Newsletters des énergies

Le premier tramway à hydrogène est chinois

Tramway à hydrogène

Un tramway nommé écologique ? (©Qingdao Sifang)

 

Le premier tramway propulsé grâce à des piles à combustible est sorti d’usine mi-mars dans l’est de la Chine. Dans ce pays préoccupé par la pollution atmosphérique, il constitue une voie ambitieuse parmi les transports du futur.

Des rejets d’oxygène et de vapeur d'eau en aval

Construit par l’entreprise chinoise Qingdao Sifang, le tramway orange à hydrogène peut parcourir de façon autonome une distance de 100 km à une vitesse maximale de 70 km/h. La durée de recharge des piles à combustible serait limitée à 3 minutes selon le constructeur. Concrètement, le tramway pourra ainsi effectuer plusieurs trajets aller-retour sur des lignes de la ville côtière de Qingdao (près de 9 millions d’habitants) avant d’être rechargé sans perturber le trafic.

Le tramway est par ailleurs assez standard à première vue. Il pourra transporter 380 passagers. Pour l’environnement, l’effet sera a priori sensible : le tramway ne rejettera que de la vapeur d’eau et de l’oxygène. Il s’intègrera à ce titre parfaitement dans la politique chinoise de réduction de la pollution. A l’automne 2013, le premier ministre avait notamment fixé pour objectif de réduire d’un quart la pollution atmosphérique à Pékin d’ici à 2017. Le gouvernement chinois mise fortement sur le rail comme transport écologique et s’est lancé dans un important plan de développement : le pays entend construire plus de 1 900 km de rails dans les 5 prochaines années, ce qui nécessite un investissement de près de 32 milliards de dollars.

Le tramway de Qingdao Sifang a fait l’objet de 2 ans de recherche et constitue une première mondiale pour ce type de transport. Rappelons que l’hydrogène est en revanche déjà utilisé dans le secteur de l’automobile au sein de piles à combustible (notamment par les constructeurs General Motors, Hyundai et Toyota) mais aussi directement comme carburant dans des moteurs dédiés (comme dans la BMW Hydrogen 7).

Mais une production potentiellement carbonée en amont

Si le tramway de Qingdao Sifang n’émet pas de gaz à effet de serre en phase de fonctionnement, il est important de prendre en considération la façon dont l’hydrogène a été produit. A l’heure actuelle, l’immense majorité de l’hydrogène produit dans le monde provient encore de combustibles fossiles grâce au procédé économique de reformage.

L’électrolyse de l’eau qui consiste à décomposer des molécules d’eau à l’aide d’un courant électrique peut sembler un mode de production plus respectueux de l’environnement. Le bilan carbone de ce procédé dépend toutefois des moyens de production mobilisés en amont pour produire l’électricité puisque ceux-ci peuvent eux-mêmes être d’importants émetteurs de gaz à effet de serre.

Des modes de production alternatifs font par ailleurs l’objet de nombreuses recherches. Citons notamment la publication récente par l’Académie américaine des sciences (PNAS) des travaux prometteurs de chercheurs de Virginia Tech. Ces derniers ont trouvé un nouveau processus biologique permettant de produire de l’hydrogène à bas coût à partir de glucose et de xylose, des sucres présents en abondance dans les tiges, les épis et les cosses de maïs…