Union européenne : la majorité des États membres veut inclure gaz et nucléaire dans la « taxonomie verte »

  • AFP
  • parue le

La majorité des 27 pays membres de l'UE s'est prononcée jeudi pour reconnaître le rôle du gaz et du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique, ce qui en facilitera le financement, a-t-on appris de sources concordantes.

La Commission européenne doit proposer avant la fin de l'année une liste des énergies considérées comme vertueuses à la fois pour le climat et l'environnement ("taxonomie verte"). Cette classification ouvrira l'accès à la finance verte et donnera un avantage compétitif aux filières reconnues.

Le sujet divise les Vingt-Sept. Mais au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement jeudi à Bruxelles, "une très grande majorité d'Etats membres" a souhaité inclure à la fois le gaz et le nucléaire dans cette liste d'investissements durables, a déclaré un diplomate européen à l'AFP. Deux autres ont confirmé l'existence d'une "majorité" de pays favorables.

La crise des prix du gaz semble avoir créé un contexte favorable au nucléaire. Malgré tout, la taxonomie ne devait pas être évoquée dans les conclusions du sommet, faute de consensus.

Mi-octobre, dix Etats de l'UE, dont la France, ont publié une tribune soutenant le nucléaire au motif qu'elle n'émet pas de CO2 et fait partie des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique, mais également qu'elle contribue à l'indépendance énergétique européenne.

Ce texte a aussi été signé par la Roumanie, la République tchèque, la Finlande, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, la Bulgarie, la Pologne et la Hongrie. Les Pays-Bas se sont ralliés récemment à cette position.

D'autres pays comme l'Allemagne, l'Autriche ou le Luxembourg y sont farouchement opposés, à l'instar de plusieurs ONG qui épinglent le problème du stockage à très long terme des déchets radioactifs.

Les centrales à gaz émettent du CO2, mais beaucoup moins que le charbon et, comme le nucléaire elles représentent une source d'électricité stable et pilotable qui peut apporter un complément nécessaire aux sources renouvelables (solaire, éoliennes) quand soleil et vent sont absents.

La "taxonomie" doit être proposée prochainement par la Commission qui n'a encore fixé aucun délai précis. Cette proposition pourra être rejetée par les eurodéputés ou une majorité d'Etats membres.

Début octobre, le vice-président de l'exécutif européen Valdis Dombrovskis avait défendu le nucléaire lors d'une réunion des ministres des Finances. "Il est important que nous reconnaissions le rôle du nucléaire en tant qu'énergie bas carbone dans notre effort" de réduction des émissions de CO2, avait déclaré le responsable letton.

Dans un rapport rendu fin mars, le service scientifique de la Commission (JRC) a estimé qu'"aucune analyse ne fournit de preuves scientifiques que l'énergie nucléaire porte atteinte à la santé humaine ou à l'environnement davantage que les autres énergies" susceptibles d'intégrer la taxonomie.

Commentaires

Serge Rochain

BIDON et mensonger

Joseph Letellier

Monsieur Rochain a tout à fait raison. le gaz, compte tenu de ses émissions de CO2 ne doit pas bénéficier de la "taxonomie verte". Le premier sujet important pour le devenir de notre civilisation est la lutte contre le réchauffement climatique et donc du CO2.

Schricke

O.K. ! Mais S. Rochain "oublie" (??) de dire que le nucléaire, lui est très peu émetteur de CO², car cette évidence va à l'encontre de ses grandes envolées (lyriques ?) à la gloire des ENRi, dont il reste le promoteur "viscéral" (et pas désintéressé !), en éliminant toutes les évidences énoncées par ses adversaires, qui ne sont qu'un "ramassis d'incultes, d'ignorants, de stupides, de perroquets..." et autres noms d'oiseaux dont il dispose d'une collection quasi inépuisable... (mais pas vraiment "renouvelables" ?)

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture