Un tribunal est-africain rejette un recours contre un mégaprojet pétrolier de TotalEnergies

  • AFP
  • parue le

Un tribunal est-africain a rejeté mercredi une action en justice contre un mégaprojet d'oléoduc du français TotalEnergies en Ouganda et Tanzanie, cible de vives critiques d'associations de défense de l'environnement et des droits de l'Homme.

La Cour de justice d'Afrique de l'Est, située dans la ville tanzanienne d'Arusha, s'est déclarée incompétente à statuer sur cette action en justice déposée en 2020 par plusieurs groupes de la société civile, au motif qu'elle avait été déposée trop tard.

Le mégaprojet de TotalEnergies, baptisé EACOP et qui a fait l'objet d'un accord d'investissement de dix milliards de dollars avec l'Ouganda, la Tanzanie et la compagnie chinoise CNOOC, comprend le forage de 419 puits dans l'ouest de l'Ouganda et la construction d'un oléoduc chauffé de 1.443 kilomètres reliant les gisements du lac Albert à la côte tanzanienne sur l'océan Indien.

Défendu par le président Yoweri Museveni qui dirige l'Ouganda d'une main de fer depuis 1986, ce projet suscite la vive opposition de défenseurs de l'environnement, qui estiment qu'il menace le fragile écosystème et les populations de la région.

Les groupes de la société civile ayant fait la démarche auprès de la Cour de justice d'Afrique de l'Est ont dénoncé une décision "injuste".

"Le jugement témoigne d'une continuité dans la manière dont les pays du Nord et diverses institutions gouvernementales en Afrique restent aveugles à la destruction de l'environnement et à l'impact du pétrole et du gaz sur le climat", a estimé dans un communiqué Lucien Limacher, de l'organisation de défense de l'environnement Natural Justice qui travaille en Afrique.

En septembre, quatre associations de défense de l'environnement -- Darwin Climax Coalitions, Sea Shepherd France, Wild Legal et Stop EACOP-Stop Total en Ouganda, ont déposé plainte pour "climaticide" contre le groupe et son projet.

Le lac Albert, dans l'ouest de l'Ouganda, contient un gisement estimé à 6,5 milliards de barils de brut, dont 1,4 milliard sont actuellement considérés comme pouvant être récupérés.

Le premier pétrole ougandais devrait être mis en production en 2025, près de deux décennies après la découverte des réserves, un projet salué par Yoweri Museveni comme une aubaine économique pour ce pays enclavé où de nombreux habitants vivent dans la pauvreté.

Commentaires

Zamur

Attendent-ils que les travaux soit finis ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.