La décision sur la valorisation d'Aramco ne sera pas arrêtée avant « au moins la semaine prochaine »

  • AFP
  • parue le

La valorisation officielle du géant pétrolier saoudien Aramco, avant une éventuelle entrée en bourse, ne sera pas arrêtée avant "au moins la semaine prochaine" et pourrait être très inférieure aux 2 000 milliards de dollars souhaités par le prince héritier saoudien, selon plusieurs sources proches du dossier.

"Nous sommes toujours en train de recueillir les avis des investisseurs. Les choses ne seront pas déterminées officiellement au moins avant la semaine prochaine", a indiqué une de ces sources, sous couvert d'anonymat. Les banquiers qui sont chargés de piloter l'entrée en bourse du mastodonte de l'énergie mondiale penchent pour une valorisation autour de 1 500 milliards de dollars, selon plusieurs sources proches du dossier, là où le prince héritier - surnommé MBS - souhaite 2 000 milliards de dollars.

Mais ces sources indiquent que rien n'est arrêté pour le moment et le consortium bancaire qui est en charge de mener à bien l'entrée en bourse s'adaptera en fonction des souhaits du prince. Une première tentative d'introduction en bourse fin 2018 avait été stoppée précisément parce que MBS n'était pas satisfait de la valorisation proposée, en pleine chute des prix du brut.

JPMorgan Chase pilote l'opération épaulée par Goldman Sachs, Bank of America, Merrill Lynch et Morgan Stanley. L'entrée en bourse d'Aramco est prévue en deux temps: sur le marché local le 28 novembre avec un placement de 2% du capital, soit moins de la moitié des 5% qui doivent être cédés au total. Aramco prévoit aussi une deuxième cotation sur une place financière internationale qui reste à déterminer. Les Bourses de New York et de Hong Kong sont sur les rangs.

Cette future introduction en Bourse constitue la pierre angulaire d'un programme de réformes initié par le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane pour sortir l'économie saoudienne de son ultra-dépendance au pétrole.

Ajouter un commentaire