Pour les antinucléaires, l'arrêt de Fessenheim n'est qu'un « premier round »

  • AFP
  • parue le

Juste un "premier round" : loin de marquer la fin de leur "combat", l'arrêt définitif de la centrale de Fessenheim n'est qu'une première victoire pour les antinucléaires, bien décidés à poursuivre la lutte jusqu'à ce que "la France sorte du nucléaire".

Dans la nuit de lundi à mardi, EDF va débrancher le deuxième réacteur de la centrale alsacienne, quatre mois après le premier, signant l'arrêt de mort de la doyenne du parc nucléaire français.

Une victoire pour les opposants au nucléaire qui, après avoir ferraillé contre la centrale depuis sa mise en service en 1977, préparent déjà les coups d'après. "Fessenheim a été un premier round, le combat contre le nucléaire en comporte plusieurs", prévient Daniel Reininger, le président d'Alsace Nature. "Clairement, le combat ne s'arrêtera pas là", abonde André Hatz, président de l'association Stop Fessenheim, qui a milité pendant 40 ans pour sa fermeture.

Prochaine bataille dans leur guerre contre l'atome : le démantèlement de la centrale. Un chantier inédit en France qui ne sera achevé, au mieux, qu'en 2040 et dont un point inquiète particulièrement les associations, le stockage des combustibles nucléaires. Hautement radioactifs, ils seront entreposés à Fessenheim dans des piscines de refroidissement, avant d'être évacués à l'été 2023 vers le centre de traitement du combustible nucléaire usé de La Hague (Manche), faisant alors "énormément baisser" la dangerosité du site alsacien, concède M. Reininger.

« Tchernobyl »

Mais d'ici là, ces combustibles "vont séjourner dans des piscines non sécurisées", s'alarme André Hatz, qui pointe l'absence de groupes électrogènes à moteur diesel d'ultime secours (DUS). Ceux-ci prendraient le relais en cas de panne électrique pour garantir l'alimentation des systèmes de refroidissement des piscines en électricité et en eau, puisée et ensuite rejetée dans le Grand Canal d'Alsace. Or, si cette alimentation venait à s'interrompre, par exemple "en cas d'accident ou d'acte malveillant", le combustible pourrait alors s'auto-inflammer et "là, très rapidement, c'est Tchernobyl", s'inquiète-t-il.

EDF, qui exploite la centrale, affirme disposer en dernier ressort de sa Force d'action rapide du nucléaire (FARN), une unité d'intervention d'urgence créée après Fukushima (2011), capable de prendre le contrôle de n'importe quel réacteur.

Mais l'argument peine à convaincre les antinucléaires, qui rappellent que Fessenheim a été construite en zone sismique. Dans l'hypothèse d'un tremblement de terre et d'une rupture de la digue du Grand Canal qui inonderait la centrale, comment garantir que la FARN interviendra rapidement, s'interroge M. Hartz.

Autre question, celle de l'avenir économique du site, qui peine pour l'heure à se dessiner. Parmi les hypothèses évoquées, la perspective d'un site-pilote pour le démantèlement de centrales nucléaires inquiète tout particulièrement les antinucléaires. S'appuyant sur un "technocentre" pour le recyclage des matériaux métalliques faiblement radioactifs, ce projet est soutenu par la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

"C'est la pire des choses ! Ce technocentre ne se fera pas", même "s'il faut lever l'Alsace entière !", s'emporte André Hatz. Selon lui, ce projet vise à faire de Fessenheim un site de décontamination des métaux issus de centrales nucléaires européennes en déconstruction, à commencer par ceux provenant du démantèlement de la centrale, et de les réinjecter ensuite dans l'industrie métallurgique classique.

« Décharge nucléaire »

L'acier décontaminé sera évidemment contrôlé mais "il est très difficile de tout vérifier à 100%", affirme M. Hatz, qui s'interroge : "vous imaginez des casseroles, des fourchettes, des voitures" fabriquées avec de l'acier dont on ignore s'il dégage encore, même très faiblement, de la radioactivité ?

"C'est stupide et aberrant", assène Jean-Marie Brom, porte-parole de Stop Transports-Halte au nucléaire. "La loi française interdit actuellement que tout élément issu d'une centrale nucléaire soit réutilisé mais EDF pourrait demander une dérogation", s'inquiète ce spécialiste de la physique des particules, directeur de recherche au CNRS.

Daniel Reininger craint également que l'installation d'un site dédié aux "déchets nucléaires" ne plombe l'attractivité du secteur, car "aucune entreprise sérieuse ne s'installera à côté d'une décharge nucléaire". "Le combat contre le nucléaire dépasse Fessenheim et va continuer", prévient-il.

Commentaires

Jean FLUCHERE

EDF aurait bien tort d'installer une activité quelconque sur le site tant ces enragés sont irrécupérables.
Il faut installer le techno-centre dans une zone accueillante pour y créer des emplois pérennes et laisser les énergumènes proposer des activités de substitution comme le démantèlement des panneaux photovoltaïque te des nacelles d'éoliennes. Le distingué Jean-Marie Brom serait très heureux de les voir arriver dans la zone de Fessenheim.

Rochain

Quelle hargne monsieur Flushere, quelle hargne, je vous plains de tant souffrir pour ce qui va se multiplier jusqu'à ce qu'il n'y ai plus le moindre réacteur nucleaire sur la planète.

Schricke

Me voici rassuré ! Le retour de Mr Rochain et de ses "lumières" antinucléaires systémiques, va, de nouveau, permettre au bon peuple écolo de s'instruire en matière de production d'énergie... certes avec quelques approximations grossières et beaucoup de contre-vérités... bien entendu "renouvelables" !... (c'est l'essentiel !)
Monsieur Rochain, vous nous manquiez ! Mais, vous ne m'avez toujours pas expliqué pourquoi il était nécessaire de subventionner encore, grâce à la CSPE, vos sources "INRi" (hors hydraulique qui en représente toujours le plus grand pourcentage) et qui, selon vous, seraient devenues très compétitives par rapport, notamment au nucléaire, qui serait devenu, selon vous, un "gouffre financier", qui,nous permet, cependant -autre bizarrerie !- de disposer d'un des kwh les moins chers des pays de l'OCDE ! (beaucoup moins cher, en tous cas, que le kwh Allemand, champion toutes catégories des ENR et de l'antinucléaire.... Vous avez dit "Bizarre" ?

Serge Rochain

Mon pauvre Schricke, moi j'attends toujours vos démonstrations.
Les ENR ne reçoivent aucune subvention ; une subvention c'est de l'argent contre rien. C'est des KWh achetés par EDF entre 0,06 et 0,10 centimes d'€ le KWh (selon puissance de l'installation) à des gens qui ont mis les PPV sur leur toit pour faire de l'auto consommation avec le surplus revendu à EDF qui vous le revend 0,1161 € le KWh sans même avoir fait quoi que ce soit pour mériter ce gain puisque c'est injecté directement dans le circuit sans qu'EDF ne voit passer seulement les électrons. Vous colportez donc une ânerie dont vous êtes fier.
Si le nucléaire était la cause d'un prix bas les Belges qui sont également fortement nucléarisés avec 50% de leur mixe électrique n'auraient pas un prix hors taxe nettement inférieur à celui des Allemands est un prix TTC identique à celui des Allemands…..
Vous devez sans doute trouver cela bizarre… mais la grande différence entre vous et moi c'est que je fais des recherches sur les sites des organismes statistiques qui n'ont pas d'état d'âme pour ou contre les ENR ou le nucléaire, tandis que vous, vous ne faites que le perroquet, colportant sans jamais rien contrôler n'importe quel ragot du moment que cela dit du mal des ENR. Vous n'êtes qu'un jeune vaniteux affublé de prétentions au-delà de vos maigres possibilités intellectuelles. Pour discuter avec les grandes personnes, il faut mouiller sa chemise et pas pérorer en toisant ceux qui savent tout ce que vous ignorez et avez la fainéantise d'apprendre.

Serge Rochain

CORRECTION :
Si le nucléaire était la cause d'un prix bas les Belges qui sont également fortement nucléarisés avec 50% de leur mixe électrique n'auraient pas un prix hors taxe nettement SUPERIEUR à celui des Allemands est un prix TTC identique à celui des Allemands…..

Schricke

Merci, monsieur Rochain, pour vos appréciations flatteuses de ceux qui n'avaient pas bien compris vos "démonstrations" scientifiques de haut niveau !... Mais, comme je reste, vis à vis de ces problèmes, un véritable "butor" qui n'y comprend vraiment rien (à l'inverse de vous qui avez la "science infuse" !), je me demande s'il ne conviendrait pas de supprimer rapidement des factures d'électricité cette "CSPE" (pas vraiment une taxe, mais une... contribution !) qui commence à peser lourd, et qui, vous me l'apprenez, ne servirait plus à rien, les ENR étant, désormais, largement "rentables" et ne bénéficiant plus d'aucune forme de subvention ? Cela aurait, au moins, l'avantage de diminuer sensiblement le montant de nos factures d'électricité ? Non ? Je ne doute pas de votre approbation en ce qui concerne cette proposition !... et je brûle de connaître votre réponse... circonstanciée, comme d'habitude !...

Serge Rochain

J'en suis tout à fait d'accord Monsieur Schricke car dans cette affaire, c'est EDF qui fait la bonne affaire puisque non seulement il prend une marge sur l'électricité qu'il vous revend plus cher après l'avoir acheté moins cher ......… mais surtout avec votre argent ! Vous payez donc cette électricité deux fois….. c'est clair ?
Peut-être allez vous ainsi prendre conscience que c'est EDF que vous subventionnez avec une grande partie de la CSPE dont vous pensez que cela va dans la poche des gens qui ont investit en mettant des PPV sur leur toiture.

Schricke

Désolé !... Ce n'est vraiment pas clair du tout !... malgré "l'éclairage" (renouvelable ?) de vos incommensurables connaissances, à la fois techniques et économiques, que, bien sur, je vous envie ! Pour être vraiment plus "clair" , pouvez-vous me dire exactement quelle est la raison d'être de la CSPE, puisque vous venez de m'apprendre qu'elle n'avait rien à voir avec le moindre soutien financier aux ENRi ? Je brûle de recevoir, enfin, une réponse circonstanciée à ce sujet !.. Et vous en remercie à l'avance !

Serge Rochain

Aucun problème puisque l'évidence ne vous saute pas au yeux.
Grace aux PPV que j'ai sur le toit de la maison, je fais de l'autoconsommation et j'ai un surplus que je revends à EDF à 0,06 € le KWh …. Vous suivez ?
EDF doit me payer pour cela les 6 centimes/KWh que j'injecte directement dans le réseau, d'où sort-il l'argent ? De la CSPE bien sûr ! Donc vous notez au passage qu'EDF paie cette électricité qu'il achète ……. avec votre argent…….. vous suivez toujours ?
Ensuite EDF vous revend ce KWh 0,1161 € et, du moins le croyez vous en première approximation, fait une marge de 0,0561 € sur de l'électricité dont il n'a même jamais vu un électron puisque je les ai injecté directement dans le réseau.
Mais qu'elle est sa marge réelle ? En réalité elle s'élève bien au prix où EDF vous a vendu son KWh soit 0,01161 à mettre en rapport avec ce que vous avez vraiment payé :
Le montant de la CSPE + le KWh consommé à 0,1161.... vous avez payé deux fois ce KWh : 0,06 € à moi fournisseur de ce KWh et 0,1161 à EDF revendeur de ce KWh….
Vous avez suivi jusqu'au bout Schrick ?

Serge Rochain

Réponse/Question complémentaire subsidiaire : Vous croyez toujours que c'est moi, fournisseur d'ENR, que vous subventionnez dans cette affaire ?

alain marc

Quelle bêtise monsieur Rochain, quelle bêtise, je vous plains de tant vous réjouir jusqu'à ce qu'une panne générale d'électricité, avec des conséquences humaines et économiques dramatiques, vous fasse enfin comprendre que sans nucléaire (et sans charbon évidemment), on ne pourra pas garantir un accès permanent à l'électricité. Et l'électricité c'est la vie...

Serge Rochain

Quel est ce nouvel hurluberlu qui prétend que je me réjouis d'une panne d'électricité quand j'explique à ce pauvre Schricke que lorsqu'il croit subventionner des producteurs d'électricité renouvelable il subventionne l'EDF ?
J'ai vraiment l'impression d'avoir affaire à des fous ici. Absolument pas intéressés à la révolution énergétique que nous sommes en train de vivre mais exclusivement préoccupés à essayer de la décrédibiliser car ON (vous savez, On, cet être fantomatique qui dicte à tous ce qu'ils doivent dire et faire) leur a dit que ce n'était pas bien car cela conduirai à l'arrêt de la production d'électricité par la transformation de matière en énergie sans possibilité de rendre à la Terre ce qu'on lui a volé.

Rochain

Bien entendu toujours les mêmes allégations sans preuve ni même la moindre présomption de vraisemblance, et toujours aussi incapable de contredire mes démonstrations et les preuves que j'apporte..... Bref un simple perroquet du lobby nucléaire.

EtDF

Ah chouette nous avons retrouvé le chercheur Serge!! Il était donc confiné... Le débat intelligent est donc reparti! Mais j'espère que Monsieur Serge porte un masque car à force d'invectiver à tous crins, il va finir par nous envoyer le covid via internet...!
Question posée au management de "Connaissance des Energies", N'avez vous pas un mécanisme de contrôle qui permet comme twitter le fait maintenant, de gommer voir éliminer les messages injurieux et insultants.

Par ailleurs la proposition de Mr Jean Fluchere, de créer à Fessenheim un centre de démantèlement de panneaux photovoltaîques et de pales d'éoliennes est excellente:
1 - C'est un métier de grand avenir vu les quantités de ces "oh combien puissantes et oh combien pérennes" sources d'EnR que l'on voit nous imposer d'EN HAUT
2 - D'EN HAUT ils seront contents car ils auront proposé quelque chose, enfin! C'est pas si simple par les temps qui courent de re-localiser une industrie d'avenir
3 - Des emplois dans la région de Fessenheim seront pérennisés...On pourrait même y acheminer les décharges existant ça est là (Allemagne, USA, Espagne..., chez eux ça coûte trop cher), autre motif de re-localiser l'industrie en France
4 - Les redevances locales vont revenir à la commune et aux environs
5 - Les activistes anti-nucléaires seront satisfaits,... jusqu'à ce qu'ils découvrent la pollution dégagée et l'énergie consommée à recycler ces objets délicats, il faut toujours faire plus blanc que blanc...
6 - Et même en attendant le rayonnement issus des piscines de déchets se désactivant pourrait même aider à déstructurer les matériaux dopés de PV et les polymères des pales... = Kirsche auf dem Klough !!
7 - Et s'il faut un surplus d'énergie pour que cela fonctionne avec le moins possible d'intermittence (en secours l’hydro-électrique sur le Rhin, à Fessenheim même), installons assez éoliennes sur les crêtes et de PV sur les flancs des ballons... enfin égayons la ligne bleue des Vosges..
¨Prions Mr Serge d'adresser cette proposition à Madame Borne, peut être la légion d'honneur lui sera attribuée en retour...

PS prière de me faire signe si j'ai débité ou une insulte, ou une ânerie... ça dépend de quel côté on se trouve c'est comme pour les EnR... !

Serge Rochain

Je n'ai que faire de vos propos sarcastiques et de votre chapelet d'âneries, bien que l'activité de recyclage soit très prometteuse, il en est une bien plus encore dans le démantèlement des centrales nucléaires car le temps des opérations se compte en siècles pour des outils qui n'auront produit en moyenne que moins de 40 ans, n'oubliez pas les toutes premières souvent arrêtées depuis plus de 40 ans et toujours pas démontées. le plus ancien parc éolien de France connecté au réseau en 1991 a commencé à être démonté en décembre 2019, et l'opération a été terminé en février 2020 (96% de la masse recyclée) et comme j'en ai plus qu'assez de donner les référence que n'importe qui peut trouver tout seul je vous en laisse le soin. pendant que ceux qui sont intéressés chercheront les infos ils ne débiterons pas d'âneries sur le forum.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet