• Source : Agence Internationale de l'Énergie

Après trois décennies marquées par les conflits, l’Irak mise sur sa production d’hydrocarbures pour assurer son développement. Le pays possède de gigantesques ressources - les 5e réserves prouvées de pétrole et les 13e réserves prouvées de gaz naturel dans le monde - et son potentiel de découvertes est encore important au regard de la géologie du sous-sol irakien. En 2011, les recettes issues des exportations irakiennes d’hydrocarbures représentent 72% du PIB du pays.

Dans un rapport spécial publié hier, l’AIE réalise un état des lieux du secteur énergétique irakien ainsi que ses principaux défis. Elle envisage différents scénarios d’évolution de sa production d’hydrocarbures et de sa demande interne d’énergie.

L’Irak produit actuellement près de 3 millions de barils de pétrole par jour, un niveau déjà atteint à la fin des années 1970 avant le début du conflit avec l’Iran. D’ici à 2020, le pays pourrait quintupler sa production afin de respecter ses contrats d’approvisionnement auprès de groupes internationaux. Peut-il assurer un tel développement, le plus rapide jamais réalisé dans l’industrie pétrolière, et dans quelles conditions ?

Lire l'étude  :