XXI em

Eric

Bonjour,
Quand on mélange tout ... On peut faire dire n'importe quoi à l'information... Le prix dont vous faites référence sur l'article Wikipédia sont les prix spots, c'est à dire la bourse du marché de gros de l'électricité. Ils reflètent le prix de l’électricité nécessaire pour compléter l'écart entre l'énergie produite par les sources permanentes (Centrales nucléaires, barrages, parcs ENR, etc, ...) par des sources pilotables à volonté qui font l'objet de contrats très particuliers. Cette bourse permet d'organiser la mise en service de sources supplémentaires en urgence ou pour le lendemain. Ça n'a rien à voir avec le coût moyen annuel de l'électricité, qui provient pour l'essentiel des sources permanentes. En particulier, certains jour, le prix spot de l’électricité allemande est négatif, car les ENR produisent trop d'énergie, donc l'Allemagne paye les acteurs du marché pour consommer son électricité. Cela arrive aussi de temps en temps à la France mais de façon très exceptionnelle. Peut-être que c'est aussi ça qui fait baisser la moyenne annuelle du prix spot allemand ?

Concernant les taxes : je ne suis pas rentré dans ce détail, mais à mon avis cela vaudrait la peine : en France une partie des taxes sert à subventionner le parc ENR, en est-il de même pour les taxes allemandes ? Cela ne me surprendrait pas. S'il s'agit de ça et bien ces subventions sont réellement le coût de l'électricité... Donc il faut le payer ...

Concernant le nucléaire : je ne vais pas vous convaincre, mais pour rétablir le débat sur des données moins émotionnelles : toutes les études démontrent que l'énergie nucléaire est la plus sure d'entre toutes les énergies utilisées sur la planète lorsqu'on regarde le nombre de décès (entre 1000 et 10000 fois moins par kWh produit). On peut toujours argumenter sur des cancers, etc... qui ne seraient pas pris en compte, mais lorsque le levier est si important , il y a de la marge ...

Ensuite la pollution : vous trouvez que le pétrole ne pollue pas ? (je ne parle même pas des Gaz à effet de serre) Les pétroliers échoués qui dévastent les côtes, les dégazages sauvages, les puits de pétrole qui fuient (BP dans le golf du Mexique) . Vous trouver que les Sables bitumineux ne polluent pas ? Vous trouvez que les mines de charbon ne polluent pas ? Les EnR polluent elles aussi (mais dans une mesure bien moindre). Toute énergie génère de la pollution. Celle de l'énergie nucléaire est ultra surveillée, et transparente, connue de tous. Vous manger des pesticides tous les jours, des perturbateurs endocriniens, qui entre autre rendent progressivement l'homme stérile, provoque des cancers ... et tout ça est de bien bien loin plus néfaste que le nucléaire... Donc il me semble qu'il faut commencer par mettre son énergie dans une lutte qui a le plus d'effets pour la santé humaine, et le nucléaire est très loin d'être la bonne cible ... Parlez d'agro-écologie, de reforestation, de protection de la bio-diversité, de risques sur l’approvisionnement alimentaire, à mon avis vous sauverez beaucoup plus de vies ...

Les EnR ne sont aujourd'hui pas capables de traiter le problème de la substitution de l'énergie fossile par des énergies propres (l'Allemagne en est un symptôme évident), pour une première raison toute simple c'est qu'elles sont intermittentes, et tant qu'elles ne sont pas associées à du stockage, elles doivent être associées à des productions complémentaires, basées lorsque c'est possible sur de l'hydraulique (les STEP par exemple), mais dans la plupart des cas c'est associé à des centrales au gaz. En France, si on analyse la tendance du mix énergétique électrique, depuis que l'on injecte de l'énergie ENR, la part d'énergie fossile a tendance à augmenter (légèrement). Nous sommes donc en train de recarboner notre énergie... Et ce ne sont pas les performances allemandes sur ce sujet qui peuvent nous faire croire le contraire...

Donc : il n'y a pas de solutions miracles. Et ce n'est pas être pro-nucléaire que de dire ce que j'ai exposé plus haut, c'est juste d'essayer de regarder avec des lunettes pas trop biaisées par ce que veulent nous raconter les différents médias / lobbys... C'est juste essayer d'identifier là où doit aller l'investissement de chacun d'entre nous (et je suis sûr que vous faites partie de ceux-là) qui cherchons à ne pas laisser une planète poubelle à nos enfants.

Je vous souhaite une très bonne journée

rochain

C’est une constante chez les dogmatiques de répondre à des arguments objectifs de les considérés comme un mélange des genres donc inappropriés au sujet. Merci je sais ce qu’est le prix spot et ce n’est pas « le prix qui entre le besoin……et ce qu’on produit déjà….. et qui…. » (Voilà ce qui s’appelle chercher à noyer le poisson). Le prix spot c’est simplement le prix d’un accord qu’un acheteur est prêt à payer et qu’un vendeur veut bien lui vendre. C’est donc simplement le prix réel du watt et vous ne convainquez personne en tournant un paragraphe alambiqué pour masquer cette réalité. Il se trouve que durant toutes ces années le prix du watt allemand coutait moins cher que le prix du watt français.

En France, perdant la signification de ce que les mots veulent dire quand ça les arrangent des lobby on pris l’habitude d’appeler subvention (de l’argent contre rien) l’achat de l’énergie électrique venant d’autre sources que celles du nucléaire, donc de l’argent contre un produit, en l’occurrence de l’électricité, ou des prises de participation dans des parcs éoliens ou des fermes solaires. J’ai ainsi comme coactionnaire (moi petitement et eux grandement) EDF-Energie-Nouvelle, ainsi que l’ADEM, dans la ferme solaire Cap découverte sur le site de l’ancienne mine de Carmaux dans le Tarn. Je sais d’o sort l’argent que j’ai mis dans cette affaire mais je m’interroge sur l’origine de celui mis par EDF qui sort peut-être de cette CSPE. Mais si EDF subventionne Cap Découverte, je peux dire aussi que je la subventionne, je changerai seulement la définition, ce n’est pas de l’argent contre rien mais contre des titres de propriété. Alors en matière de mélange des genres, vous êtes pas mal…. Laissez donc les taxes empochées par l’état là où elles sont et le prix que le fournisseur applique au produit qu’il vend à ses clients comme indiqué dans ce graphique sans le contester au simple prétexte qu’il ne vous convient pas. 17%% de plus en Allemagne qu’en France quand on voit qu’ils achètent pourtant le watt moins cher que l’EDF c’est déjà pas mal… ils sont un peu plus voleurs, c’est tout.
Pour votre chapitre suivant sur les morts par coup de Soleil ou décapité par pale d’éolienne comparés au survivants de Tchernobyl vous pouvez aligner toutes les allégations que vous voulez cela ne coute rien.
Mais l’histoire réelle c’est en moins d’un siècle 6 accidents nucléaires majeurs dont vous avez déjà oublié la moitié. Bonne nouvelle ce mois-ci c’est la fermeture définitive deus ite de Three miles islands qui fut le seul aux USA.

Pour le paragraphe suivant, je ne vois pas ce que le pétrole vient faire dans la contestation de votre message au mien, je n’ai à aucun moment parler de pétrole…. D’ailleurs je roule électrique, solaire et hydraulique (je suis aussi actionnaire d’un barrage dans les Pyrénées). J’ai quitté EDF à la première occasion.

Un électron n’a pas d’odeur et si les ENR sont capables de remplacer ceux des fossiles ils font cela aussi bien pour ceux du nucléaire et c’est ce qu’a compris Merkel au lendemain de Fukushima.

Donc non, il n’y a pas de solution miracle il faut investir massivement dans du propre qui ne risque pas de nous péter à la figure, sachant que nous ne sommes pas plus malins que les autres (descendez de votre tour).
Bonne fin de journée.

Zamur

Les experts prolifiques de notre forum m'inquiètent. Entre monsieur Eric qui compte les décès par 1 kWh produit, et monsieur Rochain qui mesure l'énergie en Watts, nous avons des sujets supplémentaires de discussion. Bizarrement, les supporteurs des ENR ne communiquent pas sur les bilans économique et énergétique d'une éolienne, notamment sans les subventions, versés sous forme des coûts plus élevés des MWh produits. Les détracteurs disent qu'une éolienne ne pourra pas produire l'équivalent de l'énergie nécessaire à sa construction.

rochain

Pouvez vous m'expliquer ce qui vous choc dans le fait que l'énergie soit mesurée en watt dès que l'on parle du domaine de l'électricité ? Vous préférez que je vous la traduise en joule ?
Que les détracteurs des ENR annoncent qu'une éolienne produira moins d'énergie durant sa vie qu'elle n'en n'a couté à fabriquer ne m'étonne absolument pas, ils ne sont pas à une aberration près, d'ailleurs on peut raconter cela à propos de n'importe quelle source d'énergie, que ce soit le charbon de bois ou le nucléaire ou n'importe quoi d'autres.
Calculez ce que coute la construction d'un panneau solaire d'une éolienne ou n'importe quoi d'autres c'est l'affaire de ceux qui les construisent, mais que font aussi des organismes comme l'ADEME, et ils publient régulièrement des bulletins reprenant les résultats de leurs calculs, on peut toujours dire qu'ils racontent n'importe quoi , amis il y a les constructeurs qui vendent leur produit à des exploitants qui fixent le prix de vente de leur production en fonction de ce qu'ils ont payer pour construire l'outils et qui se basent sur les statistiques de production antérieures pour estimer le rendement dans la durée. Donc si vous souhaitez des chiffres de rendement de divers sources de productions vous avez là encore pléthores de publications notamment celles qui annoncent les prix de vente de ces producteurs à disposition des réseaux de distribution.

Je peux par exemple dans la même publication donner le prix du MWh produit par des fermes solaires au Portugal et la même chose pour la production de l'EPR d'Hinckley-Point en Grande Bretagne.. Pour le premier c'est 15 € le MWh et 110 € le MWh pour le second :
https://www.batirama.com/article/26939-photovoltaique-comwatt-est-pret-…
J'espère avoir répondu à vos inquiétudes et vous souhaite un très bon WE.
Serge Rochain

rochain

En vérifiant un de mes précédent message je vois que je vous avais déjà donné les information concernant la rentabilité de fermes solaires PPV.
Donc, soit vous ne lisez pas mes messages, certainement trop pressé de contester, soit vous lancer ce sujet de non communication comme n'importe quelle fake news laissant entendre que j'ai l'intention de cacher que les ENR éoliens ou solaires ne sont pas rentables, les prix de vente des exploitants démontre au contraire qu'ils sont bien plus profitable que le nucléaire que vous soutiendrez quoi qu'il arrive, quelles que soient les preuves d'excellente rentabilité que je pourrai vous fournir. Vous avez depuis que je vous croise sur ces forums fait suffisamment preuve (ici une fois de plus) de votre mauvaise foi pour que je cesse de répondre à vos provocations aussi stupides que stériles.
L'avenir se chargera de vous moucher.

Zamur

Monsieur Rochain m'a écrit récemment: "Pouvez vous m'expliquer ce qui vous choc dans le fait que l'énergie soit mesurée en watt".
Les experts autoproclamés argumentent bien, quelques fois leur messages sont, effectivement, trop longs. Mais ils ont souvent des lacunes dans les sciences physiques.
Pour rafraîchir vos connaissances du lycée, Watt c'est une unité de puissance, quant aux unités du travail (d'énergie) ce sont Wattheure (Wh), kilowattheure (kWh) etc.
Non, ne me remerciez pas.
Les prix élevés des ENR sont offerts par le pouvoir publique (par nous) et non imposés par les producteurs.

rochain

Vous êtes de plus en plus ridicule à bétonner sur mes soi-disant lacune en sciences physiques…. vous êtes qui jeune freluquet à aboyer ainsi des âneries monumentales ?
vous ne savez manifestement pas de quoi vous parlez et je vais arréter de vous répondre j'ai des choses plus sérieuses à faire qu'à discuter avec un individu qui ne comprend rine et passe son temps à la ramener

Eric

Bonjour M. Rochain,

En France le marché est très différent des autres marchés européens, c'est en particulier dû au fait qu'EDF est à la fois producteur et consommateur d'électricité, et qu'il est en situation de monopole. Il produit entre les centrales nucléaires et les barrages 81,6% (données RTE 2017). La production d'EDF n'est pas mise sur le marché SPOT, et à ce titre, il y a eu la mise en place de l'ARENH qui permet aux différents acteurs du marché Français (hors EDF) d'acheter à un prix négocié l'électricité d'origine nucléaire. En 2019 l'ARENH représente une demande de 25% de la production d'électricité française. L'électricité est alors vendue à un tarif fixe négocié de 42 €/MWh. Vous avez donc pour les acteurs privés 1/4 de l'électricité qui est négociée. EDF n'achète pas son électricité sur le marché (puisqu'il la produit). Les tarifs d'ENR sont par ailleurs négociés car le marché est subventionné, et RTE est obligé de racheter l'électricité, parfois à des tarifs extrêmement élevés. Donc il reste une part (que je ne connais pas précisément, je n'arrive pas à trouver cette information) très faible de l'électricité distribuée sur le réseau français qui se négocie sur le marché EPEX Spot. Je le répète donc, le prix spot n'est pas représentatif du prix moyen de l'électricité annuelle. Une très grosse partie de l'électricité est aussi négociée sur des marchés à terme par d'autres acteurs qu'EDF.

Concernant l'Allemagne, je vous renvoie vers les données d'RTE (disponible sur leur site d'RTE : https://bilan-electrique-2017.rte-france.com/marches/41-prix-de-marche/) sur lequel vous pourrez observer que l'Allemagne a des prix spots négatifs. Il leur revient plus cher d'arrêter les moyens de production plutôt que de payer les acheteurs d'électricité. Donc ils payent pour que l'on consomme une partie de la production, qui est en surabondance lorsque toutes les éoliennes sont à pleine puissance.

Concernant les 6 accidents nucléaires dont vous parlés, ils sont listés dans les études dont je parle. Ce n'est pas moi qui les ai faites.

Concernant le pétrole : non pas de lien. Je veux juste dire que si vous voulez mettre un terme au nucléaire parce qu'il est dommageable à l'humanité, il faut aussi logiquement se révolter contre les autres sources de dommages à l'humanité ... Et que lorsqu'on analyse : le nucléaire est un grain de sable. Chacun se bat pour ce qu'il veut, mais en prenant du recul on peut dépassionner ce débat sur le nucléaire. Personnellement j'étais anti-nucléaire et pro EnR (je travaille dans le secteur éolien aussi). Mais en regardant de plus près, et face aux drame de notre monde (les GES) le nucléaire n'est pas du tout le problème, ce serait même une part de la solution.

En faisant une analyse récente sur les problématique du stockage, j'ai analysé la tendance du mix français sur les 7 dernières années. La tendance est que la part du nucléaire baisse, celles des EnR, et celle des BioEnergies augmente, mais surtout, celle des énergies fossiles augmente aussi. L'absence de stockage d'énergie pour les énergies intermittentes entraine un appel d'énergies fossiles pour compenser leur absence lorsque la nature ne peut pas fournir l'énergie. Ces informations sont disponibles à tous sur le site de RTE. Ceci est aussi conforté par d'autres études sur la masse d'énergie mondiale. Les EnR appelleront des énergies fossiles tant qu'elles ne pourront pas être stockées. Donc le coût de revient de l'éolien affiché au MWh lorsqu'on vent une installation éolienne ne prend pas en compte le coût de la centrale gaz qu'il faut maintenir en service pour être mise en service lorsque le vent est absent, ni son combustible, ni d'éventuelles charges liées à la modification du réseau de transport et de distribution. Le coût de l'ENR devrait intégrer le système de lissage de l'alternance pour qu'elle puisse être comparée aux autres sources. Il faudrait donc intégrer le coût du stockage pour avoir un vrai prix.

Rien n'est simple, et lorsqu'on rentre dans le détail on trouve beaucoup de biais qui amènent à des conclusions contraires à celles simple, que les EnR vont sauver le monde car on utilise de l'énergie naturelle.

Je vous félicite néanmoins pour votre engagement dans les EnR ! Vous intéressez-vous aussi au stockage ?

Bonne soirée,

rochain

Bonsoir, oui bien sûr je sais la différence, qui d’ailleurs s’amenuise, entre les différents pays d’Europe et notamment l’Allemagne et la France. L’ARENH est un dispositif un peu maladroit à mon avis qui est destiné à permettre à des producteurs tiers de vendre de l’énergie électrique, je dis des watts par habitude car c’est de toutes les façons bien de cela qu’il s’agit bien que cela semble surprendre un des participants au forum. Cette mise du pied à l’étrier devait leur donner le temps de créer leur propre source de production, malheureusement certains en ont fait un business de simple revendeur, le dispositif ne prévoyant aucun garde-fou les contraignant à produire, et c’est bien dommage. Il eut pourtant été assez facile de subordonner l’autorisation d’achat ARENH à hauteur d’une proportion de leur production en propre. Mais ce n’est pas le seul dispositif mis en place par les pouvoirs publics qui soit défaillant, les certificats d’énergie verte est une autre supercherie devenue un simple trafique de faussaires. Bien que cela soit encore marginal aujourd’hui, il est possible, et cela se pratique, de produire du watt et de le vendre sur le marché libre de gré à gré en France. Il est loin derrière le temps où la production d’un tiers ne pouvait vendu qu’à l’EDF qui avait l’obligation de l’acheter, à un tarif qui était déjà supérieur au prix du marché avec des engagements sur 20 ans. Ces pratiques ont cessés en 2016, remplacées par des dispositif plus souples et moins contraignantes pour EDF, bien que contrairement à ce qui se disait, et que vous pensez peut-être, EDF gagnait beaucoup d’argent dans cette transaction car elle revendait ces watts au public bien plus cher que le prix où elle les achetait bien qu’elle n’ait jamais eu rien d’autre à faire que deux écritures comptables. En effet, le producteur injectait directement sa production dans le réseau de RTE qui se chargeait de l’acheminer vers la clientèle sans qu’EDF ait quoi que ce soit à faire, car il ne voyait même pas passer ces électrons à travers ses propres installations. Pourtant EDF et ses « disciples » pleuraient à chaudes larmes, les second mordant à l’hameçon de l’EDF grugée, et EDF parce qu’en achetant ces watts sur le marché libre les aurait payé encore moins cher, accroissant son bénéfice dans l’opération. Aujourd’hui, les coûts de production pour les grandes fermes solaires et les parcs éolien étant bien plus compétitifs que les productions EDF il n’y a plus d’intérêt à faire valoir l’obligation de rachat d’EDF, car on trouve à revendre ces watt à meilleur compte sur le marché libre, ce qui fait malheureusement aussi les affaire des profiteurs de l’ARENH. Je suis à titre personnel (petitement comparé à des organismes d’importance, comme l’ADEME et également EDF) partie prenante dans trois entreprises de production de watts qui revendent leur production directement à une clientèle par contrat négocié via le réseau RTE et en concurrence avec EDF. Je m’insurge contre cette idée selon laquelle la CSPE sert à subventionner ces entreprises de production de watts.
Une subvention c’est de l’argent contre rien, et il ne s’est agi de cela à aucun moment, Dans une de mes trois affaire o EDF est aussi partie prenante (grosse partie prenante) l’argent venant d’EDF n’est pas plus uns subvention que ma propre mise (en l’occurrence il s’agit d’une ferme solaire sur le site de l’ancienne mine de Carmaux, dans le Tarn pour un projet piloté et exploité par NEOEN). C’est de l’argent contre une prise de participation, ce qui n’a rien à voir avec une subvention, et à ma connaissance il n’y a jamais eu de subvention de l’état ou de qui que ce soit dans ces opérations. Ce sont soit des prise de participations soit des achats de watts, mais tant les pouvoirs publics qu’EDF laissent dire cette fake new qui présente systématiquement EDF comme une victime obligée de financer sa futur concurrence. Pour mes deux autres affaires, il s’agit d’une petite entreprise hydro sur une rivière dans les Pyrénées Orientales, l’Hydro-électrique de la lentilla, basée à Vinça sans aucune participation de l’état sous quelque forme que ce soit, et de Metha-Sauville à Signy-l’Abbaye un méthaniseur à partir de déchets organiques dans laquelle seule l’ADEME est partie prenante en dehors d’investisseurs particuliers comme moi. Je trouve scandaleux de laisser courir les bruits selon lesquels l’état subventionne ces entreprises.et que c’est pour cette raison que le prix de l’électricité augmente.
Et je ne suis pas moins stupéfait de lire sous votre plume cette autre énormité : « Il leur revient plus cher d'arrêter les moyens de production plutôt que de payer les acheteurs d'électricité » Vous aussi vous vous laissez polluer par des histoires aussi aberrantes qui ne tiennent pas debout, tant il est facile de mettre une éolienne en drapeau, ou de la déconnecter du réseau comme un PPV d’ailleurs, ce que nous faisons tous les soirs au Cap Découverte à Carmaux Il n’y a que les réacteurs nucléaires qui ne peuvent pas facilement déconnecter du réseau car un choc de 900 MW ne s’amortit pas facilement. Cette légende de payer les client est simplement née de l’indicateur du prix virtuel du watt lorsque l’offre est supérieure à la demande que certains manipulateur d’opinion ont tenté de répandre comme étant une pratique commerciale courante dans le commerce de l’énergie, et plus c’est gros plus ça marche.
Plus loin : « Concernant les 6 accidents nucléaires dont vous parlés, ils sont listés dans les études dont je parle. Ce n'est pas moi qui les ai faites. »……. ? De quelles études parlez-vous ?
Pour ce qui est du pétrole je ne suis pas loin de là un de ses supporter et je n’irai pas investir un centimes dans cette affaire, D’ailleurs, je roule électrique 360 jours par an. Et malheureusement au pétrole les 5 autres tant qu’un plein d’électrons ne se fera pas dans un temps comparable à celui d’un plein d’essence.
Oui le stockage m’intéresse, et je ne dirai pas le problème du stockage car il n’y a pas de problème, mais d’abord une question Combien et pendant combien de temps ? Et j’ai les réponses, c’est expliqué ici :
https://iste-editions.fr/collections/histoire-des-sciences-et-technique…
Mais prenez aussi bien en compte ce que donne la superposition des courbes de productions éoliennes et solaires que vous trouverez ici :
https://www.connaissancedesenergies.org/electricite-etat-des-lieux-sur-…

Bon dimanche

rochain

J'oubliais de vous parler de cette incroyable sornette qui circule sur internet et que vous reprenez à votre compte :
"donc l'Allemagne paye les acteurs du marché pour consommer son électricité"

On n'a jamais vu un vendeur assez bête pour payer ses clients afin qu'ils consomment l'électricité produite en surcapacité par rapport au besoin, alors qu'il suffit de la laisser perdre.

Voila qui démontre bien que vous n'avez rien compris à ce que représente la valeur du prix spot. Un calcul simple calcul comme à la bourse entre les demandes et les offres o personne n'est OBLIGE d'acheter ou de vendre. Mais cela n'empêche pas les naïfs de croire que si on a trop abattu de bœufs le boucher va vous donner de l'argent pour que vous acceptiez de lui prendre son beefsteak. Finalement les incohérences ne vous gênent pas , alors je comprends que vous puissiez raconter toutes ce âneries en vous croyant sérieusement informé, car le reste de votre message est bien à l'avenant. Quelle misère …..

rochain

La question Etant de savoir quelle solution produit le watt le moins cher, ce n'est pas en comparant des prix TTC que vous allez y arriver, surtout lorsqu'un des pays taxe pratiquement l'électricité au double de sa valeur hors taxe alors que l'autre lui applique un modeste 5,5% pour une partie et du 20% sur une autre.

C'est le B-A-BA de la logique comparative que de choisir le prix de ce que l'on veut comparer sans l'amalgamer avec autre chose, sachant que malgré ces précautions cela n'est pas encore le coût de production puisqu'il incorpore la marge des producteurs, lesquels ne sont pas au même niveau de gourmandise.
Si toutefois cela vous intéresse vous avez ici un excellent échantillon du prix négocié vendeur/acheteur pour des production d'une part solaire et de l'autre nucléaire :
https://www.batirama.com/article/26939-photovoltaique-comwatt-est-pret-…
Mais vous pouvez aussi mettre la tête dans le sable et dire le nucléaire est moins cher ….. Point Barre !
Le tout est de savoir si vous voulez avoir raison ou si vous voulez bien admettre que le monde change et ses contraintes avec.

Charentas

Cet article est dans la ligne de l’extrême droite anti-éolienne allemande, l’AfD. L’extrême droite française est également farouchement pro-nucléaire, anti-éolienne et pro-chasse.
Comparée à la France engluée dans le nucléaire, ses coûts et ses déchets, l’Allemagne a une large avance dans les ENR. Fin 2018, la puissance cumulée éolienne outre-Rhin s’élève à 59 GW, dont 6,4 GW offshore. Celle de la France n’est que de 15 GW, et 0 GW offshore.
En 2018, plusieurs parcs en Allemagne ont été attribués sans subventions publiques. L’éolien est de plus en plus compétitif et dans les marchés d’appel d’offres, la concurrence est rude.
En 2018, a été installé 3,4 GW d’éolien supplémentaire en Allemagne, seulement 1,6 GW en France. Certes, la capacité de production supplémentaire a baissé par rapport à 2017, mais elle reste très importante. Selon WindEurope, ce ralentissement résulte de « retards dans l’obtention de permis et de durées de construction plus longues pour des projets citoyens ». Il provient également d’une trop grande précipitation du gouvernement, d’un manque de progressivité dans les aides accordées.
L’Allemagne reste très avance dans la transition énergétique. Prenons exemple.

studer

position idéologique qui ne tient pas compte de la réalité technique et économique, c'est à dire de la réalité tout court. Voir explications dans post qui suit.

studer

Deux raisons essentielle à cette chronique d'une catastrophe annoncée :
- technique d'abord : la production aléatoire des éoliennes n'est pas compatible avec la consommation, et il n'existe pas de dispositif de stockage de masse de l'électricité. Les ingénieurs allemands le savent, c'est pourquoi ils ont conservé les 100 GW de centrales au charbon (à comparer à nos 63 GW de nucléaire) et ne pourront pas les arrêter sans provoquer des blackouts à répétition
- économique ensuite : plus le taux d'éolien augmente dans le mix de production, plus sa valeur économique (sa rentabilité) décroit : étude Finon/Lévêque. Quand le vent ne souffle pas, il n'y a évidemment pas de MWh éoliens, et quand il souffle, les MWh produits déséquilibrent le marché de l'électricité qui s'effondre jusqu'à induire des prix de vente des MWh négatifs ! Il faut des subventions de plus en plus élevées pour éviter aux fabricants d'éoliennes de mettre la clef sous la porte, mais c'est au détriment des consommateurs qui payent ces subventions sous forme de taxes. Et les économies administrées ne marchent pas à terme !

rochain

Raison technique ? Pourquoi voulez vous stocker l'électricité ? Il suffit d'être en permanence en surproduction et s'assurer de la connexion/déconnexion permanente des mâts en fonction de la charge du réseau. C'est le suivi de charge que seul les ENR peuvent assurer finement, contrairement au nucléaire pour lesquels une déconnexion de réacteur en cas de surproduction sur le réseau fait au minimum un choc de déséquilibre de 00 MW. Cela explique pourquoi en France on utilise essentiellement nos dernières centrales gaz-charbon pour réguler et pas les réacteurs nucléaires dont le manque de souplesse est catastrophique. En fait on pourra arréter nos centrales à charbon lorsque les ressources flexibles éolienne s et PPV seront suffisamment nombreuses. La période o la demande est la plus forte correspond à la phase diurne des jours de semaine lorsque l'activité économique est au plus haut, en même temps que lorsque le Soleil est au mieux de sa forme. Les centrales nucléaires qui produisent constamment la même chose sont ce que l'on appelle des usines à gaz pour la régulation et la nuit afin de ne pas perdre toute la production on vous fait chauffer vos ballons sanitaires.

Pour le côté économique il faudra vous habituer à la surproduction qui fait plonger la valeur du watt. Vous allez connaitre ce que le XXI em siècle a déjà réalisé avec la téléphonie. La valeur nulle liée à la surabondance. Il y a moins de 50 ans téléphoner de Paris à Marseille coutait très cher. Aujourd'hui vous téléphoner à Los Angels et ça ne coute plus rien, c'est dans le coût d'un forfait global. En couvrant tout le bâtie du pays (la France) avec des PPV vous produisez le double de ce que les 5 réacteurs nucléaires produisent et sans le risque nucléaire. Inutile de vous raconter des histoire de faillite des fabricant de PPV ou d'éolienne, vous vous perdez dans une comptabilité passéiste sans rapport avec ce vers quoi nous avançons la surproduction qui gomme le prix d'un service (cet ancien dieu, le prix, qui n'est que le résidu de la pénurie).

Il ne se passe en Allemagne aucune révolution technologique ou financière, simplement, des mouvement de pseudo humeurs (qui ne sont d'ailleurs pas les leurs)manipulés par le lobby nucléaire qui perd ses marchés, comme en France. Ici la raison de brailler c'est le paysage…. mais curieusement lorsque sont apparues sur des milliers de KM les lignes THT pour acheminer la puissance concentrée en quelque points du territoire vers les utilisateurs par des câbles impossibles à enterrer et devant être supportés par 200 000 Pylônes dont l'esthétique est très en dessous de celle des éoliennes, il n'y avait personne pour brailler le lobby nucléaire en était ravi et les moutons se disait que c'était nécessaire, sans doute pour se faire sauter dans un champignon atomique, o bien ils trouvaient peut-être cela joli. Alors j'attends avec impatience de voir 200 000 éoliennes, et 5 000 Km2 de PPV pour assurer cette surabondance permanente qui réduira vos arguments à celui de vieux contes de fées d'autrefois.
La quasi gratuité des télécommunications n'a fait que multiplier les opérateurs du domaine et aucun n'a fait faillite, ne vous inquiétez pas pour les fabricants d'éoliennes et de fermes solaires.

rochain

900 MW l'unité minimum de production d'un réacteur (les plus anciens)
vous produisez le double de ce que les 58 réacteurs nucléaires
J'ai une petit problème avec la ligne du haut de mon pavé numérique et le ù également

Ajouter un commentaire