Voiture électrique à batterie : de l’utilité d’actualiser les données…

Olivier Daniélo

Rédacteur énergie

Alors que les voitures électriques à batteries battent des records de vente en Norvège, en Suisse et aux Pays-Bas, d'étranges propos ont été tenus récemment dans les médias sur leur bilan environnemental.

Parmi ces propos, on peut entre autres citer l’ingénieur belge Damien Ernst (honoré de la médaille Blondel(1) il y a quelques mois à Paris). Dans le cadre d'un article-vidéo pour la RTBF(2), il a affirmé qu’en prenant en compte le CO2 émis par la fabrication de la batterie d’une voiture électrique, « ce n’était qu’à partir de 697 612 km parcourus que l’on pouvait considérer que le véhicule électrique émettait moins de CO2 qu’une voiture à essence ».

En réalité, la majorité des différentes études auxquelles il est aujourd’hui fait référence sur ce sujet reposent sur des données dépassées. Dans le domaine des voitures électriques à batterie, tout va très vite.

Le chercheur hollandais Auke Hoekstra, spécialiste en bilans carbone et en électro-mobilité de l'université d'Eindhoven, a ainsi répondu(3) à Damien Ernst en se basant sur la littérature scientifique et les données de l'industrie les plus récentes. Il souligne que fabriquer 1 kWh de stockage par batterie n'émet à présent plus que 65 kg de CO2

Damien Ernst a accepté de corriger partiellement ce qu'il avait déclaré mais Auke Hoekstra a publié un article plus détaillé(4) précisant qu'avec le mix électrique moyen de l'UE en 2018 (émettant 296 g CO2/kWh), la voiture électrique devient plus avantageuse que la voiture thermique en matière d’émissions de CO2 dès 30 000 km en moyenne pour l’UE (le mix électrique de la France est 5 fois moins carboné que la moyenne européenne). Ajoutons que la voiture à batterie est également pertinente sur le plan des émissions de CO2 avec le mix électrique allemand qui était de 382 g CO2/kWh en 2018(5), ce qui est bien moins que les 550 g CO2/kWh retenus dans de nombreux rapports.

Même la revue scientifique Nature illustre ce problème d’actualisation des données. Dans un édito publié le 11 avril 2019(6), elle affirme que seul « un faible taux de moins de 5% » des batteries lithium-ion sont « actuellement » (« currently ») recyclées en Europe. Ce qui a suscité l'indignation légitime du spécialiste Hans Eric Melin de l'agence Circular Energy Storage basée à Londres, auteur d'un rapport récent publié par l'Agence Suédoise de l'énergie sur le thème de la réutilisation et du recyclage des batteries(7).

En réalité, Nature se réfère à un article de The Guardian qui date de 2017(8), ce qui n’est déjà plus vraiment « actuel ». Pis encore, l'article du quotidien britannique, qui n'est pas une publication scientifique peer-reviewed, se base quant à lui sur un document de l'ONG Friends of The Earth datant de 2013(9). Le terme « actuellement » prend alors un sacré coup de vieux. Et ce n'est pas fini, le document de l’ONG est lui-même basé sur un document de l’European Battery Recycling Association datant de...2010(10). Les données utilisées par Nature correspondent in fine à un rapport rédigé près d’une décennie plus tôt, dont le contenu est contestable.

Sur les réseaux sociaux, Hans Eric Melin nous interpelle(11) par quelques réflexions : l’article de Nature, « la principale revue scientifique, sera référencée pendant des années par d'autres journalistes, chercheurs et tweeters, affirmant que 5% seulement des batteries lithium-ion sont recyclées en 2018. Bien que leur nombre date de 2010. Et ce n’était même pas correct à ce moment-là ».

