General Electric renonce à participer à la construction de centrales à charbon

  • AFP
  • parue le

Le conglomérat industriel américain General Electric a annoncé lundi qu'il renonçait à participer à la construction de centrales à charbon pour se concentrer sur d'autres formes d'énergies moins polluantes, et plus rentables.

Cette décision pourrait impliquer des cessions ou la fermeture de sites et pourrait affecter certains emplois, a prévenu le groupe dans un communiqué en soulignant qu'il continuerait à apporter ses services aux centrales à charbon existantes. Mais GE veut désormais se focaliser sur les turbines à gaz pour les centrales thermiques ou les turbines à vapeur pour les centrales nucléaires ainsi que sur les énergies renouvelables.

"Alors que GE continue de se transformer, nous nous concentrons sur les activités de production d'électricité offrant un modèle économique attractif et des perspectives de croissance", a souligné Russell Stokes, le patron de la division énergie de GE, dans le communiqué.

Malgré le soutien affiché du président américain au charbon, cette forme d'énergie est de moins en moins compétitive face à d'autres alternatives, comme le gaz de schiste ou l'énergie éolienne. Aux États-Unis, la consommation de charbon est au plus bas depuis 40 ans, selon l'agence américaine d'information sur l'énergie, et les fermetures de mines se multiplient.

L'initiative de GE a en tout cas été saluée par l'association américaine de protection de l'environnement NRDC. "Les communautés et les militants demandent depuis des années à GE de se retirer du charbon", a souligné l'ONG dans un tweet. "Il s'agit d'une étape importante et attendue depuis longtemps vers la protection de la santé des populations et de l'environnement".

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet