Fimalac s'allie au fonds américain Bain Capital pour racheter Equans à Engie

  • AFP
  • parue le

Le financier français Marc Ladreit de Lacharrière, fondateur du holding diversifié Fimalac, a annoncé avoir conclu un accord avec le fonds américain Bain Capital pour tenter de racheter ensemble Equans, filiale d'Engie regroupant ses activités de services et mise en vente en septembre par le géant de l'énergie.

"Il s'agit d'une très belle entreprise, dont l'activité - les services à l'énergie - est au cœur des métiers de demain, soit exactement dans l'ADN de Fimalac", a expliqué le milliardaire dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD).

Engie, détenu à 23,64% par l'État français, a lancé début septembre le processus de vente de sa filiale, sous l'oeil vigilant du gouvernement à l'approche de la présidentielle. Plusieurs offres sont en lice, dont celles des groupes français Eiffage et Bouygues, et du fonds Bain Capital.

Le rôle que souhaite jouer Fimalac, si l'offre de rachat avec Bain est retenue, est "celui d'un actionnaire de référence, qui accompagnera l'entreprise à long terme et détiendra 20 % du capital, voire davantage si nécessaire", a précisé Marc Ladreit de Lacharrière. Et si Equans devait entrer en Bourse, ce à quoi il est "destiné (...) dans les années à venir", Fimalac ne cèderait pas sa participation, "au contraire : nous pourrions alors l'augmenter, à 30 % du capital", détaille encore celui qui a fait carrière dans les affaires avant de fonder Fimalac en 1991.

Le financier, qui est l'une des principales fortunes de France, souligne n'avoir "jamais investi dans des entreprises pour les vendre à la découpe, ni pour y investir de façon éphémère". "Equans a besoin d'un ancrage français important, d'autant que Bain Capital - comme tous les fonds d'investissement -, n'a pas vocation à demeurer un actionnaire de long terme". Fimalac a les moyens de ses ambitions, affirme-t-il : "Au 31 décembre 2020, nos liquidités s'élevaient à 1,8 milliard d'euros".

Un conseil d'administration doit avoir lieu la semaine prochaine chez Engie pour débattre des offres présentées pour le rachat d'Equans.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture