Newsletters des énergies

Qu'est-ce que « l'effacement » de l'électricité ?

Effacement électrique

RTE sollicite ses usagers pour limiter l'impact des pics de consommation électrique. (©photo)

En France, l’effacement de l’électricité désigne l’action de réduire temporairement la consommation électrique par un industriel ou un particulier. Lorsque la production électrique présente un risque d’insuffisance face à la demande, RTE peut demander aux consommateurs de diminuer volontairement leur consommation. Cela permet de maintenir un équilibre entre l’offre et la demande sur le réseau électrique.

La consommation électrique connaît des périodes de pointe (ex : vers 19h et lors de grands froids). Pour y répondre, EDF augmente sa production grâce à des centrales thermiques à flamme (gaz, charbon, fioul) pouvant être rapidement démarrées. La production thermique utilisant du combustible fossile étant coûteuse et ayant un impact environnemental, RTE privilégie une réduction de la consommation par les usagers.

Deux types d'effacement existent. L’un, opérationnel, est destiné aux industriels. Prévenu par un signal de RTE, un industriel peut « effacer » sa consommation en arrêtant les équipements électriques de ses usines ou en s'appuyant sur des groupes électrogènes. La quantité d’électricité à économiser et la durée sont fixées par contrat qui permet de bénéficier d'un tarif bas auprès d'EDF et d’être rémunéré pour les économies effectuées.

L’autre, en cours d'expérimentation, s'adresse aux particuliers. Leur consommation électrique est réduite grâce à un « compteur intelligent » installé chez eux. Lors d’un pic de consommation, le compteur pourrait interrompre pendant une dizaine de minutes le chauffage électrique et certains équipements électroménagers. Le client réduit ainsi sa consommation et allège sa facture d’électricité sans que ses usages électriques en soient gravement affectés. Ces compteurs devraient être déployés sur l'ensemble du territoire français à l'horizon 2020.

dernière modification le
Sources / Notes

N.B. : EDF proposait jusqu’au début des années 2000 des tarifs dit « EJP : effacement jours de pointe » (toujours en vigueur pour les contrats antérieurs à 1998/2000) qui prévoyaient 22 jours « rouges » avec un prix très élevé. Le consommateur -prévenu la veille- pouvait s’organiser pour réduire ses consommations (et donc s’effacer partiellement).  Ce type de contrat a connu des déclinaisons variées.