Dire que « les batteries ne sont pas recyclées en Europe ne veut pas dire qu'elles ne sont pas recyclées du tout. Il y a quelque chose qui s'appelle l'export » souligne Hans Eric Melin. Les batteries consommées en Europe sont en effet exportées vers l'Asie en fin de vie... où elles sont bel et bien recyclées. Pour le spécialiste, « il est compréhensible qu'un rédacteur en chef d'une revue scientifique générale n'ait pas une connaissance détaillée » mais il est « plus difficile à comprendre » que Nature mélange dates et… données.

Bruno Bensasson, PDG d’EDF Energies Nouvelles, a posé le 10 avril 2019 sur Twitter(12) une question toute aussi pertinente sur les coûts du solaire photovoltaïque : « Oui, il y a 10 ans le solaire coûtait 500 €/MWh et les Français le payent encore. Mais depuis les prix ont été divisés par 10 […] pour dessiner un parc optimal, on regarde les coûts actuels ou passés ? »

La problématique de l'actualisation des données est ainsi plus que jamais d'actualité…

Sources / Notes

Titulaire d'un DESS Environnement, Olivier Daniélo rédige en particulier des articles sur le thème de l'Electron Economy et a notamment collaboré pour des médias tels que la Revue Politique et Parlementaire, la Revue Systèmes solaires et le magazine Biofutur.

 

  1. La médaille Blondel, est décernée chaque année par la Société de l'électricité, de l'électronique et des technologies de l'information et de la communication (SEE) à des auteurs (de moins de 45 ans) de travaux d'exception dans les domaines de la science et de l'industrie électrique. 
  2. « Voiture électrique : 697 612 km pour devenir verte ! Vrai ou faux ? », Damien Ernst.
  3. Tweets d’Auke Hoekstra.
  4. « Correcting misinformation about greenhouse gas emissions of electric vehicles : Auke Hoekstra’s response to Damien Ernst’s calculations », Innovation Origins, mars 2019.
  5. The European Power Sector in 2018, Agora Energiewende (page 27).
  6. « Recycle spent batteries », Éditorial du 11 avril 2019 de Nature.
  7. « This is the state-of-the-art in lithium-ion battery reuse and recycling research », Hans Eric Melin, 29 mars 2019.
  8. « The rise of electric cars could leave us with a big battery waste problem », The Guardian, 10 août 2017.
  9. Étude sur le lithium de Friends of the Earth Europe, février 2013.
  10. « European Battery Recycling Association, 2010: a year of contrasts: further growth in the primary sector but temporary decrease in the Li-Ion recycling market », 15 November 2011.
  11. Tweets du 12 avril 2019 d’Hans Eric Melin.
  12. Tweet du 10 avril 2019 de Bruno Bensasson.

Commentaire

Eric Sartori

D'accord, mais il faut aussi actualiser les données sur le diesel... Ce n'est pas parce qu'un constructeur a salement triché que tout est à jeter si l'on tient compte des progrès en consommation et en dépollution

Hervé

Bonjour,
Oui je suis d'accord. Une autre façon de voir les choses est que le cout de l’énergie nécessaire à la fabrication d'une batterie ne peut pas excéder le prix de reviens de la batterie (rentabilité économique oblige) . Donc pour parcourir 700000Km, ça représente 140MWH. S'il faut 1Kwh par Kwh stocké, l’énergie pour fabriquer la batterie représenterais environ 7000€ (énergie estimée a 50€ du Mwh): La batterie couterait plus cher en énergie que son prix de fabrication! Ce chiffre parait donc de toute façon biaisé.

La voiture électrique est en passe d'émerger. Quand on vois les investissements réalisés par les constructeurs (ici usine audi: https://www.youtube.com/watch?v=G9We5BWTWXc , la fabrication des batteries chez tesla : https://www.youtube.com/watch?v=C4V7ITH_6Ok ) ces efforts d'industrialisation sont comparables à la fabrication de voitures thermiques. Ils y croient, ça ne fait plus beaucoup de doute.

dédé29

Bonjour
Quelqu un peut-il m'indiquer ou trouver des informations TECHNIQUES sur le recyclage des batteries ?
Merci

FAMEREE

Comme le dit l'article, il est urgent d'actualiser les données et d'identifier les dates de sortie des données et des études, car de plus en plus d'études semblent obsolètes dès leur sortie! C'est donc peu crédible au final et on en arrive à des stupidités! De même, les réalités peuvent être très différentes selon les mix énergétiques des pays!.
Méfiance donc, vis à vis des avis péremptoires et des certitudes "définitives" de certains milieux, car tout évolue tellement vite et semble-t-il encore bien plus vite en ASIE!

Bruno Lalouette

Pas du tout d'accord!
Combien de CO2 émis pour renvoyer les batteries usagées en Chine?
Y a t-il un comparatif véhicules électro-nucléaires VS véhicules au gaz et à hybridation hydraulique?
Sachant que le gaz émet 25% de CO2 en moins et zéro microparticules!
Sachant le biogaz est neutre, et que le syngas produit à partir de centrales à cogénération est tout aussi neutre...
Pour un pays comme la France, quelles sont les quantités de biogaz et de syngas carburant pouvant être produit à compléter avec du gaz naturel, et en supprimant le biogaz brûlé pour faire de l'électricité et en récupérant celui des égouts?
Combien de CO2 pour produire une tonne de lithium, cobalt, graphites, uranium, terres rares, silicium, à comparé avec une tonne de gaz et de fer?

EnergEye

Bonjour Monsieur Lalouette,
Pour un comparatif voiture au gaz fossile / voiture à batterie ce document qui vient de paraître le 25 avril 2019 pourrait vous intéresser, pages 13 et 14 ("ErdGas" signifie "Gaz de Terre" en allemand, autrement dit "Naturel"):
https://uploads.volkswagen-newsroom.com/system/production/uploaded_file…
Comme vous pouvez le constater le bilan carbone de la voiture au gaz fossile est moins bon que celui de la voiture diesel mais meilleur que celui de la voiture essence.
A noter qu'avec le mix électrique de la France (ainsi que de la Suède et de la Norvège), bien moins carboné que le mix de l'UE et à fortiori de l'Allemagne, le bilan en faveur de la voiture électrique à batterie est naturellement encore bien plus flagrant.
Cordialement,
Olivier Daniélo

Hervé

Bonjour Bruno,
Si le transport se fait par bateau ça représente environ l’émission de 8g/Tonne par Km. Donc, transporter une batterie de 500Kg d'europe du nord vers la chine (20000Km), ça représente 80Kg de CO2, ce qui corresponds a un trajet d'environ 800Km avec une bagnole "normale". C'est sur c'est mieux de l'eviter, mais c'est pas ce qui va changer l'ordre de grandeur des choses.

AtomicBoy44

Le biogaz n'est pas neutre du tout. Son bilan est nul mais pas les infractures qu'il faut pour le créer, le purifier et le transporter. Sans gras et sans sucres, pas de biogaz rentable et bcp ed CO2 en revanche. OUI, un méthaniseur fabrique du CO2 ...Et d’ailleurs le gaz naturel extrait du sous-sol, c'est pareil.

Votre dernières question est très compliquées et la réponse pas du tout évidente. Pour l’uranium en tout cas c'est très faible, même si les concentrations peuvent varier. et cela dépend de la méthode d'extraction.

Le biogaz doit AUSSI être purifié, ne vous en déplaise. quand aux volumes même en réutilisant toute les matières que vous dites, ils sont ridicules. En plus il faut l'alimenter avec des cultures qui font concurrence avec les cultures vivrières. Comme en Allemagne ou ils cultivent du mais a mettre dans les méthaniseurs....

Bruno Lalouette

Arrêtez la mauvaise foi!

Une centrale nucléaire en béton, c'est combien de CO2?

Une guerre dans un Sahara géant pour sécuriser l'uranium, combien?

les centres d'enfouissement pour des déchets millénaires, combien?

Le lithium, le graphite, le cobalt, le cuivre, les terres rares, etc...

L'énergie locale, ça se consomme en local, ça ne voyage pas, contrairement à l'énergie centralisée!

AtomicBoy44

1/ Certes, bcp de béton mais pour combien de décennie ? Et certainement moins de béton que 20 000 éoliennes que certains appellent à construire....pour un renouvellement tous les 20 a 25 ans !
- 30 millions de tonnes de béton pour implanter 20 000 éoliennes
https://www.contrepoints.org/2018/08/06/321834-30-millions-de-tonnes-de…

2/ Notre principale source d'uranium est au kazakstan, pas au NIGER :
D’où vient l’uranium naturel importé en France ?
https://www.connaissancedesenergies.org/d-ou-vient-l-uranium-naturel-im…

Par ailleurs, nier que les fanatiques extrémistes islamiques étaient en train de prendre le contrôle du pays et même de détruire des monuments millénaires dans ce pays, n'est-ce pas de la mauvaise foi ? Le Mâli a appelé l'aide, et c'est bien le Mali qui a été défendu. Le Niger est à coté, certes, mais vous détournez les faits de cette guerre en Afrique sub-sharienne. Le Niger n'était pas menacé et l'armée française est allé là-bas pour d'autres raisons que celles dont vous parlez. Ce genre d'arguments pourraient sans doute tomber sous le coup des propagations de fake news...

3/ Il ne s’agit pas d'enfouissement, mais de STOCKAGE GÉOLOGIQUE. La nuance est que l'enfouissement n'est pas surveillé, le stockage a l'inverse l'est. Si vous préférez le stockage en surface bien plus accessible aux Hommes qu'en sub-surface, c'est votre choix. Mais en fait le problème des déchets est résolu par le CIGEO et tous les pays limitrophes et du monde feront de même. Le plutonium sera le combustible de demain pour les Réacteurs à neutrons rapides et les SMRs ou encore les MSFR au thorium...
Enfin, je vous rappelle que pour percer un conteneur castor de HAVL et/ou MAVL vitrifiés dans un verre spécial (Quels sont-ils au fait ? Quels est leur demi-vie ? Quels volumes ?) il faut pas moins de 410 000 ans; c'est à dire un temps assez long pour que la désintégration radioactive naturelle de ces éléments soit inoffensive. Et je ne parle même pas des millions d’années qu'il faudra pour les faire EVENTUELLEMENT remonter en surface.

4/ Ces métaux ou éléments que vous citez entrent surtout dans la fabrication de l'éolovoltaique. Bien moins dans le nucléaire.
Par ailleurs, les infrastructures nécessaires au biogaz ou l'éolovoltaique sont multipliées par 10 pour transporter les productions au-delà de ce que vous dites.
La décentralisation des productions ne conduit pas à consommer locale contrairement à ce que vous affirmez. Et l'energiwende allemand est flagrant à ce titre.
Les éoliennes installées en masse dans le nord de l'Allemagne n'approvisionnent absolument pas les industrielles de la Ruhr dans le sud de la Bavière. Du coup ils renvoient leurs MWhe tout dégeu, car instables et a des mauvaises fréquences, chez leurs pays voisins, déstabilisant tous les électriciens d’Europe !
Il n’y a aucune preuve de ce que vous affirmez sur la consommation locale d’énergie, quelle qu’elle soit. Et l’électricité en particulier. C’est logique puisqu’il circule a 278 000 km/s environ, soit très proche de la vitesse de la lumière a 299 957 km/s.
Tout cela nécessite des modifications de réseau qui consommeront encore plus de métaux …et de terres rares pour les transformateurs.
L’enfer est tjrs pavé de bonnes intentions. L’autarcie ou l’autonomie totale est une fausse bonne idée.
Et vous pouvez nier si vous voulez, mais le cas de la Belgique qui veut sortir du nucléaire en remplaçant par du gaz importé (par nord stream 1 & 2 ?) avec l’autorisation de la commission dictatoriale de Bruxelles nous montre à quel point les lobbys du gaz et des fossiles en général, sont puissants. Bien plus que d’éventuels lobbys nucléaires hypothétiques.

Enfin la centralisation permet au contraire d’économiser des matières et de la surface , comme une centrale nucléaire par opposition aux « centrales solaires » au sol et aux centrales éoliennes.

Bruno Lalouette

1/3 kazakhstan, 1/3 Niger, pour l'uranium.

La population musulmane du Mali n'apprécie pas du tout la présence française, mais le Mali n'est pas une nation, juste une création administrative coloniale, les touaregs veulent l'indépendance de leur état laïc "l'Azawad".

Droit des peuples à disposer d'eux mêmes, mais les énarques de la république en ont décidé autrement, alors que pour sécuriser le Sahara, les touaregs sont justes indispensables.

Quant au solaire thermique, biogaz, énergie bois, c'est le minerais de fer qui est indispensable, prix, 0,079 euros le kilo contre 5,607 pour le cuivre!

https://www.journaldunet.fr/patrimoine/guide-des-finances-personnelles/…

Avantage des caloporteurs sur l'électricité, sans déchets, démantèlement, ni accident nucléaires!

Et le bon technologique, ce n'est certainement pas le poussiéreux nucléaire, mais çà!

https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/le-co2-se-transforme-en-met…

Encore du fer, du soleil et du biogaz!

15 ans pour produire du méthane solaire carburant!

Avant, il faut tout mettre en place, les véhicules, les pompes, et produire les équipements en masse pour comprimer les coûts!

D'ici 30 ans, le kérosène solaire finira de tuer le pétrole!

60 ans d'exploitation + 40 de démantèlement = 1 siècle!

C'est la durée de planification de l'étatique nucléaire communiste à crédits avec l'impôt du contribuable!

Je choisis la voie du capitalisme, je n'ai pas envie de finir chez Maduro!

Bruno Lalouette

Merci pour vos réponses.

"Le GNV présente un léger avantage sur autoroute (- 9 % par rapport au diesel et – 11 % par rapport à l’éthanol) et surtout dans les zones extra-urbaines (- 14 % par rapport au diesel et – 11 % par rapport à l’éthanol). En revanche, le GNV émet légèrement plus de CO2 en zone urbaine : 83,2 kg pour 100 km, contre 82,6 pour le diesel et 78,2 pour l’éthanol."

https://www.flotauto.com/emissions-des-autocars-test-ademe-scania-20180…

Ma conclusion: différence minime en milieu urbain, largement compensée sur autoroute, avantage au GNV.

Avantage suprême, le mixe, GNV, biogaz et syngas.

Meilleures solutions: interdire le fret routier international pour le limiter à l'interrégional, avec péniches, bus urbains et TER électriques dotés de volants d'inertie pour le stockage, idem pour les camions de 5t et camionnettes qui parcourent en moyenne 150 km par jour, tous équipés pour les recharges flash.
Pour les trains de fret, c'est suivant l'électrification des lignes, sinon, gaz.

https://www.fournisseurs-electricite.com/infos-pratiques-sur-les-fourni…

https://library.e.abb.com/public/e87c93cbbc6247d9ba051d3ecef20e49/ABB_f…

La production d'électricité peut se faire à partir de la cogénération bois et déchets, à partir de chaleur fatale avec des moteurs Stirling, et donc de solaire thermique, de barrages au fil de l'eau, de turbines équipant les grosses canalisations d'eau (Lucid Energy), et de roues à aubes dans les campagnes.

Pour le stockage, encore des volants d'inertie, tout en récupérant le CO2 des centrales pour faire du syngas!

Nul besoin du polluant lithium, ni même de subventions!

Parce que, à terme, 80 kg de CO2 par combien de millions de batteries européennes chaque année?

Un carburant composé de 1/3 de GNV + 2/3 de biogaz et de syngas.

Largement compensé par un plan bois/retraite avec des arbres fourragers en croissance sur 25 ans.

https://www.gaz-mobilite.fr/actus/gnv-emissions-co2-etude-ngva-europe-c…

EnergEye

Bonjour Monsieur Lalouette,
A l'occasion du 7ème Congrès de Gasnam qui a eu lieu les 10 et 11 avril 2019, le constructeur automobile espagnol SEAT a partagé deux slides comparant le bilan carbone de la voiture à batterie et de la voiture au gaz: https://twitter.com/CalvAmb/status/1123532981090627584 (partagés par Carlos Calvo Ambel, analyste au sein de l'ONG Transport & Environment). Il apparaît qu'il faut rouler non pas avec un mélange gaz fossile / biogaz mais avec du 100% biogaz pour espérer rivaliser avec la voiture à batterie alimentée en électricité 100% EnR. Le potentiel théorique maximum optimiste du biogaz (ou plutôt agrogaz) en Espagne est de 2,95 bcm ceci alors que ce pays consomme 36 bcm de gaz. Le potentiel maximum de "verdissement" du gaz dans ce pays est ainsi de 8%, ce qui est très largement insuffisant pour pouvoir rivaliser avec la voiture à batterie.
En ce qui concerne les carburants de synthèse, le groupe Porsche a diffusé ce slide lors du NordicEV Summit 2019 à Oslo: https://twitter.com/Elbilforeningen/status/1109043616863924224 La faible efficacité énergétique de la chaîne de fabrication conduit à un bilan naturellement bien moins bon que celui de la voiture à batterie. Un carburant composé de "1/3 de GNV + 2/3 de biogaz et de syngas" n'est pas pertinent sur le plan du bilan carbone face à la voiture à batterie 100% EnR.
Enfin des études scientifiques récentes ont montré que les fuites de méthane issues au niveau des infrastructures gazières sont bien plus importantes qu'estimé dans le passé. Le méthane est un gaz à effet de serre très puissant.
Cordialement

Hervé

Bonjour Bruno,
Votre gaz, faut le transporter partout... Bien qu'il soit vert a l'origine, s'il y a des fuites, le méthane reste un gaz a effet de serre puissant....
Je pense qu'il vaut mieux aller vers une mobilité électrique très efficiente, et vers un mix au sens général basé sur l’électricité utilisé en vecteur de transport et de conversion énergétique.

Toutes les sources bas carbone stockables comme le gaz vert, le bois en cogénération ont bien sur une place de choix dans ce concept car servent a combler les manques des autres types d'energie, ce qui permet de les valoriser plus et donc de mieux les rémunerrer. Dissocier les systèmes c'est devoir gérer les soucis de chaque énergie dans chaque application. Moins efficient à mon avis!

AtomicBoy44

Un antinucléaire notoire qui publie sur COE, ça me désole ...

AtomicBoy44

Par exemple, le solaire avec backup coute plus de 300€/MWh mais évidemment que les défenseur de l'éolovoltaique comme Mr Danièlo limite le périmètre de comptage alors il est impossible de faire confiance a ce genre de dés-informateur patenté.

EnergEye

Bonjour Monsieur AtomicBoy44,
Si vous doutez de la valeur de ce qu'affirme le PDG d'EDF Energies Nouvelles, je vous invite, pour la France, à vous reporter à ces documents, et notamment à la "foire aux questions":
https://presse.ademe.fr/2019/04/mise-a-jour-detude-quelle-evolution-du-… (avril 2019)
Et pour le monde: http://energywatchgroup.org/new-study-global-energy-system-based-100-re… (avril 2019)
Cordialement

AtomicBoy44

La question n'est pas là.

La réalité est que nous n'avons pas de stockage de masse et que celui-ci coute cher en surface, en volume et financièrement.
Le périmètre est toujours biaisé et pis c'est tout. Exactement comme avec le VE ou le périmètre s'arrête a la voiture.

Je vous propose de mon coté cet article de Michael Shellenberger :

Si les panneaux solaires et les éoliennes sont devenus tellement moins chers, pourquoi le prix de l’électricité a-t-il augmenté au lieu de diminuer ?
https://institut-locarn.bzh/2018/06/08/si-le-solaire-et-leolien-sont-si…

AtomicBoy44

Par ailleurs l'ADEME écrit textuellement dans son rapport que les prix de l'électricité doivent grimper de plus de 60% et que le nucléaire doit diminuer drastiquement pour que les ENRi deviennent compétitives.

Conclusion : les marchands de Gr€€n bu$in€$$ veulent appauvrir les français pour que leurs idées deviennent réalités.

L'ADEME est noyauté de l'intérieur et pis c'est tout. Elle écrit les conclusions et ensuite passe sont temps a organiser les chemins et hypothèses pour y arriver en laissant "fuir" volontairement ces documents rédigés a grand coups de militantisme destructeur.

AtomicBoy44

Le néant qu'apporte votre commentaire ne peut avoir d'autre symbole que le vide.

Moquez vous mais ce que j'ai écrit n'est pas du vide comme vous.

Houyo

"ne peut avoir d'autre symbole que le vide"
Non c'était juste un trait d'humour. Ceci dit je conçois qu'une personne regrettant les opinions anti-nucléaires sur Connaissance des Energies puisse penser la même chose pour une simple boutade.

Si j'avais voulu vous répondre sur le fond, je vous aurais certainement invité à consulter l'une des nombreuses études qui viennent contredire votre opinion (comme celle-ci toute chaude sortie du four : http://energywatchgroup.org/new-study-global-energy-system-based-100-re… ). C'est ce qu'a tenté EnergEye mais, du haut de votre "plein", vous lui avait rétorqué en substance "C'est des conneries p'is c'est tout". Je me suis dit que j'allais rester dans le même registre...

Bonne fin de journée quand même et vive le pluralisme.

Houyo

"ne peut avoir d'autre symbole que le vide"
Non c'était juste un trait d'humour. Ceci dit je conçois qu'une personne regrettant les opinions anti-nucléaires sur Connaissance des Energies puisse penser la même chose pour une simple boutade.

Si j'avais voulu vous répondre sur le fond, je vous aurais certainement invité à consulter l'une des nombreuses études qui viennent contredire votre opinion (comme celle-ci toute chaude sortie du four : http://energywatchgroup.org/new-study-global-energy-system-based-100-re… ). C'est ce qu'a tenté EnergEye mais, du haut de votre "plein", vous lui avait rétorqué en substance "C'est des conneries p'is c'est tout". Je me suis dit que j'allais rester dans le même registre...

Bonne fin de journée quand même et vive le pluralisme.

Arroyo

Sur quelle source, enquête, ... repose cette affirmation d'une réalité du recyclage en Asie :
"Les batteries consommées en Europe sont en effet exportées vers l'Asie en fin de vie... où elles sont bel et bien recyclées." ..? (où, par quels acteurs, volumes, contrôles...?)

studer

Le véhicule électrique ne sera un véhicule respectueux de l'environnement et du climat que le jour où il roulera avec une électricité décarbonée, mais aussi où ses batteries seront fabriquées avec une électricité décarbonée.
Quels sont les pays d'Europe qui répondent à ces exigences ?
Surement pas l'Allemagne qui est le plus gros pollueur d'Europe, malgré les efforts de M. Danielo pour gommer cette réalité !
Mais à coup sûr la Suède (grâce à son immense parc hydraulique), bien avancée dans le véhicule électrique.
Et la France, grâce aussi à son hydraulique mais surtout à son nucléaire. Curieusement M. Daniélo, apparemment soucieux des émissions de CO2, ne le mentionne pas alors que c'est une évidence.
Idéologie (antinucléaire) quand tu nous tiens !

Ajouter un commentaire