Malgré l'annexion russe, la centrale nucléaire de Zaporijjia reste « évidemment » ukrainienne, déclare le patron de l'AIEA

  • AFP
  • parue le

La centrale nucléaire de Zaporijjia (sud), la plus grande d'Europe, est "évidemment" ukrainienne, malgré son appropriation formelle par Moscou, a déclaré jeudi le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi, réaffirmant la possibilité "très claire" d'un accident nucléaire.

"Pour nous, il est évident qu'elle appartient à (l'opérateur ukrainien) Energoatom puisque c'est une installation ukrainienne", a déclaré M. Grossi lors d'une conférence de presse à Kiev, après avoir été reçu par le président Volodymyr Zelensky et avant de se rendre à Moscou.

"Nous continuons à dire ce qu'il faut faire, c'est-à-dire essentiellement éviter un accident nucléaire à la centrale, ce qui reste une possibilité très, très claire", a-t-il fait valoir, dénonçant aussi "les conditions presque insupportables" dans lesquelles travaille le personnel ukrainien de la centrale.

M. Zelensky a de son côté pressé l'AIEA à condamner l'appropriation de la centrale par Moscou, en la qualifiant de "raid". "Nous avons attendu une déclaration forte de l'AIEA à ce sujet. La société attend vraiment cette condamnation. Moi personnellement je considère ça comme un raid", a-t-il déclaré à Grossi, cité dans un communiqué de la présidence.

La Russie s'est formellement appropriée mercredi de cette centrale qu'elle occupe militairement depuis début mars, selon un décret signé mercredi par son président Vladimir Poutine.

La plus grande d'Europe, cette centrale est située dans la région de Zaporijjia, l'un des territoires ukrainiens dont la Russie a revendiqué l'annexion la semaine dernière, et non loin de la ligne de démarcation entre les territoires contrôlés par Kiev et ceux occupés par Moscou.

"Nous sommes une organisation internationale guidée par le droit international et, comme vous le savez, les annexions ne sont pas acceptées en vertu du droit international", a encore dit M. Grossi tout en ajoutant s'occuper "des conséquences pratiques" de l'annexion.

Commentaires

Chantal Bourry

Les menaces que peuvent constituer les centrales nucléaires pour diverses raisons (guerre, terrorisme, erreur humaine, aléa climatique, etc.) montrent l’évidence de bannir cette filière de production d’électricité.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.