Gaz: le fonctionnement de Nord Stream "menacé" par les sanctions (Kremlin)

  • AFP
  • parue le

Le Kremlin a affirmé vendredi que le fonctionnement du gazoduc Nord Stream, qui alimente l'Europe en gaz, était "menacé" par une pénurie de pièces de rechange en raison des sanctions visant Moscou pour son offensive en Ukraine.

Cette mise en garde risque de renforcer encore l'incertitude sur l'avenir des livraisons de gaz par ce gazoduc qui est actuellement à l'arrêt pour une maintenance censée s'achever samedi.

"Techniquement, il n'y a pas de réserves, une seule turbine fonctionne", a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

"La fiabilité du fonctionnement de tout le système est menacée", a-t-il poursuivi, assurant que ce n'était "pas de la faute de Gazprom", l'entreprise russe assurant les livraisons via le gazoduc.

Depuis le début de l'intervention militaire du Kremlin en Ukraine, fin février, Moscou a fortement réduit ses livraisons de gaz aux Européens, en réaction aux sanctions occidentales massives contre la Russie.

Les Européens, très dépendants du gaz russe, accusent le Kremlin de s'en servir comme d'un moyen de pression, ce que réfute Moscou, qui évoque des problèmes techniques suscités par les sanctions ou des retards de paiement.

La Russie affirme notamment que les sanctions empêchent la restitution d'une turbine Siemens qui avait été envoyée au Canada pour être réparée. L'Allemagne, où se trouve la turbine, assure au contraire que c'est Moscou qui bloque le retour de cette pièce-clé.

Mardi, le géant Gazprom a annoncé suspendre ses livraisons au groupe français Engie, affirmant qu'il n'avait pas payé toutes les factures pour le mois de juillet.

Parallèlement, Gazprom a suspendu mercredi ses livraisons via le gazoduc Nord Stream, qui relie la Russie au nord de l'Allemagne et permet ensuite d'alimenter d'autres pays européens.

Nord Stream doit reprendre du service samedi matin, après la fin, officiellement, de travaux de maintenance sur une station de compression en Russie.

Très inquiets, surtout à l'approche de l'hiver, les pays européens s'efforcent de trouver d'autres fournisseurs et de réduire leur consommation sur fond d'explosion des prix du gaz sur les marchés.

bur/vk

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.