L'énergéticien allemand RWE annonce une accélération de ses investissements dans les énergies renouvelables

  • AFP
  • parue le

L'énergéticien RWE a annoncé lundi une accélération des investissements dans les énergies renouvelables, voulant y consacrer 50 milliards d'euros d'ici 2030, alors que le prochain gouvernement allemand veut sortir plus vite du charbon.

Entre 2021 et 2030, le groupe de Essen (ouest) va dépenser "en moyenne 5 milliards d'euros chaque année" dans l'éolien maritime et terrestre, le solaire, le stockage, le gaz et l'hydrogène, selon un communiqué publié lors d'une journée dédiée aux investisseurs. Sa capacité installée en Europe, Amérique du Nord et Asie-Pacifique sera à terme portée de 25 à 50 gigawatts (GW). Elle va en particulier être portée de 2,4 à 8 GW dans l'éolien maritime et de 7 à 20 GW dans l'éolien terrestre et le solaire, détaille le groupe.

En d'autres termes, il compte augmenter de 2,5 GW par an sa production totale d'énergies propres d'ici 2030, contre une feuille de route tablant sur 1,5 GW auparavant. Pour assurer une sécurité de l'approvisionnement en électricité, RWE compte investir dans des centrales au gaz en Europe, où il dit détenir pour le moment le deuxième parc en taille. Les installations existantes et celles à venir devront émettre moins de CO2, ajoute-t-il.

Avec ces développements, RWE s'attend à dégager un bénéfice d'exploitation de 5 milliards d'euros en 2030, soit "probablement plus du double" par rapport à l'exercice en cours. RWE, qui est ces dernières années la cible privilégiée des militants écologistes allemands et européens, en raison des vastes mines de lignite qu'il exploite en Rhénanie-du-Nord, se dit désormais "bien positionné pour façonner activement la décennie clé de la transition énergétique", selon son PDG Markus Krebber, cité dans le communiqué.

En Bourse, l'action RWE gagnait 1,30% à mi-journée, dans un indice Dax grappillant 0,15%.

Commentaires

Th.Bretin

J'entends dire dans beaucoup de médias que le nucléaire est plus rentable que les ENR !
Question : Pourquoi alors beaucoup d'entreprises privées n'investissent pas dans le nucléaire ?

PhPh

En fait les investissements dans le nucléaire sont beaucoup plus lourds que dans les renouvelables, de plus, la notion de 'meilleure' rentabilité n'est pas obligatoirement du côté nucléaire car beaucoup de pays ont des politiques incitatives vis à vis des renouvelables. Par ailleurs il reste un aléa, pour le nucléaire, sur les coûts de démantèlement et les investisseurs n'aiment pas les aléas.

Marc Diedisheim

Une fois de plus un article mélange puissance en MW et production effective d'énergie en MWh... C'est triste. Bien cordialement.

Marc Diedisheim

Les consommateurs consomment de l'énergie électrique mesurée en kWh (ou MégaWheure, ou GigaWattheure, ou ...). Ils ne consomment pas de la puissance installée qui s'exprime en kW, ou MégaW, ou GigaWatt, ou .... , donc sans le "h" ou "heure" qui font toute la différence.
Pour être peut-être plus clair, une éolienne dont la puissance installée est par exemple de 6 MW produit 0 kWh quand il n'y a pas de vent, et à ce moment-là ne sert à rien.
On peut donc s'interroger sur ce qui pousse les rédacteurs de ces articles à ne jamais mentionner le potentiel réel de production d'énergie en kWh.
Est-ce juste de l'incompétence, ou est-ce une volonté de ne pas chiffrer l'intermittence de certaines sources d'énergie et fausser ainsi les comparaisons dans les esprits entre les différentes sources d'énergie ?
Est-ce pour cacher qu'une éolienne terrestre en Europe ne produit que 24 % de ce qu'elle pourrait produire si elle fonctionnait en permanence dans des conditions lui permettant d'atteindre sa puissance nominale (la puissance nominale étant le fameux chiffre en GW que l'on trouve dans l'article en question), alors que le nucléaire produit environ 70% du temps à sa puissance nominale.
Ce qui fait que 1 GW de puissance nominale d'éolienne ne vaut pas 1 GW de puissance nominale nucléaire en termes de production réelle, loin de là.
Les renouvelables oui, mais dans la vérité pour que nos compatriotes soient mieux informés.
Bien cordialement.

Th.Bretin

Cet article parle d'une accélération des investissements dans les ENR par une société qui vit essentiellement des énergies fossiles. L'info c'est celle-là, avec des précisions sur la puissance installée qui sont secondaires. C'est un peu comme pour l'achat d'un véhicule, le constructeur vous donne les chevaux totaux alors que la vitesse est limitée et que l'usage le plus courant ne vous fera jamais atteindre cette puissance.
Les dirigeants de ces sociétés privées doivent tous être un peu malade de ne pas investir dans d'autre sources d'énergie qui à vos yeux semble être beaucoup plus rentable. La raison vient peut-être de leurs actionnaires qui pourraient leur demander des comptes ce que ne peuvent faire les citoyens français dans notre république avec nos dirigeants.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture