Newsletters des énergies

Qui sont les « électro-intensifs » ?

Électro-intensifs Solvay

Le groupe belge Solvay, leader de la chimie mondiale fait partie des électro-intensifs. Ici du bicarbonate de sodium. (©Bernard Foubert-Solvay)

Le terme « électro-intensifs » désigne des entreprises dont l’activité nécessite une consommation importante d’électricité. En France comme dans d’autres pays, ces entreprises peuvent bénéficier d’un prix du MWh préférentiel afin de préserver leur compétitivité.

En France, une entreprise est plus précisément considérée comme électro-intensive dès lors que sa consommation d’électricité est supérieure à 2,5 kWh par euro de valeur ajoutée (différence entre le chiffre d’affaires et les coûts intermédiaires)(1).

Sur la base de ce critère, plus de 500 entreprises industrielles en France sont qualifiées d’électro-intensives(2). Elles absorbent approximativement 20% de la consommation nationale d’électricité et emploieraient au total près de 100 000 salariés. Certaines d’entre elles, dans le secteur de la fabrication des gaz industriels, consacrent l’équivalent de 20% de leur chiffre d’affaires à leur consommation électrique.

Les électro-intensifs sont principalement concentrés dans quelques secteurs industriels parmi lesquels :

  • l’industrie du papier-carton (forte consommation des machines rotatives) ;
  • la chimie (cuves d’électrolyse, compresseurs, vapocraqueurs) ;
  • la sidérurgie (fours, injection d’air chaud dans les hauts-fourneaux).

Un consortium appelé Exeltium, regroupant une partie des électro-intensifs en France, a été constitué en 2006 pour négocier des prix préférentiels auprès des fournisseurs d’électricité(3).