Rapport du GIEC : les futurs possibles...

Christian de Perthuis

Professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine - PSL

Fondateur de la Chaire Économie du Climat

Le sixième rapport d’évaluation du GIEC, programmé pour septembre 2022, fera la synthèse des rapports des trois groupes de travail (WG pour « Working Group »). Le premier (WG1), rendu public le 9 août, se penche sur les bases scientifiques. Il sera suivi du WG2 consacré à l’adaptation face aux impacts du réchauffement, puis du WG3 traitant des politiques d’atténuation du réchauffement.

Un réchauffement qui ne faiblit pas

Une difficulté récurrente d’interprétation des données climatiques résulte de la forte variabilité du climat à court terme.

Dans le passé, cela a pu conduire à des erreurs d’interprétation. Par exemple, certains ont cru déceler un ralentissement du réchauffement entre 1998, année très chaude, et 2011 qui a vu une température légèrement inférieure à celle enregistrée treize ans auparavant. Le rapport du WG1 met en garde contre de possibles erreurs d’interprétation de sens inverse dans le futur. Ce n’est pas parce qu’un réchauffement moyen de 1,5°C ou 2°C sera observé une année que le seuil de température correspondant aura été atteint.

Sur la période 2011-2020, le WG1 estime le réchauffement moyen à 1,1°C relativement à l’ère préindustrielle. Depuis le 5° rapport d’évaluation, le réchauffement observé a augmenté de 0,19°C. Le GIEC a par ailleurs amélioré la prise en compte de la température des zones polaires. Le chiffre de 1,1°C s’inscrit dans la continuité de la tendance statistique observée depuis 1970 : une progression tendancielle de 0,2°C par décennie.

Évolution des températures moyennes observées

La prolongation de cette tendance conduirait à un réchauffement de 1,4°C en 2030, dans la fourchette des cinq scénarios représentatifs du GIEC. On atteindrait 1,8°C en 2050 et 2,8°C en prolongeant cette tendance jusqu’à la fin du siècle ce qui n’est compatible qu’avec le scénario intermédiaire du WG1.

Le rôle déterminant de l’action de l’homme

Ce réchauffement ne peut être attribué à des facteurs naturels. Les modèles climatiques qui ne prennent en compte que les paramètres naturels influençant le climat (irradiations solaires, irruptions volcaniques, etc.) ne détectent aucune variation de la température depuis un siècle. Seule la prise en compte de l’action de l’homme permet de comprendre la hausse des températures moyennes observées.

Observations et simulations du climat depuis 1850

Appliqués au passé, les modèles climatiques permettent d’attribuer le réchauffement observé à l’accroissement du stock de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Le 6e rapport confirme une hypothèse de « sensibilité climatique » posée dès 1970 par le météorologue Charney : un doublement de la concentration de CO2 dans l’atmosphère conduirait à un réchauffement global de l’ordre de 3°C.

Les futurs possibles

On n’en est pas encore là ! Mais on s’en approche : pratiquement la moitié du chemin a été parcouru puisque ce stock s’est accru de 47% depuis l’ère préindustrielle. En tenant compte des autres impacts anthropiques sur l’atmosphère, le GIEC dessine les futurs possibles suivant le rythme à venir des émissions de CO2.

Scénarios du GIEC sur l'évolution de la température mondiale

Dans tous les cas, un réchauffement de 1,5°C devrait être atteint vers 2030 compte tenu du stock de CO2 déjà rejeté dans l’atmosphère. Vers 2050, l’action ou l’inaction climatique commencent à produire leurs effets ce qui conduit à envisager trois types de futur possibles d’ici la fin du siècle :

  • dans les deux scénarii a faible émission, la neutralité carbone est atteinte vers 2050 grâce aux fortes baisses d’émissions opérées entre 2020 et 2050. On conserve l’espoir de stabiliser le climat en dessous de 2°C d’ici la fin du siècle, et même vers 1,5°C grâce à des émissions nettes négatives après 2050 ;
  • dans le scénario intermédiaire, les 2°C risquent d’être atteints vers 2050. Le pic des émissions mondiales a été touché en 2030, mais les émissions n’ont guère reculé entre 2030 et 2050. Le stock de CO2 dans l’atmosphère continue de croître ce qui conduit à une température moyenne entre 2,5 et 3 °C vers la fin du siècle ;
  • Dans les scénarii fortement émissifs, le pic d’émission n’est pas atteint avant 2050. La stabilisation du stock de CO2 dans l’atmosphère semble hors d’atteinte d’ici la fin du siècle. On s’oriente vers des réchauffement supérieurs à 3 ou 4 °C d’ici 2100 qui se poursuivront au XXIIe siècle.

Une fois de plus, le GIEC nous rappelle le rythme impitoyable de l’horloge climatique dont les aiguilles sont animées par le stock de gaz à effet de serre, une grandeur présentant une inertie bien plus forte que celle de nos émissions annuelles.

Le temps qu’il reste

Une façon simplifiée de rattacher le flux d’émission de CO2 au stock dans l’atmosphère consiste à calculer le cumul des émissions de CO2 associé à différentes cibles de réchauffement, ce que l’on appelle le « budget carbone ».

Pour chaque cible de température, le GIEC a calculé le montant des émissions cumulées de CO2 qu’il ne faut pas dépasser. Nous avons reproduit ci-dessous ces budgets pour atteindre la cible avec une probabilité de 66,6%.

Budgets carbones donnant deux chance sur trois d’atteindre les cibles de température
Cibles de température Budget carbone Budget résiduel
Mt Déjà consommé Mt CO2 En années
(au niveau d'émissions de 2019)(1)
+ 1,5°C 2 790 86% 400 9
+ 1,7°C 3 090 77% 700 16
+ 2,0°C 3 540 68% 1 150 27

Pour un réchauffement de 1,5°C, un peu plus de 85% du budget a déjà état consommé début 2020. En moins de 10 années d’émission au niveau de 2019, il sera totalement épuisé. Pour 1,7°C, on dispose encore de 16 petites années, et pour 2°C, d’un quart de siècle. C’est dire l’urgence qu’il y a à accélérer l’action climatique(2)...

Lire le « Résumé aux décideurs » (en anglais) du rapport du groupe 1 du 6e Rapport d'évaluation du GIEC

Sources / Notes
  1. Le calcul du nombre d’années pour épuiser le budget carbone a utilisé les données d’émission du Global Carbon Budget pour 2019.
  2. Le rapport du WG1 ne traite pas des conditions de cette accélération. Mais il approfondit les interactions entre le montant des émissions brutes de CO2 et les autres paramètres qui accélèrent ou freinent le réchauffement global.

Cet article a été publié par Christian de Perthuis sur son site (accessible ici).
Il est suivi de deux autres publications : « Le CO2 et les autres » et « Le climat dans tous ses états ».

Les autres articles de Christian de Perthuis

Commentaire

FLUCHERE

Monsieur Rochain va trouver le moyen de sortir du nucléaire et de limiter l'élévation de température à 1 °C. Parce que c'est un super physicien !

Cotty

Oui très intéressant, mais pour réduire drastiquement les émissions dans le calendrier, les solutions technos n'existent pas encore.
Par contre il serait possible immédiatement :
- De réduire sa consommation en évitant le gaspillage
- De réduire la natalité avec des mesures d'aides incitatives (Voir ce que fait la Chine)
- D'attribuer un quota individuel annuel de CO2 (Quelque soit le mode de consommation)
- D'investir massivement dans la recherche nucléaire

Mais quel politique dans une démocratie aura le courage de se lancer dans un tel programme ?

Abadie

On apprend que le réchauffement climatique est lié au stock de CO2 dans l'atmosphère, la durée de désintégration d'une molécule de CO2 étant d'un siècle, on est piégé, le passé industriel où l'on arejeté du CO2 a tout va, le présent où l'on continue sur le même rythme et le futur où l'on essaie de limiter nos émissions. Mais le mal est déjà fait.

Romdhane Ben Slama

L'emprisonnement radiatif (mieux dit scientifiquement que l'appellation effet de serre) indique bien la radiation (du type infrarouge ) qui provoque directement le réchauffement de la terre, quand c'est arrêtée par l'atmosphère, d'autant plus polluée par les GES;
Donc il me parait claire que parallèlement à la nécessité de réduire les émissions de CO2, il ya lieu de réduire aussi les émissions de radiation infrarouge terrestres, en particulier ceux des sols artificialisés routes , extension des villes etc; surtout ceux de couleur foncée qui absorbe le rayonnement solaire et réduit l'albédo .
J'ai toujours induit ceci par analogie au capteur solaire thermique , qui pour chauffer, on utilise l'effet de serre; le vitrage qui renvoi à l'intérieur la radiation de l'absorbeur de couleur foncée.
A part les sols artificialisés, HELAS, je dois signalé que les panneaux solaires , thermiques et photovoltaïques agissent comme les sols artificialisés en envoyant des radiations à effet de serre. DOMMAGE, le solaire réduit les émission de CO2mais augment les émissions d'IR, donc je suis obligé de l'avouer qu'il participe à l'effet de serre. Ainsi la meilleure énergie reste celle qu'on utilise pas; les négawatts. Cependant je reste optimiste pour que les recherches permettront d'augmenter l'efficacité de capteurs solaires et de réduire les émissions IR de leur surface extérieure. Enfin, notons que si les émissions de GES est un problème mondial, les émissions IR sont plutôt locales ; l'atmosphère renvoi les radiations IR des sols artificialisés vers des sites locaux normalement.
Je souhaite expliquer ces émissions IR à la COP 26, mais comment?
J'ai rédigé des articles dans ce sens que vous pouvez trouver dans google en mettant le nom Romdhane Ben Slama et greenhouse effect et infrared radiation.

Pr Romdhane BEN SLAMA
Université de Gabès, Tunisie
romdhaneb.slama@gmail.com

Hervé

Bonjour,
Oui, pour exploiter le phénomène, il faudrait être capable d'avoir un effet miroir le jour et maximiser l’émissivité la nuit. Par exemple du solaire sur tracker avec un effet miroir augmenté sur les panneaux sur les fréquences non utiles, le tout recouvre un parking: la nuit on relève les panneaux a la verticale pour que le goudron renvoie des IR vers la voute céleste.
Mais je doute que le rapport cout / bénéfice soit intéressant.

Emmanuel Beaulieu

Toujours rien dans les rapports du GIEC pour expliquer comment 4 particules de CO2 sur 1000 particules dans l'athmosphère peuvent provoquer un réchauffement de l'ordre de 5 ou 6% de la température de la planète..
Mais si on est convaincu que le réchauffement provient du CO2, alors on est criminel de ne pas défendre le nucléaire.

Hervé

augmenter 5 ou 6% de la température terrestre, ça fait environ +17°K (le zero est à -273°C). Jamais vu de tels chiffres émis par le GIEC.
Vous devriez lire correctement les rapports avant de critiquer.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet