Économie de la mer : le Pacte vert européen sera aussi « bleu », promet Bruxelles

  • AFP
  • parue le

Le Pacte vert européen, qui vise la neutralité carbone du continent d'ici 2050, concernera aussi "l'économie bleue", en développant l'aquaculture et les éoliennes en mer tout en s'efforçant de "décarboner" pêche et transport maritime, a annoncé l'UE lundi.

Tous les secteurs liés à la mer - pêche, aquaculture, tourisme côtier, fret maritime, ports et chantiers navals - "devront réduire leur empreinte environnementale et climatique tout en ouvrant de nouvelles perspectives économiques", a déclaré le commissaire à l'Environnement, Virginijus Sinkevicius. Ils représentent 4,5 millions d'emplois directs dans l'UE et 650 milliards de revenus annuels.

La Commission entend doper l'installation d'éoliennes en mer, de solaire marin ou de technologies marémotrices pour atteindre d'ici 2050 des capacités cumulées de 300 gigawatts, contre 12 aujourd'hui, et générer en mer un quart de l'énergie de l'UE.

Bruxelles envisage également de développer la production de plastiques à partir d'algues, mais aussi d'encourager une source d'alimentation "avec une empreinte carbone bien moins importante que pour les protéines animales des élevages terrestres". Outre un assouplissement des règles de commercialisation pour les fruits de mer, les algues ou végétaux marins, l'UE veut encourager l'aquaculture - qui n'est toutefois pas une compétence exclusive de la Commission, contrairement à la pêche.

Des "lignes directrices" adoptées lundi visent à muscler ce secteur, alors que 60% de la consommation européenne de fruits de mer et poissons marins sont importés et seulement 10% proviennent de l'aquaculture de l'UE. En revanche, concernant le très polluant fret maritime, pas question pour l'heure de l'intégrer au marché du carbone en vue de le "verdir". "Nous devons travailler avec les entreprises pour s'assurer qu'elles s'efforcent de réduire leurs émissions", avait récemment indiqué M. Sinkevicius.

Chaque État membre est invité à consacrer à l'"économie bleue" une partie du plan de relance européen, les stratégies nationales devant recevoir le feu vert de Bruxelles. Un nouveau fonds de l'UE sera mis à contribution, selon la Commission, qui compte également s'appuyer la Banque européenne d'investissement. Pour désamorcer les conflits entre les différents acteurs du secteur (pêcheurs contre éoliennes par exemple), un "Forum Bleu" sera mis en place par l'UE.

Commentaires

Denis Margot

"...concernant le très polluant fret maritime, pas question pour l'heure de l'intégrer au marché du carbone...".
2 remarques : le fret maritime est le moyen de transport le moins émetteur de GES, beaucoup moins que le routier par exemple. Concernant le soufre, principal polluant marin, la polémique non reprise dans cet article, mais sous-entendue, comparant un navire à 1 million de voitures (ou plus) est sournoise pour ne pas dire trompeuse. Une auto est bien plus émettrice de GES qu'un navire (typiquement plus de 1000 fois), mais l'essence étant virtuellement désoufrée, ça n'a pas grand sens de comparer un objet qui émet des SOx (parce que le combustible en possède) avec un objet qui n'en émet pas. Si on comparait un navire avec un landau, on pourrait clamer qu'un navire pollue plus que 10 milliard de landaus, ce qui au final ne signifierait rien sur la pollution du navire. Depuis 2020, les oxydes de soufre ont été considérablement réduits et de nombreux navires ont ajouté des épurateurs. Par ailleurs, à ma connaissance, la commission européenne est bien en train de travailler sur l'inclusion de la marine marchande dans le marché du carbone (voir sur ce point le débat soulevé par l'ECSA https://www.ecsa.eu/news/ecsa-webinar-eu-ets-best-way-decarbonise-shipp…).

Albatros

La politique environnementale communautaire est véritablement composée de slogans vides de sens, du genre "vert" ou "bleu" ou à base d'objectifs à "zéro", surtout quand on ignore le point de départ ou quand on maintient le flou sur la référence définie.
A quand une politique à zéro slogan imbécile ?
Quand prendra-t-on les sujets environnementaux autrement que par cette basse démagogie ?
L'environnement mérite bien mieux et exige un minimum de sérieux.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet