Newsletters des énergies

Le gouvernement annonce la nomination d'un délégué pour coordonner la fermeture des centrales à charbon

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement a annoncé vendredi la nomination d'un "délégué à l'avenir des territoires de centrales à charbon", dont la fermeture est prévue d'ici 2022 par la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) présentée fin novembre.

Le délégué a été nommé après une réunion organisée par la secrétaire d'État à l'Écologie Emmanuelle Wargon avec des représentants d'EDF, d'Uniper et des préfets des départements où sont installées des centrales à charbon. Cette réunion était la première sur le sujet depuis la confirmation par le gouvernement du projet de fermeture de toutes les centrales à charbon françaises.

Le délégué sera en charge de la coordination au sein de l'État et "pilotera la démarche et la concertation", a indiqué le ministère de l'Écologie dans un communiqué. "Ce travail sera conduit en lien étroit avec les deux opérateurs, au plus près du terrain et avec toutes les parties intéressées, y compris les partenaires sociaux, pour permettre de construire un avenir à chacun de ces bassins d'emplois", précise le ministère. L'analyse des spécificités de chaque site sera effectuée en décembre tandis que le mois de janvier sera consacré à des réunions pour préparer la fermeture des centrales sur les territoires.

Il reste quatre sites en activité: deux d'EDF à Cordemais (Loire-Atlantique) et au Havre (Seine-Maritime), et deux autres de la société allemande Uniper à Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Saint-Avold (Moselle).

Une centaine de salariés de la centrale de Cordemais avaient manifesté fin novembre à l'appel de leur intersyndicale pour protester contre la fermeture du site et réclamer la prise en compte de sa reconversion à la biomasse. Ils ont également annoncé un rassemblement devant le ministère de la Transition écologique le 13 décembre à Paris.

La priorité du gouvernement, répétée maintes fois par Emmanuel Macron, est de fermer les quatre dernières centrales à charbon du pays, considérées comme très polluantes. Le projet de PPE fixe la feuille de route énergétique de la France pour les dix prochaines années et prévoit également la fermeture de 14 réacteurs nucléaires d'ici à 2035, sur les 58 exploités par EDF sur le territoire français.


Ajouter un commentaire