Un projet de mine de charbon au Royaume-Uni dénoncé par les écologistes

  • AFP
  • parue le

Un rapport du centre de réflexion écologiste Green Alliance dénonce mercredi de nouveaux projets de mines de charbon au Royaume-Uni, les jugeant incompatibles avec les objectifs de neutralité carbone en 2050.

Ce rapport se focalise sur la mine de Woodhouse Colliery, dans le comté de Cumbria au nord-ouest du pays, et qui serait la "première mine de charbon en profondeur bâtie en 40 ans au Royaume-Uni". Elle n'est "pas nécessaire" pour l'industrie de l'acier locale et "nuirait au développement d'alternatives moins émettrices de CO2", affirme le rapport de Green Alliance, écrit par deux universitaires, Rebecca Willis et Mike Berners-Lee.

La mine a déjà été approuvée par les autorités locales mais doit recevoir le feu vert de certains régulateurs britanniques. Elle produirait 2,43 millions de tonnes de charbon destiné à la métallurgie par an. Dans l'ensemble, la production britannique de charbon atteignait 4 millions de tonnes en 2016 dans 13 mines et employait 629 personnes.

À l'heure où le Royaume-Uni s'est engagé à sortir du charbon et où les dernières centrales thermiques au charbon doivent fermer sous cinq ans, Green Alliance souligne qu'il y a actuellement "un certain nombre de propositions de nouvelles mines de charbon" dans le pays, en plus de celle du Cumbria, à l'instar de celle de Highthorn.

Le rapport insiste sur la possibilité de produire de l'acier avec moins de charbon, notamment en recyclant l'acier, en modernisant les aciéries pour les rendre plus efficaces en énergie, ou grâce à des techniques innovantes utilisant le gaz naturel ou l'hydrogène. En outre, "moins d'acier pourrait être utilisé avec des procédés de construction et fabrication plus efficients", ajoute Green Alliance.

Les promoteurs de la mine du Cumbria assurent notamment que le projet, qui a donné lieu à des manifestations d'opposants l'an dernier, créerait à terme 518 emplois directs en plus d'emplois indirects dans une région défavorisée économiquement et que sa production se substituerait à des importations, ce qui la rendrait "neutre en carbone".

Green Alliance affirme que ce projet à 165 millions de livres générerait au contraire plus de charbon donc plus de CO2, dans une région qui dispose de ressources renouvelables comme l'énergie marine ou éolienne.

Ajouter un commentaire