Le prix du pétrole en baisse, les nouvelles coupes de l'Opep+ ne convainquent pas

  • AFP
  • parue le

Les cours du pétrole ont fini en baisse, jeudi, malgré l'annonce de nouvelles coupes de production par plusieurs membres de l'alliance Opep+, accueillie avec circonspection par le marché.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a lâché 0,32%, pour clôturer à 82,83 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain de même échéance a lui davantage reculé, cédant 2,44%, à 75,96 dollars.

Plusieurs membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de l'alliance Opep+ se sont engagés, jeudi, à des réductions supplémentaires "pour renforcer la stabilité et l'équilibre du marché du pétrole", selon un communiqué.

A l'issue d'une réunion ministérielle, l'Arabie saoudite a reconduit, jusqu'à fin mars, sa baisse d'un million de barils par jour, en vigueur depuis juillet. La Russie, elle, l'a fait passer de 300.000 (depuis septembre) à 500.000.

En y ajoutant six autres pays, les nouvelles coupes atteignent 900.000 barils par jour en net.

En hausse jusque-là, les cours ont pourtant fléchi après la communication du cartel.

"Ils ont un problème de crédibilité", a commenté Stewart Glickman, de CFRA. "On ne voit pas un front uni. Ils n'ont pas réussi à ce que tout le monde soit aligné."

"L'Arabie saoudite mise à part, les membres de l'Opep ont traditionnellement du mal à se plier aux réductions prévues, ce qui occasionne du scepticisme quant à l'ampleur des baisses qui vont vraiment être réalisées", a ajouté Rob Haworth, d'US Bank Asset Management Group.

"Le marché va devoir évaluer au cas par cas la crédibilité de ces réductions volontaires", selon Stewart Glickman.

Autre signe défavorable pour l'unité de l'alliance, le représentant de l'Angola au conseil des gouverneurs de l'Opep, Estevao Pedro, a rejeté d'emblée le nouveau quota assigné par l'organisation à son pays.

Le cartel l'a fixé à 1,11 million de barils par jour, soit moins que le 1,28 décidé en juin.

"Nous allons produire au-dessus du quota déterminé par l'Opep", a déclaré Estevao Pedro à l'agence Bloomberg, tout en se défendant de "désobéir" à l'alliance.

"Le ralentissement économique et des échanges internationaux a aussi limité le potentiel d'appréciation des cours après ces annonces", a souligné Rob Haworth.

"La demande a été supérieure à la moyenne, mais la croissance est censée être inférieure l'an prochain", a rappelé Stewart Glickman. "Beaucoup va dépendre du rétablissement de la Chine. Si la Chine déçoit, cela va mettre l'Opep+ sous pression pour procéder à de nouvelles coupes massives."

De façon plus marginale, les cours ont aussi souffert de l'annonce de la reprise des chargements de brut kazakh au terminal russe de Novorossiïsk, sur la mer Noire, après une tempête qui a frappé la région.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.