Pétrole russe: une partie du transit vers l'Europe devrait reprendre d'ici le 10 mai

  • AFP
  • parue le

Le transit normal du pétrole russe par un oléoduc livrant l'Europe via l'Ukraine devrait reprendre d'ici le 10 mai, a déclaré un représentant du groupe de transport pétrolier ukrainien à l'issue d'une réunion avec ses homologues polonais, russes et bélarusses vendredi à Minsk.

Des livraisons de mauvaise qualité de pétrole russe ont provoqué une interruption jeudi des approvisionnements en provenance de Russie par l'oléoduc Droujba ("Amitié" en russe), un des plus importants du monde, vers un certain nombre de pays dont l'Allemagne, la Slovaquie et la Pologne.

"Je pense que nous pourrons travailler de manière stable d'ici la fin de la première dizaine de mai", a déclaré le patron de Ukrtransnafta, Nikolaï Gavrilenko, cité par les agences de presse russes, affirmant que la question d'éventuelles compensations financières n'avait pas encore été abordée.

Il a indiqué qu'une solution technique avait été trouvée et que le transit à travers l'Ukraine vers les raffineries de République tchèque et de Slovaquie pourra reprendre d'ici le 10 mai. Il n'a pas donné de détails sur les autres branches de l'oléoduc, qui transitent par le Bélarus pour desservir entre autres la Pologne, l'Allemagne et les pays baltes.

Les autorités tchèques ont indiqué jeudi que la principale compagnie de raffinage du pays disposait de réserves de pétrole propre pour sept jours, avant de toucher aux réserves d'État ou d'arrêter les raffineries.

Un porte-parole de la société russe Transneft a pour sa part indiqué qu'une procédure pénale avait été ouverte. "Les premiers résultats montrent que cette pollution était un acte délibéré", a-t-il indiqué. "L'injection de composés organochlorés a été réalisée dans une station de dosage appartenant à la structure privée Samaratransneft-Terminal", a-t-il ajouté.

Depuis mercredi, des rumeurs concernant la qualité du pétrole - qui aurait une concentration de chlorure trop importante - ont poussé vers le haut les cours de l'or noir. "Aujourd'hui, les raffineries travaillent à environ 50% du niveau qui était le leur avant la livraison de pétrole dégradé", a déclaré jeudi le vice-président de Belneftekhim, Vladimir Sizov, estimant les pertes à environ 100 millions de dollars.

Dans un communiqué, le ministère de l'Energie russe a indiqué qu'il s'agissait d'un "cas de force majeure" et que son intention était de "trouver une solution sans conflit". Jeudi, "un algorithme d'action a été convenu pour minimiser la concentration de dichloroéthane" qui semble poser problème, a précisé le ministère.

"Cette affaire est assez étrange et reflète peut-être des problèmes techniques dans une raffinerie russe. Elle a engendré un peu de nervosité sur les marchés, mais la situation semble pouvoir se régler rapidement", a indiqué jeudi soir Mike Lynch, analyste de SEER. "En attendant, c'est sans doute la raison pour laquelle le pétrole coté en Europe a davantage chuté que le cours américain", le premier étant réputé plus sensible au marché mondial que le second, a ajouté M. Lynch.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture